[ANIMAUX] Comment voteront les amis des animaux ?

Image générée par IA
Image générée par IA

Malgré le soutien de Brigitte Bardot, le Parti animaliste n’aura pas d’eurodéputés. Il a obtenu à peine plus de 2 % aux élections européennes (à peu de chose près le même score qu’en 2019). Son électorat n’a pas été étudié jusqu’à maintenant, explique le Parti animaliste à BV ; ce serait pourtant intéressant de voir qui cela concerne (socialement, géographiquement…). N’étant pas remboursé de la campagne européenne, le parti se trouve en difficultés financières et ne peut se lancer dans les législatives.

Interrogé, sur X, sur les consignes du vote que donne le Parti animaliste pour ces législatives, le parti a répondu qu’il n’en donne aucune (ce qu’il confirme auprès de BV). « On peut aimer les chatons ET l’extrême droite », en a conclu Philippe Vion-Dury, cofondateur d’un média écologique. Et Aymeric Caron de juger cela « absolument scandaleux ». Ils auraient voulu une claire prise de position anti-RN et pro-Front populaire, alors que le Parti animaliste laisse chacun libre de se faire une opinion en se reportant au site politique-animaux.fr.

Un site animé par L214

Utilisant des règles de calcul savantes, le site note les personnalités politiques et élus en fonction de leurs votes et déclarations dans les médias. Il est animé par l’association très militante de la condition animale L214. Rappelons le lien : Hélène Thouy, la présidente du Parti animaliste, est l’avocat de L214. Elle obtient la note de 19,9/20 et le Parti animaliste 19,5/20. Le parti rival d’Aymeric Caron, « La Révolution écologique pour le vivant », n’est pas mal noté non plus : 18,8/20. En envoyant ses électeurs vers ce site, le Parti animaliste incite, en fait, à voter pour le Front populaire, puisque ce front fédère des partis très bien notés : outre la Révolution écologique, LFI (16,7/20), NPA (16/20)…

Du côté de notre famille politique, les notes ne sont pas étourdissantes. Éric Zemmour: 3,4/20. Marion Maréchal: 5/20. Jordan Bardella: 5,7/20. Marine Le Pen: 9,7/20. Pour comprendre à quoi ça tient : Jordan Bardella a, par exemple, voté contre « la prise en compte des animaux dans la résolution humanitaire sur Gaza », ce qui joue en sa défaveur. Marine Le Pen n’a pas signé « de proposition de loi visant à interdire l'abattage sans "étourdissement" »: sa note en est minorée, alors qu’on sait que c’est un de ses engagements de la présidentielle 2022. Interrogée sur cet éventuel défaut dans les notations, l’association L214 ne nous a pas répondu.

L’épineuse question de l’abattage rituel

Allons plus loin. Il y a, à gauche, une vigoureuse contradiction que les calculs ne prennent pas en compte : les déclarations anti-abattage rituel de certains partis se heurtent à leurs positions immigrationnistes et islamophiles. Ce hiatus entre le bien-être animal et le clientélisme musulman explique les tergiversations d’un Mélenchon. Tantôt il y voit un motif de discrimination (« un non-débat destiné à opposer les uns aux autres », 2012), tantôt il est pour l’interdiction (2017), tantôt il est évasif (2022 : « on discutera avec les chefs religieux », sic). Malgré cela, il obtient une note de 17,4/20. De même pour le parti d'Aymeric Caron, très discret sur la question.

Et du côté de la Macronie ? Sur l’abattage rituel, Macron s’est opposé à son interdiction, ses ministres ont refusé l’étiquetage informatif, ont reconnu ne pas avoir de données sur les dérogations accordées aux abattoirs, etc. Il semble mériter la note de 3,9/20. Mais au fond, qui, sérieusement, déterminera son vote uniquement en fonction de ce site ? Le monde des animalistes tend à recréer l’arche de Noé où l’homme et les animaux vivent en harmonie en attendant la fin de la catastrophe climatique. Dans ce monde protégé, des préoccupations comme l’immigration et le pouvoir d’achat ne sont pas reconnues. Une vision politique trop courte pour être utile aux électeurs.

