Celle-ci veut son « droit à mourir » : 23 ans, youtubeuse, Olympe, magnifique jeune fille atteinte de troubles psychiatriques, se met en scène et publie une longue vidéo pour expliquer pourquoi elle a décidé d'en finir avec sa courte vie : « Le dernier trimestre 2023, je vais avoir recours au suicide assisté en Belgique. Je suis déjà en contact avec des médecins. » Olympe rejoint la liste déjà longue des candidats à l'euthanasie sous toutes ses formes. Une médiatisation qui tombe à pic alors que la France, qui vient d'ouvrir son « grand débat sur la fin de vie », s'apprête à légaliser le suicide assisté.

D'autres, comme Viviane Lambert, se seront battus jusqu'au bout pour ne pas être broyés par cette même idéologie mortifère. On en parle un peu moins... Pourtant, le 26 décembre dernier, Viviane Lambert est décédée. La fin d'un long chemin de croix pour cette mère qui a tout donné pour qu'on laisse vivre son fils, Vincent, cérébrolésé et tétraplégique à la suite d’un accident de voiture, mais qui n’était branché à aucune machine le maintenant en vie, comme le pense l’opinion publique manipulée. Six années de longues procédures judiciaires et une mise à mort finale, le 11 juillet 2019, après neuf jours d'agonie terribles (par privation d'hydratation) voulue et décidée par des médecins, l'État et la justice des hommes.

Depuis la mort de Vincent, avait confié Viviane à France Info en 2020, avec mon mari, « on est profondément marqués. Moi, je suis en dépression et vous savez, notre santé est tombée bien bas. » « Viviane est morte du crime d'État commis contre Vincent, nous confie Jérôme Triomphe, l'un des avocats d'une partie de la famille Lambert. Son corps et son cœur n'ont pas supporté. » Il ajoute : « Elle s'est battue comme une lionne. » Fidèle à cette promesse qu'elle a tenue à l'issue d'une expertise, devant un magistrat : « Monsieur le président, j'ai porté Vincent pendant neuf mois, je me battrai comme une tigresse pour qu'on ne le mette pas à mort. » Viviane Lambert n'aura en effet, malgré l'exposition médiatique, les déchirements familiaux et les insultes, jamais déserté.

Ses arguments étaient ceux d'une mère, « incarnant (selon Jérôme Triomphe) la mère biblique du jugement de Salomon » : « Vincent n'est pas un légume, toute vie doit être vécue, ce n'est pas à nous de décider quand Vincent va mourir », disait-elle sans relâche. Ajoutant : « Mon fils a besoin de trois choses : d'eau, de nourriture et de beaucoup d'amour. » Car Vincent n'était pas dépendant d'une machine pour le maintenir en vie, mais d'une sonde pour se nourrir. Une différence essentielle que les juges ne feront pas lorsqu'ils décideront d'arrêter les soins de Vincent contre les experts judiciaires qu’ils avaient eux-mêmes désignés et qui avaient conclu que Vincent n’était pas en situation d’obstination déraisonnable. Pour Jérôme Triomphe, « contrairement à ce que pensent même certains défenseurs de la vie, la loi Leonetti (sur la fin de vie) n'est pas une bonne loi. Hypocritement, elle refuse de pousser sur la seringue. Mais elle permet de provoquer des morts par déshydratation. Et elle a créé de la violence médicale et judiciaire là où elle n’existait pas. Elle fait ainsi du médecin "en charge du patient" l'unique décisionnaire de la vie ou de la mort. Quelles que soient la volonté antérieurement exprimée du patient majeur (hors d'état d'exprimer sa volonté), la volonté des parents lorsqu'il s'agit de mineurs, les directives anticipées du patient ou même la décision collégiale du personnel soignant, qui peuvent être écartées sur simple décision d'un seul médecin devenu omniscient et omnipotent. »

Lucide, Viviane Lambert avait compris que son chemin de croix n'était pas qu'affaire personnelle ou familiale. Lorsque les juges condamnent Vincent à mort, elle jette à la face des médias : « C'est un crime, c'est tout, c'est pour faire passer l'euthanasie, ça les arrange, Vincent est le promoteur de l'euthanasie, j'ai honte pour la France, j'ai honte pour la médecine, on enterre Hippocrate ! »

