Lorsqu’on fera le classement des dix manœuvres les plus grossières de la décennie Macron, celle-ci a de bonnes chances de ressortir en tête, illustrée de la photo d’Éric Dupond-Moretti.

Le garde des Sceaux s’est encore signalé par son implacable haine d’une partie des élus, ce 2 août, à l’Assemblée nationale. La résolution des 38 députés NUPES qui assimilent la politique d’Israël à l’apartheid sud-africain fait encore des vagues. Le député Meyer Habib, apparenté LR, vient d’évoquer en séance « un nouvel antisémitisme toujours présent en France, notamment à la gauche de cet Hémicycle, avec les islamo-gauchistes ».

Dupond-Moretti se lève et cite alors les proximités réelles de l’extrême gauche avec l'ancien leader du Parti travailliste anglais Jeremy Corbyn, accusé de complaisance avec l’antisémitisme. « Jeremy Corbyn, l’apartheid […], ces mots vous collent à la peau », lance-t-il à l’extrême gauche qui quitte alors l’Hémicycle. C'est la suite qui étonnerait si l'homme pouvait encore étonner.

Car à cet instant, le garde des Sceaux redevient ce qu’il est, un bloc. Un bloc de haine de la nation, de ses représentants et de ceux qui y sont attachés. Il se tourne vers les rangs du Rassemblement national : « L’extrême droite maintenant », annonce-t-il. Plus question d’actualité. Dupond-Moretti n'a rien à reprocher sur ce thème au RN, traditionnellement favorable à Israël. Alors il attaque… l’Histoire « qu’on ne peut pas oublier ». Aux députés RN sidérés, Dupond-Moretti lance « le point de détail du père fondateur », vieux de… 35 ans ! Il jette des noms en pâture, dont aucun n’est ou ne fut membre ou élu du RN, jusqu’à « Dieudonné et sa quenelle » ! « Où sont-ils ?, poursuit le garde des Sceaux. Cachés dans votre campagne électorale. » Effet de manche garanti. Pour l’honnêteté intellectuelle, en revanche, l’Assemblée a connu des pages plus belles.

« Ridicule, estime Laurent Jacobelli, député RN présent et porte-parole du parti, joint par Boulevard Voltaire. Après avoir dit quelques vérités sur l’extrême gauche, il tente de jouer l’équilibre des forces en ressortant les vieux dossiers. »

Il faut à tout prix accuser à droite, même sans le moindre élément d’actualité tangible. Le groupe RN ne bouge pas des travées, se contentant de hausser les épaules en criant « Voyou ! » « Ce sont de vieilles lunes que Dupond-Moretti ressort en permanence, explique Jacobelli. Il exprime une haine profonde du RN car on le met en permanence devant son incompétence et son laxisme judiciaire. »

Peu importe la vérité. Le garde des Sceaux aura ainsi tenté de diminuer la responsabilité de la seule extrême gauche en mettant la droite nationale dans le même sac. Dernière lame, Élisabeth Borne, Premier ministre, se lève et se charge de passer l’éponge... à gauche. « Personne ne met en doute au sein du gouvernement la position du groupe socialiste, du groupe communiste et du groupe écologiste sur ces sujets. » Embrassons-nous, Folleville, tout est pardonné. Pourtant, le fameux texte « apartheid » a bien été rédigé par des communistes et porté par des députés venant des différentes familles de la NUPES. Mais la brouille avec la gauche est impossible, quelles que soient ses outrances, tant le gouvernement a besoin des votes socialistes ou écologistes à l’Assemblée. En quelques instants, le gouvernement aura donc tenté de mouiller la droite nationale parfaitement étrangère à la polémique « apartheid » avant de pardonner… la gauche, seule impliquée dans cette affaire ! La fin justifie les moyens, estime sans doute le gouvernement. Cette fois, la ficelle est tout de même très très épaisse… Elle en dit long sur les méthodes et l'honnêteté de ce gouvernement.

11420 vues

3 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

10 commentaires

  1. Ce n’est pas une « erreur » de Macron, c’est un acte délibéré pour nous montrer qu’il fait seulement ce qu’il a décidé au mépris de tout ce que nous voulons. N’oubliez pas le discours de Dupont Moretti lorsqu’il est devenu garde des sceaux: son seul objectif était de combattre le RN et ensuite il s’est illustré comme ministre des délinquants

  2. Eric Dupont-Moretti fait partie des principales erreurs de Macron. Avec récidive pour ce deuxième quinquenat.
    De plus il n’est toujours pas mis en examen pour les propos doublement racistes qu’il a tenu face à Eric Zemmour sur Paris-Première. Je cite de mémoire: « M. Zemmour quand vous aurez viré tous les arabes qui fera votre ménage? ».
    Scandaleux racisme ethinique et social. Et Macron le maintien en fonction. Décidément ces deux là se croient tout permis.

    1. Ce n’est pas une « erreur » de Macron, c’est un acte délibéré pour nous montrer qu’il fait seulement ce qu’il a décidé au mépris de tout ce que nous voulons. N’oubliez pas le discours de Dupont Moretti lorsqu’il est devenu garde des sceaux: son seul objectif était de combattre le RN et ensuite il s’est illustré comme ministre des délinquants

  3. La honte de l’assemblée, ce ministre ne sait pas se retenir et donne des commentaires completement a coté de la plaque. que ce gouvernement est beau, constructif, sérieux et à la hauteur de la tache.

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter