De nombreuses manifestations ont été organisées dans la plupart des villes françaises pour rendre hommage à , le professeur d’histoire décapité, le vendredi 16 octobre, à , par un Tchétchène islamiste ayant obtenu le statut de réfugié en mars dernier.

À Paris, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées, place de la République. Munies de pancartes « Non au totalitarisme de la pensée » ou « Je suis prof », la mémoire de Samuel Paty a été saluée dans le calme. « Je suis Samuel », « Liberté d’expression, liberté d’enseigner », scandaient les manifestants. On a entendu des applaudissements, puis on a respecté une minute de silence et chanté une « Marseillaise » vers 15 h 30.

« Dégagez ! », « Collabos, collabos, collabos ! », « Traîtres à la laïcité ! »

En revanche, la tension est montée lorsque la représentante du syndicat étudiant UNEF a pris la parole pour rendre hommage au professeur. Son intervention à la tribune a été couverte par des huées et des sifflets. Malgré l’appel au calme d’un des organisateurs, elle a eu du mal à terminer sa brève allocution, comme en témoignent des vidéos postées sur Twitter. « Dégagez ! », « Collabos, collabos, collabos ! », « Traîtres à la laïcité ! » pouvait-on entendre dans la foule.

À lire aussi

Haute-Saône : un lycéen converti à l’islam et radicalisé appelle, sur Internet, à répéter l’attentat de Conflans

Il risque jusqu'à sept ans de prison pour apologie du terrorisme et provocation à commettr…