Cliquez pour acheter

En Sibérie, pendant la Seconde Guerre mondiale, une petite ville vit au rythme du goulag, tout proche. Ses habitants sont des Sibériens, mais aussi des relégués, notamment ceux qui ont leur père ou leur mari dans le camp tout proche et qui sont donc des éléments « hostiles ».

Le narrateur est un Polonais de 8 ans. Son père est au goulag et il vit avec sa mère qui est si belle que toute l’appelle Beauté. Par petits chapitres, presque des nouvelles, il nous conte la vie quotidienne des adultes et des enfants de cette ville, sévèrement encadrés par les hommes du NKVD (ancêtre du KGB) qui ont tout de même une faille : ils tombent tous amoureux de Beauté.

Dans cet univers de haine et de dénonciation, il faut survivre sans perdre son âme. Ce n’est pas facile : « Ou tu vas au goulag ou tu dénonces, il n’y a pas d’autre choix », clame Kolia, un des enfants qui ne concède rien. Malgré les coups et les menaces, il refuse de renier ses parents. Le narrateur, pour exorciser sa de Staline, grime un buste du guide en clown, provoquant une hilarité générale, mais aussi quelques déportations de plus. Les enfants sont les plus tenaces : ils savent qu’ils sont confrontés au mal absolu et résistent farouchement. La lecture par le narrateur du Sermon sur la montagne (appris par cœur dans une Bible cachée) les fascine.

Le burlesque côtoie le tragique. Beauté essaye de résister aux multiples assauts sentimentaux dont elle est l’objet. Mais plusieurs meurtres seront commis à cause d’elle. Elle succombe parfois, mais pas avec les hommes du système.

Malgré la faim, la et les poux, on sourit souvent. Le misérabilisme n’a pas sa place dans ce petit roman, où gravité et dérision font bon ménage.

Sous des apparences légères voire naïves, l’écrivain polonais Piotr Bednarski a écrit un roman très profond, largement autobiographique, qui nous emmène au cœur de l’affrontement terrestre entre le bien et le mal. Même les bourreaux le savent. L’un d’eux va d’ailleurs dire aux enfants qu’il ne supporte plus son rôle et va les aider à construire un cimetière pour rendre leur dignité aux morts. Ce changement de camp lui coûtera cher.

Beauté et la cohorte des enfants qui refusent de se soumettre constituent des personnages très frappants et font de ce livre un roman rare sur le goulag.

Le blog d’Antoine de Lacoste.

11 août 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

0 0 votes
Votre avis ?
3 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires