Le concept de cette émission danoise n’est pas compliqué : cinq adultes entièrement nus se tiennent debout face à des enfants de 11 à 13 ans. Avant même d’en savoir davantage, le bobo progressiste exulte. Quel modernisme, quel écologisme débridé !

Restait à trouver le prétexte. Faire passer l’exhibitionnisme pour une activité normale est bien joli, mais encore fallait-il mettre au point un de ces charabias fumeux qui viendrait justifier l’opération. Le participant est nu mais l’initiateur du projet habille sa motivation d’épaisses couches d’hypocrisie. Pull, sous-pull et Damart™ Thermolactyl™.

« Les enfants vont ainsi pouvoir poser des questions sur leur rapport au corps », argumentent laborieusement les initiateurs de l’émission. C’est curieux, j’allais le dire. Ne serait-il pas question, par exemple, de déconstruire des stéréotypes ? J’ai bon ?

Au , comme partout ailleurs en Europe, la déconstruction de ceci ou cela est le couteau suisse des expériences les plus indécentes. La justification suprême des torturés de la bébête. Nus sur des vélos, sextoy géant place Vendôme… Déconstruction. Est-il venu à l’idée du législateur que les clubs échangistes étaient des hauts lieux de la déconstruction ? Ces gens-là ne s’amusent pas, monsieur. Ils bossent.

Pour nos bricoleurs danois, exposer des pré-adolescents à la nudité serait un bon moyen de combattre le « body shaming ». Ainsi, les trop gros ou trop maigres n’éprouveront plus le besoin de retrouver un semblant d’équilibre physique… Il leur suffira de venir tout déballer devant des enfants pour repartir de bonne humeur. « Depuis que j’ai montré mes bourrelets et mon zizi à des mômes, je vais beaucoup mieux. Merci, docteur. »

Émission d’utilité publique, puisque les enfants sont confrontés à des corps « vrais », surenchérissent les producteurs. Pas de ces faux top model qui encombrent Instagram. Il ne leur est, semble-t-il, pas venu à l’idée que les enfants avaient tout loisir de contempler des corps imparfaits sur les plages ou à la piscine. Oui, mais ils ne sont pas nus. Et là est l’obsession du bobo. L’enfant doit voir du zizi pendouillant et des seins confrontés à la loi de la pesanteur. Le glauque ravit le bourgeois progressiste.

Se rendre compte de la réalité des corps « vrais » ne nécessitant en rien qu’ils soient entièrement nus, quelle est la motivation cachée ? Il est temps que le bobo enlève son Thermolactyl™ de la pensée pour nous livrer son véritable objectif. Son idéologie débarrassée des oripeaux intellectualo-bidon. Qu’il la montre ! Tout entière dans la lumière ! À quand l’émission ?

À lire aussi

Fabrice Luchini allume le couvre-feu

Luchini a trouvé les mots. …