Samuel Martin
Samuel Martin
Journaliste

Vos commentaires

14 commentaires

  1. Les animaux ont un sixième sens ( voire plus ): il suffit de se mettre à leur écoute pour savoir qui est bien et qui est mauvais..

  2. Contrairement à ce que l’on dit, l’âne n’est pas bête, au contraire, et c’est pour faire entrer l’intelligence de l’âne dans le cerveau des enfants qu’on leur mettait un bonnet d’âne sur la tête.

  3. C’est l’en-tête de votre article qui me fait réagir : « Les animalistes vivent dans un monde presque idéal, en tout cas sans insécurité ni immigration ». Pourquoi être aussi affirmatif ? Etant une amie inconditionnelle des animaux, je ne vis pas dans un « monde idéal, ni loin de l’insécurité. Et mon voisinage est constitué d’immigrés ou issu de… ». Et, en conséquence, bien qu’aimant profondément et défendant les animaux, je ne vote pas Animalis mais patriote, parce que le danger est trop grand ! Bien que participant aux actions de L 214 je suis très en colère contre un msg reçu hier, de la part de sa présidente, qui donne pour consigne de ne pas voter RN. Je vais justement lui répondre qu’elle favorise le vote Mélanchon, islamo-compatible et que, comme chacun sait, les musulmans pratiquent l’abattage rituel, sans étourdissement. Evidemment j’y suis fortement opposée. En conclusion, merci d’éviter les généralités et on peut être en désaccord avec des partis amis.

  4. Ca dépend de quels défenseurs des animaux ont parle ? Des défenseurs sincères des animaux ou de ceux qui défendent les moustiques et les surmulots, mais qui sont sinistrement silencieux lorsqu’il s’agit de défendre les femmes, et même comble de l’horreur les gamines, maltraitées et violées ?

  5. il n’est pas illogique quand on aime les animaux de ne pas apprécier M. Caron. Cela dit nos amis les bêtes doivent se féliciter en observant certains comportements de ne pas être du genre humain.

  6. C’est bien dommage que ce parti reste discret car il vehiculait un modèle intéressant. Notamment les animaux étrangers importé sur le territoire sont mis dans des parc à thème (ce qui offre des avantages, tels que contrôle des naissances, protection de croisement non contrôlé, etc…)

  7. Ce parti devrait et doit être exclusivement celui des animaux et jusqu’ici aucun autre n’agit et .ne plaide en leur faveur. Comment peut on imaginer que notre époque de sauvages ait quelque pitié pour une race considérée comme inférieure traitée avec mépris comme une esclave tantœt aimée puis torturée abandonnée et tuée à notre volonté et notre serVice ? COmment peut on espérer s’occuper du sort des plus faibles ailleurs alors que dans notre propre race nos propres faibles sont maltraités ? L’époque est au chacun pour soi et aux beaux discours sur le racisme pas à l’action.

  8. La souffrance animale est un vrai problème : 1/ Moralement il n’est pas humain de faire souffrir qui que ce soit, fût- ce un animal lors de son abatage, et, a fortiori, quand c’est inutile. 2/ Un animal qui angoisse, lutte, se débat, agonise (hallal et kasher durant 1/4 d’h dans ses déjections), va se souiller et produire énormément de toxines : le métabolisme énergétique du muscle est modifié. A ce jour les recherches continuent pour comprendre les effets probables, après des années, sur la santé humaine.

  9. Je crois qu’ils ne votent pour des ânes de gauche car on ne peut faire diriger un pays en basant la politique sur le s animaux.

  10. Ils votent pour qui ils veulent et ne donnent pas de consignes de vote , n’insultent aucun électeur qu’il soit de gauche ou de droite c’est bien .

  11. À M. Caron : de quoi me mêlé-je ? Les gens sont libres de voter pour qui ils veulent. Cela s’appelle la démocratie. Un mot étranger dans le dictionnaire de gauche, sauf quand ça les arrange. Et encore une fois : nous sommes majeurs et n’avons pas besoin de consignes pour voter. Insupportable !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois