Un clandestin guinéen arrêté par les policiers de la BAC, une nuit de juin 2020, à la suite d’une agression sexuelle dans les rues d’Angoulême sur une jeune fille qui rentrait chez elle, avait affirmé être un mineur isolé, né en 2003. Pour preuve, un an auparavant, il était bien scolarisé en classe de troisième, au collège Marguerite-de-Valois, à Angoulême, relate La Charente libre.

 

Un test osseux confirme qu’il a 25 ans et non 16 ans

Mais les policiers ont eu quelques doutes sur l’âge réel de l’agresseur. L’enquête a montré qu’avant d’arriver en , Alpha Barry avait donné une date de naissance différente, lors d’un passage en . Le 1er septembre 1994. Ce qui leur paraissait plus conforme à la réalité.

Un test osseux a confirmé les doutes des enquêteurs. L’agresseur était loin d’être un mineur puisqu’il était âgé de 25 ans.

Trois agressions sexuelles

Le 4 mai, il était jugé au tribunal correctionnel d’Angoulême, pour ces faits d’agression sexuelle, mais aussi pour d’autres faits puisqu’en qu’en août 2019, à deux reprises, il s’était masturbé devant des femmes qui se promenaient.

Il était également poursuivi pour « fourniture d’ imaginaire ». Pour ces faits, le clandestin originaire de Guinée a écopé de dix mois d’emprisonnement ferme.

8 mai 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

18 tombes saccagées et des croix de fonte volées dans le cimetière de Genêts (Manche)

Un pillage qui pourrait être motivé par la récupération de la fonte pour la revendre comme…