Deux individus tunisiens, respectivement âgés d’une quarantaine et une cinquantaine d’années, et domiciliés en région parisienne, ont été mis en examen par un juge d’instruction, a annoncé, ce mardi 24 octobre, le parquet national antiterroriste. Ils sont accusés d’association de malfaiteurs criminels terroristes et suspectés d’être des complices de l’attentat de Bruxelles, « susceptibles d’être en lien avec l’auteur de l’attentat ».

Pour rappel des faits : le 16 octobre, trois jours après l’attentat terroriste en France contre Dominique Bernard, la Belgique met à son tour ses drapeaux en berne, victime elle aussi de l’islamisme radical. Alors qu’ils venaient simplement soutenir leur équipe nationale de football lors des qualifications de l’Euro 2024, place Sainctelette, deux Suédois perdent la vie au cours de la fusillade perpétrée par Abdesalem Lassoued, Tunisien de 45 ans, radicalisé et abattu par la police belge le 17 octobre.

Détention provisoire

Les deux individus ont été placés en détention provisoire. L’un des deux récuse fermement les liens qui le lient à l’entreprise terroriste de son ami, assurant que rien ne pouvait laisser deviner un tel passage à l’acte. Le second, ainsi que ses conseillers, refusent de s’exprimer sur la question. Une enquête est ouverte à Paris par le parquet national antiterroriste, suite aux informations transmises par les autorités belges.

Sur les quatre individus « susceptibles d'être en lien avec l'auteur de l'attentat » arrêtés en Loire-Atlantique, en Maine-et-Loire et en région parisienne, seuls deux sont encore en examen.

2235 vues

24 octobre 2023 à 18:16

Les commentaires sont fermés sur cette publication.