« Le restaurateur qui a ouvert son établissement à midi, à , est ce soir en garde à vue. Son cuisinier, un étranger en situation irrégulière y travaillant, a été, lui, placé en rétention. » La préfecture des Alpes-Maritimes a été claire et laconique. Pour avoir enfreint la loi en ouvrant son restaurant malgré le confinement, un restaurateur niçois est dans le giron de la . Une affaire qui a été l’occasion, pour la , de rappeler que force doit rester à la loi. Admettons. Quelques jours auparavant, un boulanger-pâtissier de Besançon, Stéphane Ravacley, avait entamé une grève de la faim pour que son apprenti, un Guinéen sans papiers, ne soit pas expulsé du pays. Laye Fodé Traoré, puisque, là, c’est important d’avoir son nom, a été régularisé à la suite de cette grève.

Du coup, la République est à géométrie variable ? Il y a les bons et les mauvais migrants ? Les intégrables et les expulsables ? On est bien en peine de différencier les deux qui sont tous les deux entrés illégalement. Pourtant, le premier est régularisé, l’autre placé en rétention. Le premier a un patron qui entame une grève de la faim, le second a un patron qui l’a fait travailler illégalement. Christophe Wilson, le restaurateur niçois, est en tout cas au cœur d’un nouveau débat. Ceux qui réclament une punition exemplaire et ceux qui le panthéonisent. Un hashtag #LiberezChristophe fleurit sur par ailleurs.

Dans cette double affaire, on notera deux perdants : le cuisinier de Christophe Wilson, mais surtout la République dont les lois varient selon l’opinion et le contexte politique.

28 janvier 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Euthanasie : l’influence de Jean-Luc Romero-Michel

Forts de moyens financiers, les militants de l’ADMD font depuis plus de dix ans un travail…