Cliquez pour acheter

Il arrive parfois des choses surprenantes, en littérature : un roman récent, bien écrit, passionnant et qui a eu un prix littéraire ! Mathias Menegoz a, en effet, obtenu le prix Interallié en 2014 pour son premier roman, Karpathia.

Le comte Alexander Korvanyi fait la cour à la jolie et effrontée Baronne Cara von Amprecht dans l’Empire austro-hongrois de 1830. La belle dit oui et les jeunes mariés partent aux confins de l’Empire, en Transylvanie, prendre possession de domaines que la famille Korvanyi gère de loin.

Le château se révèle en mauvais état, le régisseur peu sûr et l’atmosphère hostile. Les serfs n’aiment pas les maîtres et ne s’aiment pas entre eux. Il y a les Valaques, méprisés par les Magyars, moins nombreux et moins misérables, enfin les Tziganes, dont tout le monde se méfie.

Un enfant valaque disparaît ; on accuse les Tziganes, bien sûr. Mais ensuite, c’est au tour d’un enfant tzigane de manquer à l’appel. Cara pressent la présence de loups mais Alexander n’y croit pas et craint autre chose, un ennemi caché, insaisissable qu’il faut découvrir.

Les rebondissements sont multiples, l’ambiance lourde et inquiétante. Le lecteur est pris et ne s’échappera pas.

Voilà, enfin, un prix littéraire bien mérité ; et dire que, la même année, le Goncourt a été donné à Pas pleurer. Eh si, justement.

Retrouvez ce titre, et bien d’autres encore, sur mon blog leslivresdantoine.com.

À lire aussi

Les sanctions, arme de guerre de l’Amérique, en toute illégalité

Si la Commission européenne a qualifié les sanctions américaines de « contraire aux lois i…