Justement, on en parlait la semaine dernière, je ne sais plus avec qui, mais on était un tantinet inquiets : pas de nouvelles du recasage d’Amélie de Montchalin, alors qu’on venait d’apprendre que pour Castaner, c’était réglé.

Compliqué, le cas Castaner, mais on y est quand même arrivé : la présidence du conseil de surveillance du port de Marseille et la présidence du conseil d’administration d’Autoroutes et Tunnel du Mont Blanc (ATMB) pour l’ancien ministre de l’Intérieur. Mer et montagne ! Soyons honnêtes, pour le port de Marseille, fera ça gratuitement. « C'est pour moi plutôt un soutien au projet présidentiel et au Port dans le cadre de "Marseille en grand" », a-t-il déclaré. Si c’est pour une œuvre, alors… Pour le tunnel, c’est un petit peu différent : le prédécesseur de Castaner, l’ancien ministre de Hollande, Thierry Repentin, avait reconnu en 2017, lors de sa nomination, qu’il percevrait 75.000 euros bruts par an. Ce n’est pas le Pérou, mais c’est pas mal non plus, par les temps qui courent. Et puis, au fond, nul n’était plus qualifié que pour occuper ce poste. La preuve ? N’a-t-il pas déclaré, en apprenant sa nomination, qu’il connaît « le rôle clé d’Autoroutes et Tunnel du Mont Blanc pour la mobilité des trois pays qu’elle dessert : la France, l’ et la Suisse ». Embauché !

Et Montchalin ? On se souvient qu’elle avait été pressentie pour un poste d’ambassadrice dans un pays européen. On avait évoqué Rome, puis Londres ou Madrid. De quoi agacer les diplomates de profession qui venaient d’apprendre la suppression de leur corps, réforme à laquelle Montchalin avait participé ! Le démenti tomba, aussi sec, de la bouche même de l’ancien ministre et puis après… plus rien. Silence. Passèrent les reclassements de Wargon, Blanquer, Buzyn, Bourguignon, Castex. L'entreprise de reclassement de la Macronie (les mauvaises langues parlent de recyclage, à l'heure où l'environnement est au cœur de nos préoccupations) fonctionne à plein tube. Mais toujours rien pour Mme Montchalin. Elle patientait gentiment et discrètement en siégeant dans l'opposition au conseil régional d'Île-de-France. Pas folichon, lorsqu'on a participé, comme qui dirait, à l'Histoire de aux côtés d'Emmanuel Macron. Mais bon, parfois, il faut savoir attendre. Et ce mercredi 23 novembre, c'est le décrochage de la timbale. On apprend en effet que celle qui fut battue aux dans l'Essonne par le socialiste Jérôme Guedj hérite d’un poste prestigieux. Celui de représentante permanente de la France (autrement dit ambassadrice) auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une organisation internationale qui compte une petite quarantaine de pays développés. Un poste qui devrait aller comme un gant à l’ancienne secrétaire d’État chargée des européennes, tout juste âgée de 37 ans.

Elle succédera à l’ancien ministre d’Édouard Philippe, Muriel Pénicaud, qui occupait ce poste depuis septembre 2020. Un clou chassant l’autre, la question maintenant est de savoir s’il va falloir recaser Pénicaud. À moins que cette dernière ne fasse valoir ses droits à la retraite, puisque âgée de 67 ans. Rassurez-vous, le DRH doit être sur le coup. Avantage ou inconvénient, pour Amélie de Montchalin - tout dépend comment on voit les choses -, le siège de l’OCDE se situe dans le XVIe arrondissement de Paris. Au château de la Muette…

14057 vues

23 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

29 commentaires

  1. Amélie est patiente, Amélie attend que le feu soit au vert pour traverser la rue. Reste à savoir ce qu’il adviendra de Muriel, souhaiton que ce ne soit pas une mise à la retraits d’office et qu’elle a tous ses points…

  2. Ce qui est bien avec macron c’est que qui perd gagne ! Soyez mauvais et vous serez récompensé !
    Bien sûr il y a aussi ces « fonctionnaires » qui ont fait des « bêtises » à qui l’on octroie un déplacement-promotion…

    Et puis il y a les salariés qui ont eut le tort de s’investir dans une entreprise dont l’état ne voulait plus et qui eux sont recasé au… chômage…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter