Tous les observateurs sensés sont stupéfaits de constater qu’un mouvement de révolte contre les taxes est en train d’aboutir à un concours pour trouver de nouveaux .

En octobre, le mouvement des se cristallisait à partir de la vidéo virale de Jacline Mouraud, vue plus de six millions de fois, qui égrenait les multiples taxes et augmentations auxquelles était soumis l’automobiliste. La périphérique et populaire s’identifiait à ce ras-le-bol plein de bon sens et à la gouaille de Jacline Mouraud.

Moins de six mois après, le macronisme a fait monter au front sa Jacqueline de service, Mme Gourault. Spécialiste des trous de mémoire pendant les interviews, des approximations, gentiment caricaturée en Mère Denis sur les , elle était la candidate toute désignée pour lancer l’idée de l’impôt sur le revenu pour tous dès le premier euro. Un ministre qui fait peuple pour faire payer le peuple : on a de la suite dans les idées, dans la team . L’idée a séduit sur les plateaux télé, où certains animateurs redevables de l’impôt sur le revenu (“Les Grandes Gueules”), se sentant concernés, ont repris l’antienne des 2 % de Français s’acquittant de 40 % des recettes de l’impôt sur le revenu. Ben oui, ils se sentent un peu seuls, alors pourquoi ne pas faire payer davantage les autres ?

Le Premier ministre et Bercy ont rapidement désavoué le ministre. C’est l’avantage du grand débat : le grand déballage est permis, jusque dans le gouvernement, pourtant en charge de conduire la politique de la nation. C’est amusant, et l’on peut remercier Jacqueline Gourault pour avoir assuré le spectacle trois jours, de relayer son patron qui se démène depuis un mois.

En effet, depuis le début du grand débat, on a vu défiler : le retour de la , la réforme du quotient familial, la fin de l’universalité des allocations familiales et, donc, maintenant, cet impôt sur le revenu pour tous… Plus symbolique qu’autre chose, selon les exégètes de la pensée de Jacqueline Gourault : puisqu’il s’agirait, pour chaque contribuable, de verser un euro. Une sorte d’opération pièces jaunes. À l’efficacité financière nulle. Merci, Jacqueline Gourault, pour votre participation, vous pouvez regagner votre place !

À qui le tour, pour tourner la roue ? Ce serait drôle s’il ne s’agissait des finances de la France, qui sont dans l’état que l’on sait, et des nôtres, qui ont poussé les gilets jaunes à la révolte.

On devient quand même un peu impatient de voir la fin de cette fête foraine et de ce qui sortira du chapeau fiscal.

Pas sûr que cette grande récré aient rassuré les ménages, les investisseurs, les contribuables que nous sommes tous. Les spécialistes nous disent que la confiance, en matière fiscale comme ailleurs, a besoin de visibilité, de stabilité, de constance. Or, on y voyait plus clair avec le réquisitoire de Jacline Mouraud en octobre qu’avec la trouvaille de Jacqueline Gourault en février…

26 février 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Comment acceptons-nous le couvre-feu Macron 19 h alors que les Allemands résistent au couvre-feu Merkel 21 h ?

Que nous est-il arrivé pour que nous acceptions et respections scrupuleusement des mesures…