Un témoignage qui vaut bien celui d'Olympe. Mais qui ne s'inscrit pas dans cet air du temps qui, chaque jour, façonne un peu plus les mentalités pour accepter l'euthanasie au nom de la liberté individuelle sur fond de grande confusion (consciemment ou non) entretenue. On mélange tout : acharnement thérapeutique, suicide assisté, sondages d'opinion, récits dramatiques et désespoir. Que Viviane Lambert, qui a tout tenté pour nous faire comprendre qu'une vie n'a pas de prix, repose enfin en paix.

5095 vues

20 janvier 2023

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

18 commentaires

  1. Sans avoir une idée précise c’est à dire à être pour ou contre l’euthanasie, je dis que l’on peut prédire dans l’avenir de tous les excès d’euthanasies forcés, ou sous influence de parents ou alliés avec divers intérêts pour héritage ou autre cause. L’Humain est ainsi Fait. Les Tribunaux auront cela en plus à avoir comme dossiers, des plaintes pour « crimes sous couvert d’euthanasie provoqué ».
    Je pense que dans chaque Région de France il devrait avoir un Cabinet Spécial de Juges pouvant suivant les cas déposés, habilités à se prononcer si l’Euthanasie de la personne est bien libre, bien voulue, ou légale en étant de parents proches de malade en coma (par exemple)….Sans cette Juridiction ,toute autre euthanasie serait un crime.

  2. Je ne voudrais pas vivre ce qu’à vécu Vincent Lambert. Libre à chacun de souffrir pour conserver une vie qui ne vaut pas d’être vécue , mais laissez mourrir les autres s’ils le souhaitent.

  3. l’affaire Vincent Lambert est aussi une illustration du tout et son contraire macronien car comment promouvoir le progressisme et dans le même temps jeter l’éponge devant un cas que la science aurait peut être pu résoudre à court ou moyen terme?… Qui sait si dans quelques mois, des cellules souches ( ou tout autre traitement) n’auraient pas pu restaurer le cerveau de cet homme encore très jeune? le macronisme véhicule une culture de mort, ( avortement jusqu’à la naissance, euthanasie, suicide assisté…) qui fait froid dans le dos. Même les populations exogènes privilégiées par macron sèment la mort chez nous. un vrai génocide de la France!

  4. Je suis contre le suicide, il m à pris mon épouse, mais je voudrais soumettre à vitre clairvoyance docte 2 ou 3 petites choses. Vous êtes, imaginons Vincent Lambert, vous avez votre esprit, mais c est tout. Toutes vos fonctions, comme manger, vous laver, marcher et bien d autres sont aneanties. Par contre dans votre tête tout fonctionne ( ce qui n était pas le cas à priori mais bon, imaginons) et donc vous avez tous les sens de la vie sans pouvoir en assouvir aucun. Pensez vous sérieusement pouvoir vivre 25 ou 30 ans comme ça sans devenir fou… ne préféreriez vous pas qu on vous soulagé de cette souffrance? Moi si!

  5. La championne du clan « euthanasique » est Line Renaud, une grande artiste pourtant, qui impressionne beaucoup notre Président qui l’a décorée de la distinction suprême (après Lui) dans l’ordre de la Légion d’Honneur.

  6. Une mère remarquable ! Notre société est devenue complètement folle ! Il n’y a plus de respect de la vie ! Au moment où l’on commence à parler de natalité, on veut « constitutionnaliser » l’avortement !

    1. Une mère remarquable ! Vous trouvez? Laisser son fils végéter en légume pendant des années contre sa propre volonté et pourrir la vie de sa malheureuse épouse par pure idéologie égoiste , vous trouvez ca remarquable?

