Discours de la Sorbonne : Macron veut un « dôme de fer » européen

© wikipedia www.netmarine.net
© wikipedia www.netmarine.net

Le discours d’Emmanuel Macron sur l’Europe, à la Sorbonne, a duré presque deux heures. Il ne s’arrête jamais. Il a toujours un truc à dire. Est-ce une technique pour endormir les gens ou est-ce simplement l’incontinence verbale d’un homme qui s’aime trop pour se dire stop ? On hésite. C’est le paradoxe du coquet : il descend de vélo pour se regarder pédaler. Et là, le Président était tellement heureux de s’écouter qu’il a dit tout ce qu’il avait envie de dire.

Parmi les choses que Macron avait envie de faire partager à son public, avec ce mélange si typique de culture savante du niveau terminale (Valéry et « nous autres civilisations européennes… »), d’invectives qui ne visent personne mais blessent pas mal de monde et de volontarisme poussif, il y avait la défense de l’Europe. Et parmi les choses que propose notre Président pour défendre l’Europe, une petite surprise : le bouclier antimissile. Voici le verbatim exact : « L’Europe doit savoir défendre ce qui lui est cher avec ses alliés à chaque fois qu’ils sont prêts à le faire et seuls si c’est nécessaire. Est-ce que, pour ça, il nous faut un bouclier antimissile ? Peut-être. Est-ce en augmentant nos capacités de défense ? Sans doute. Cela sera-t-il suffisant face aux missiles russes ? Nous devons travailler sur ce point. »

Une proposition à l'encontre de notre doctrine de défense

Traduisons-le : « L’OTAN risque de nous laisser choir. Pour ne pas nous retrouver à poil, un bouclier antimissile, ce serait bien, mais les gens ne sont pas prêts (d’où le « peut-être »). Il va nous falloir davantage de matériel, mais de toutes façons, en l’état actuel, c’est dérisoire face aux Russes. » Immanquablement, cette idée de bouclier antimissile fait penser au « dôme de fer » israélien et à sa redoutable efficacité, notamment face aux dernières attaques iraniennes. Ce bouclier antimissile, ce « dôme de fer » à l’européenne, est une bonne idée pour l’autonomie stratégique de l’Europe, mais contrevient, de manière orthogonale, à la doctrine de défense de la France, puisque la protection du territoire national est - normalement - un enjeu de souveraineté. Vous me direz, quand on a un Président qui propose de mettre la dissuasion nucléaire au service de l’UE…

Par ailleurs, à l’exception notable du caractère spectaculaire de cet effet d’annonce, on ne voit pas bien quelle est la plus-value d’une telle déclaration. Ce projet est tout aussi déclaratif que tout le reste du discours du Président : « préférence européenne » pour l’industrie de défense (alors que la préférence nationale est fasciste), lutte contre les passeurs (alors qu’il y aura bientôt cinq millions de migrants entrés sous les dix ans de présidence Macron), « se faire respecter » par la Chine et les États-Unis (alors que l’extraterritorialité du droit américain s’applique en Europe)… Bref, n’importe quoi.

L'UE ne remplacera pas l'OTAN

Soyons franc : si les États-Unis quittent l’OTAN, c’en est fini de l’Alliance. Rien, au niveau de l’UE, ne réussira à la remplacer. L’UE est une communauté économique qui s’est fondée sur l’idée de la fin de la guerre : c’était même le but de la CECA, qui consistait à mutualiser les matières premières des guerres de l’époque (le charbon et l’acier). Nous avons perdu jusqu’à l’idée d’une défense européenne. Une défense nationale est possible, mais notre armée de terre tiendrait un front allant de Lille à Dunkerque pendant 72 heures… et nous avons... 220 chars Leclerc, disait, ce vendredi, Catherine Nay, sur Europe 1, alors que les Ukrainiens ont déjà détruit 3.000 chars russes et qu’ils n’arrivent pas à gagner.

Dans cette quadrature du cercle, on a besoin de beaucoup de choses, mais pas de hâbleries creuses. Donc, pas d’Emmanuel Macron.

Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

43 commentaires

  1. Les conflits et guerres alimentés par les ventes d’armement par les US ne sont pas prêts de s’arrêter, au grand bonheur des Américains. Leur économie est florissante, les usines d’armement tournent à plein régime ainsi que leurs ventes de gaz, pétrole et tout ce qui nous manque actuellement du fait du boycott des produits russes…Mais, nous avons encore nos yeux pour pleurer en écoutant le Requiem de notre Mozart.

  2. J’aime bien le fait de « descendre du vélo pour se voir pédaler ». Bravo! Sauf que là, il pédale dans la choucroute, n’avance plus et ne fait même plus rire. C’est un spectacle pitoyable! Encore trois ans à tenir?….

  3. Si c’est pour faire une deuxième ligne Maginot , ce n’est pas la peine quand on voit à quoi à servi la première . Mais c’est de la macronnie pure .

  4. Il n’empêche, même si le discours de Macron était insipide et du grand n’importe quoi cela a valu à la France de ne pas voir sa note dégradée par les Agences habilitées, j’en suis persuadé. Pourquoi Macron se décarcasserait il pour faire des budgets annuels davantage en conformité avec le traité de Maastricht…

  5. Le discours de  »Mozart » avec sa petite musique qui nuit !
    Du grand n’importe quoi, comme d’hab.

  6. Ce type n’est que gesticulations. La réalité du quotidien ne cesse d’asséner des gifles magistrales à son égo surdimensionné. Décrédibilisé auprès des Russes, démenti par ses pairs européens quand il pousse son discours « va-t-en guerre », viré de tous les pays d’Afrique, le gugusse s’entretient dans une illusion de pouvoir qu’il a lui-même torpillé. Le problème avec ce genre d’individus, c’est qu’il a besoin de passer sa rage de n’être rien à l’international sur quelqu’un. Et ce quelqu’un, c’est nous, pauvres captif de ce prétendu mi-Jupiter, mi-Mozart selon ses thuriféraires imbéciles.

  7. il a trop regardé des séries de science fiction sur Netflix. Voilà à quoi me fait penser son « dôme de fer » !!!!!

  8. La mort de l’Europe, que de biens grands mots ! ce qui nous importe c’est la mort du macronisme

  9. Le dôme de fer, bien qu’il rouille n’est valable qu’avec des pays rapprochés et qui ne font pas parti d’une grande puissance militaire tels les états unis où la Russie qui je crois dans certains domaines serait supérieur. Les missiles à longue portées peuvent être interceptés mais les missiles hypersoniques qui ont une vitesses => à 5 fois la vitesse du son à une altitude au delà à l’atmosphère pour ne pas être dans le gaz ionisé qui empêche toutes communication à même de le guidé des missiles que rien ne peux intercepter.

    • « missiles hypersoniques » créés grâce au génie d’un français, à qui la France a dit d’aller jouer ailleurs.

  10. De quel droit, il dilapide la souveraineté militaire française ? … Qui va l’arrêter dans son délire et son obsession pour une « Europe fédérale » ? ! …

  11. Dôme de fer, OK mais avec quel pognon ? La France ne possédant plus d’usines d’armement, il va falloir acheter le matos à l’étranger (USA, Corée, Turquie, Chine ?) et cela va encore fortement grever nos finances publiques et notre balance du commerce extérieur. Quant à SON Europe, OK aussi mais à la méthode DeGaulle : « de l’Atlantique à l’Oural » (càd en se coupant des saxons et en se rapprochant des slaves)

  12. Bizarrement il oublie de parler de l’achat récent d’avions de combat américains par le Portugal ! Ces monologues permanents fatiguent de plus en plus les français qui ne croient plus – au vu de la situation – aux délires gouvernementaux !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois