Audio - Editoriaux - Entretiens - Politique - 7 juin 2017

La candidate En Marche ! connaissait-elle les idées radicales de son suppléant ?

Nicolas Goury, candidat FN dans la 4e circonscription de Seine-Maritime, à l’instar de Nicolas Bay, accuse Yanis Khalifa, suppléant de Sira Sylla, candidate En marche ! dans sa circonscription, de participer de la mouvance islamiste : Yanis Khalifa a eu des responsabilités dans plusieurs organisations liées à l’UOIF, branche française des Frères musulmans en France. Il a été porte-parole de leur mouvement étudiant (les Étudiants musulmans de France) et membre du conseil d’administration de l’association Coexister, qui a participé au congrès de l’UOIF en avril 2017. Nicolas Goury attend que Sira Sylla s’en explique.

Nicolas Bay affirmait ce matin que le candidat La République en marche de votre circonscription “participait ouvertement de la mouvance islamiste”, je le cite.
Que voulait-il dire exactement ?

Pour être tout à fait clair, Nicolas Bay n’a pas dit que le candidat En Marche ! dans la 4e circonscription participait à la mouvance islamiste.
En fait, l’accusé est son suppléant; qui s’appelle Yanis Khalifa et qui a eu des responsabilités dans plusieurs organisations liées à l’UOIF, l’Union des Organisations Islamiques de France.
L’UOIF est tout de même la branche française des Frères musulmans, une organisation islamiste radicale.
Monsieur Khalifa était le porte parole de leur mouvement étudiant, “Les Étudiants musulmans de France”. Il est aussi membre du conseil d’administration d’une association, “Coexister”, qui a participé au dernier congrès de l’UOIF en avril 2017.
Vous vous imaginez donc bien quelle est leur conception de la coexistence.

En m’intéressant d’un peu plus près à ses activités, j’ai pu constater qu’il aime et commente assez régulièrement sur les réseaux sociaux les publications de l’UOIF par exemple, celles des membres du parti islamiste tunisien Ennahdha qui est aussi issu des Frères musulmans avec lesquels il pose en photo, ou encore du CCIF qui avait participé à l’organisation d’un camp d’été décolonial interdit aux blancs.

Je pense que c’est tout de même assez révélateur. Madame Sira Sylla qui est la candidate titulaire En Marche ! dans cette circonscription devrait au moins s’expliquer sur le choix de ce suppléant.

Je pose surtout la question de savoir si elle n’a pas choisi monsieur Khalifa en toute connaissance de ses idées pour le moins radicales. Cela serait assez grave, finalement, mais c’est à elle de nous le dire.

Vous parlez beaucoup de L’UOIF.
Comment est-ce que vous vous opposeriez concrètement sur ce point si demain, vous étiez élu député ?

Le programme du Front National était assez clair sur ce point de l’islamisme. Marine Le Pen l’a d’ailleurs bien défendu pendant la Présidentielle.
On peut notamment citer la fermeture des mosquées radicales, l’expulsion des fichés S étrangers et bien sûr tous ceux qui ont un lien avec le fondamentalisme islamiste, et la déchéance de nationalité française pour tous les bi-nationaux en lien avec le terrorisme.
En ce qui concerne l’UOIF plus particulièrement, je rappellerai qu’elle contrôle plus d’une centaine de mosquées en France et certainement deux fois plus d’associations.
Tous les ans, 150.000 personnes se retrouvent au rassemblement annuel du Bourget où, comme dans ces mosquées, des invités prêchent la haine, la violence à l’égard des homosexuels ou des juifs, la soumission de la femme, la lapidation, et j’en passe probablement.
Je dis clairement que si je suis élu député je demanderai comme Marine Le Pen et comme l’ensemble des élus du Front National l’interdiction totale de l’UOIF.
Ce n’est pas un hasard si leur maison mère, les Frères musulmans, est considérée comme une organisation terroriste par plusieurs pays.

Selon tous les sondages, les Français semblent déterminés à donner une majorité au président qui vient d’être élu.
Quel rôle pourrait donc avoir l’opposition que vous voulez incarner ?

Les Français sont toujours sages.
Ils savent bien qu’un président a besoin d’une majorité pour gouverner. Les Français savent aussi qu’il faut une opposition très forte à l’Assemblée.
Marine Le Pen a tout de même recueilli près de onze millions de voix au second tour.
Ils ne trouveront évidemment pas de grandes oppositions auprès des Républicains de monsieur Baroin.
Finalement, il relève pour moi de l’évidence que le Front National de Marine Le Pen est aujourd’hui à la fois le plus légitime et aussi la seule force vraiment capable de représenter la voix des Français qui désireront s’opposer à la politique présidentielle.
Évidemment, en début de mandat, avant l’été, alors qu’il ne se passe pas grand-chose, l’opinion est assez docile. Mais je pense que les oppositions seront assurément de plus en plus nombreuses au fur et à mesure que le gouvernement dévoilera ses vrais projets.