  7. Je ne connais pas la situation dans laquelle se trouvait M. Vincent Lambert, et je me garderai donc bien de discuter de cette affaire. De manière plus générale, qu’il s’agisse de ce sujet ou d’un autre, je suis profondément attaché aux libertés dont l’exercice n’importune pas les tiers. Je crois également que, sous cette réserve du respect des tiers, la morale est affaire individuelle. Je souhaite que notre système juridique accepte la prise en charge « technique » du suicide de ceux qui, pour quelque raison que ce soit, aspirent à mettre fin à leur existence. D’accord pour les contrôles judiciaires préalables, d’accord même pour l’absence de prise en charge collective du coût de ces opérations. Quel pays extraordinaire que celui dans lequel on rembourse les frais médicaux et psychologiques très élevés d’un changement de sexe au nom du confort des individus, dans lequel on considère qu’il est normal de soulager les femmes d’une grossesse non désirée, et qui s’opposerait à cette liberté d’en terminer paisiblement avec la vie !

  8. Le cas Vincent Lambert contre le cas Schumacher… Pourquoi ce silence autour de ce dernier ? Qui a des nouvelles ? « selon que vous serez puissant ou misérable… »

    1. et pas qu’eux ! je n’ai rien compris à cette affaire, car en même temps que Vincent L , il y a eu des témoignages de parents qui gardaient leur  » enfant  » à domicile !! alors pourquoi Vincent n’a t il pas eu le même sort ! Rappelez- vous que le chef de service où était Vincent , ne voulait pas le laisser partir dans un autre service avec des soins plus appropriés , ou conséquents , à fortiori , pourquoi pas à domicile ? Je n’en ai jamais entendu parler ! c’est pour cela que cette affaire est très curieuse ( nonobstant le fait qu’il était marié ) ! et alors ? je ne donne pas mon opinion sur l’euthanasie mais à priori, il y a comme un problème pour ce cas et j’ai pour le coup tendance à croire ce qu’ a dit la mère !
      Attention à l’euthanasie qui permettra bien des dérives, comme pour l’avortement , qui ne devait pas être une méthode de contraception ! J’ajoute que je suis soignante .

  9. La vie est un bien trop précieux pour être rayé d’un trait de plume. Nous ne sommes pas des machines ou des objets qui se jettent dès qu’on en veut plus. L’homme est un animal social et c’est à la société de tout faire pour que chacun puisse vivre dans la dignité et non mourir.

  10. Une Mère Courage, une Mère Honneur, une Mère Fidélité ! Une Grande dame broyée par un Etat scélérat commanditaire et complice d’assassinat !

  11. « sur fond de grande confusion (consciemment ou non) entretenue.  »

    Délibérément, non pas « entretenue » mais cultivée. tout à fait consciemment .

  12. Décadence de l’humanité, de notre société judiciaire mais ceci n’est pas nouveau. Puissent toutes celles et ceux qui luttent pour le respect de la vie humaine être un jour enfin entendus.

  13. En relisant Antigone d’Anouilh que nous étudions en deuxième cycle d’étude générale. Je m’aperçois que parmi les principaux protagonistes de cette pièce Antigone, Le Roi Créon et le peuple.

    Si Antigone se referait aux « Lois Non Écrite » entre les Hommes et que le Roi se référait à ses lois humaines, jamais je n’ai compris que le peuple, donc en l’occurrence le lecteur, n’était trompé pour se faire un avis.

    Aucun stratagème, aucune kabbale, aucun mensonge, aucune omission, aucun artefact, aucun comique pour influencer le peuple sur des décisions capitales. D’un autre côté les techniciens de la manipulation biologique vous diront que tout cela est dépassé à l’époque du wokisme.

    Concernant les soins palliatifs, l’expérience de souffrance extrême du malade oblige à une assistance. Je ne l’ai pas lu, je l’ai vu sur un proche.

    1. « Concernant les soins palliatifs, l’expérience de souffrance extrême du malade oblige à une assistance.  »
      Et surtout, un travail sur soi : travail sur notre définition de la dignité, sur notre vision de notre mort, sur l’humilité…et la prise en charge de la Douleur totale (physique, psychologique, sociale et spirituelle), et beaucoup d’amour de la part de nous, soignants.

      1. Merci à vous ! et je me dis que nous devrions , peut être connaitre mieux votre travail, vos réflexions .

Les commentaires sont fermés.