C’est fait, la liste de Thomas Cazenave, LREM, s’allie avec le maire LR sortant de Bordeaux, Nicolas Florian. L’arithmétique donne cet équipage vainqueur. Le maire sortant était arrivé en tête, avec 34,6 %, devant le candidat écologiste, à 34,4 %… en recul par rapport à Juppé, régulièrement élu au premier tour. Deux autres listes avaient dépassé les 10 % et se sont donc qualifiées pour le deuxième tour : la liste LREM, avec 12,7 %, et celle de Poutou, avec 11,8 %. Sans l’alliance entre LR et LREM, le second tour avec quatre listes aurait été particulièrement incertain. Avec trois listes, la victoire du maire sortant est assurée. La cuisine électorale assure la pitance pour six ans aux amis d’Alain Juppé.

Poutou sauve Les Républicains et Macron

Cette alliance n’est pas une surprise. Il était difficile de comprendre ce qui différencie les deux candidats : Florian, orphelin de Juppé, qui a brusquement démissionné pour un poste au Conseil constitutionnel, et Cazenave, ex-directeur adjoint de cabinet du ministre de l’Économie, Macron. Le syndicaliste gauchiste, Poutou, ex-candidat à l’élection présidentielle, a décidé de se maintenir au second tour. Une aubaine : il va priver le candidat écologiste des voix qui pourraient lui permettre de gagner. Poutou assure la victoire du candidat de Macron.

Le choix entre trois listes de gauche

Incroyable, il n’y a pas de liste de droite. Poutou assume son communisme version trotskiste. Le candidat écologiste plaide pour la décroissance, la fin de l’automobile, la lutte contre le réchauffement climatique et pour l’ouverture des frontières. C’est un « maoïste » de l’écologie : tous à pied et un bol de riz par jour. Il siège depuis plus de vingt ans au conseil municipal et a toujours voté toutes les mesures de gauche et d’extrême gauche portées par Juppé. Il était, d’ailleurs, un aiguillon gauchiste permanent. Un maître dans l’art de culpabiliser l’élu républicain qui se serait égaré à refuser une subvention à une association pro-migrant… Le spectacle était pitoyable de voir Juppé, docile, expliquer qu’il était plus écologiste que son opposant !

InCité continuera à exproprier

Nicolas Florian a fait de la place aux macronistes. Il a remplacé des colistiers penchant à gauche par des amis de Macron, europhiles, immigrationnistes, étatistes… Autant dire qu’il n’y aura aucun changement. L’argent continuera à couler à flot pour bloquer les automobiles, subventionner des associations gauchistes, ou pour des éoliennes urbaines… InCité, la société d’économie mixte pilotée par la mairie qui, sous prétexte de lutte contre l’habitat insalubre, préempte et exproprie dans des conditions scandaleuses les propriétaires bordelais, continuera son business.

Juppé a fait le lit de la gauche. Aucun des candidats n’est capable de conduire une politique de développement économique, scientifique ou industriel. Il reste aux électeurs bordelais à profiter du dimanche électoral pour faire une sortie de pêche sur le bassin d’Arcachon.

À lire aussi

Élection triangulaire à Bordeaux, un goût de vinaigre

Il n'y a pas de candidat contre l'immigration et la politique sociale qui entretient l'arr…