Le 3 février 2022, Clémentine Autain postait ce message : « Bonne nouvelle : Bardella mis en examen pour avoir qualifié Trappes de "république islamiste". » Plus grande nouvelle encore aujourd’hui, et c’est cette fois Jordan Bardella qui poste : « Le mélenchoniste Ali Rabeh, maire de Trappes, m'avait poursuivi pour avoir dit que la ville était devenue une république islamique en miniature. Justice est passée, je suis relaxé. L’islamisme doit être dénoncé et combattu, sans faiblir. »

Trappes, une ville emblématique des dérives communautaristes

La polémique remonte à octobre 2021. Malgré l’alliance inattendue du PS et de la droite pour tenter de l’évincer, le Franco-Marocain Ali Rabeh, fortement accusé de « clientélisme », vient d’être réélu maire de Trappes. Dans sa bio, il dit être entré en politique durant les manifs contre la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle de 2002. Puis il a fait ses classes à l’UNEF, pépinière bien connue des cadres socialistes, avant de s’élever dans l’ombre de Benoît Hamon. Slate lui avait même consacré un article intitulé « Ali Rabeh, l’homme à connaître pour mieux comprendre Benoît Hamon. »

C’était avant d’atterrir chez Mélenchon et de s’offrir la mairie de Trappes, une ville si emblématique des dérives communautaristes instaurées par le PS qu’elle a même fait les choux gras de la presse de gauche, celle-ci dénonçant les largesses du maire sous couvert « d’actions caritatives », via son association Cœur de Trappes.

En cet automne 2021, les adversaires d’Ali Rabeh veulent « tourner la page de la gestion sectaire et clientéliste » du maire, mais Ali Rabeh est réélu. Rien n’y a fait, ni le livre des deux journalistes du Monde (Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, La Communauté, Albin Michel, 2018), ni celui, plus récent, de Didier Lemaire, ex-professeur de philo à Trappes, intitulé Lettre d’un hussard de la République (Éd. Robert Laffont, 2021). L'enseignant y décrit « une ville perdue pour la République ». Il avait alors été placé sous protection policière

Des dérives dénoncées par Jordan Bardella

C’est dans ce contexte que Jordan Bardella, atterré par la réélection d’Ali Rabeh, déplore dans un communiqué que « le gouvernement reste passif devant la constitution de républiques islamiques en miniature », demandant à ce que l’édile, soupçonné de clientélisme islamiste, soit « révoqué et sa ville mise sous tutelle ». Ces propos valent au patron du RN une mise en examen en février 2022.

Invité à débattre sur le plateau de TPMP, le maire réélu lui assène sa glorieuse vérité : « Vous êtes l’autre face de la même pièce que les djihadistes. » Ali Rabeh brandit comme un trophée son mariage avec une Bretonne. Elle va donner naissance à leur fille qui « va naître dans un pays largement métissé et elle ne se demandera pas si elle est bretonne ou d’origine marocaine, elle sera française, élevée par des Français, et elle contribuera à écrire le récit national français comme depuis deux siècles, trois siècles, et ça, ça vous dérange. » Il poursuit : « Eh bie, ce monde-là, cette France-là, elle advient de gré ou de force, que vous l’aimiez ou que vous la rejetiez, et elle s’imposera parce qu’elle s’impose déjà ; et votre vieux monde, votre monde raciste, [...] ce monde-là est en train de s’éteindre, vous avez raison, vous le voyez s’éteindre et vous paniquez. »

Jordan Bardella lui avait répliqué que les immigrés d’hier « partageaient une même culture française. Des générations issues de pays du Maghreb dans les années 60 ont fait un effort exigeant qui s’appelait l’assimilation », rappelait le jeune patron du RN. Ce n’était pas « "Venez comme vous êtes", c’était "devenez ce que nous sommes". »

Jordan Bardella relaxé, on craint que le commentaire de Clémentine Autain, cette fois, ne se fasse attendre…

7734 vues

13 décembre 2023 à 16:32

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

31 commentaires

  1. En cas de dissolution Badella est déjà candidat au poste de premier ministre, au lieu de le refuser catégoriquement et d’exiger la démission de Macron. Décidément le RN est plus fort que le LR: il trahit ses électeurs avant même d’avoir été élu. MLP s’avère être le meilleur soutien de Macron. Il ne nous reste que Zemmour.

  2. Bravo à Jordan Bardella . La FRANCE manque cruellement de gens comme lui , qui disent la vérité ; même si elle dérange . Si il y avait plus de patriotes comme lui ,la FRANCE ne serait pas dans cet état de délabrement . La FRANCE est devenue un véritable cloaque .

  3. Bravo Monsieur Bardella ! nb: j’ai vècu à Trappes une adolescence heureuse de 1957 à 1961, et n’ai pas le moindre souvenir de présence
    ou confrontation avec les nuisances actuelles : le Grand Remplacement est flagrant..

  4. « Toute vérité n’est pas bonne à dire » je ne sais plus qui est l’auteur de cette phrase mais maintenant, à l’aube d’une guerre civile, la vérité doit être dite et que chacun puisse se situer dans notre pays fracturé par des croyances moyen âgeuses qui veulent détruire notre civilisation occidentale y compris par la violence.

  5. Un homme (terme générique) politique qui n’a pas peur, voilà ce qu’il nous faut à la tête de la France, c’est la seule qualité requise, et la droite n’en manque pas.

  6. Simple demande de renseignements de la part des pauvres lecteurs qui peuvent être noyés dans tout ce nouveau vocabulaire :
    « les termes de République Islamiste et Califat sont-ils antinomiques (contradictoires, contraires, incompatibles, opposés) ou bien identiques ? »
    Merci pour la réponse.

Les commentaires sont fermés.