a créé une nouvelle notion, celle de « soupçon avéré », et fait une déclaration étonnante car, selon lui, « l’émotion peut être supérieure à la loi ». Comment interpréter de tels propos ?

Réaction d’Alexandre Langlois au micro de Boulevard Voltaire.

On va revenir brièvement sur les deux phrases chocs de Christophe Castaner. Premièrement, il a inventé la notion juridique de soupçon avéré. Deuxièmement, il a déclaré que l’émotion pouvait être supérieure à la loi. Qu’avez-vous pensé des deux sorties de votre employeur ?

Notre employeur nous surprend toujours. Un soupçon avéré n’est pas une notion juridique. Notre ministre ne connaît pas la langue française et fait des fautes de français. Cette phrase ne veut tout simplement rien dire. Peut-être qu’il n’a pas eu de chance dans son éducation.
Concernant les manifestations, cela pose un sérieux problème d’égalité. On est en train de réfléchir pour déposer un référé sur cet ordre manifestement illégal.
Soit les manifestations sont interdites en France pour raison sanitaire. En tolérant ces manifestations de plusieurs milliers de personnes, il met en danger la vie de nos collègues, puisqu’ils ne sont pas forcément protégés avec des masques FPP2, mais aussi les manifestants et les riverains. Soit le virus n’est pas dangereux et, dans ce cas, on utilise des mesures sanitaires pour empêcher la liberté de manifester. Cette liberté de manifester est constitutionnelle.
Dans les deux cas, c’est une aberration et on ne peut pas avoir des manifestations interdites tolérées. Il faut pouvoir intervenir. Il n’y a pas d’entre-deux, car cela empêche le travail de la police.

Les réactions de vos collègues ont été très critiques. Certains policiers ont, d’ores et déjà, déclaré qu’ils ne procéderaient pas à certaines interpellations pour ne pas tomber dans ces soupçons avérés. Fallait-il s’y attendre ?

Les propos du ministre sont catastrophiques. Il détourne des problèmes qui n’ont rien à voir les uns les autres. Notre collègue Noam Anouar avait dénoncé des problèmes de racisme avérés et non des soupçons. Il a été sanctionné.
À l’inverse, une dizaine de nos collègues ont fait, il y a plusieurs mois, l’interpellation d’une personne qui avait fraudé dans les transports en commun. Cette personne de couleur noire s’est rebellée et leur a dit « Vous m’arrêtez parce que vous êtes racistes ». Pas de chance, sur les dix policiers, neuf étaient antillais. Ces gens se servent du racisme pour entraver les actions de la police.
Le discours de Castaner est très dangereux. Il va renforcer une partie de la délinquance qui va se servir de cette carte joker pour empêcher l’intervention de la police nationale.
M. Castaner a parlé de soupçon avéré et cela ne veut rien dire, puis il a continué en disant qu’il serait très ferme en envisageant des suspensions. Le meilleur moyen de régler le problème, c’est qu’il pose sa démission.

Selon vous, Christophe Castaner doit démissionner ?

Il doit démissionner. Comme disait Einstein, on ne peut pas régler les problèmes avec ceux qui les ont créés.
Christophe Castaner s’est déplacé, dernièrement, au commissariat d’Évry. Le Premier ministre a fait le discours pendant qu’il était très gentiment derrière. Malheureusement, Édouard Philippe devrait bientôt partir et Castaner devrait encore rester. On ne peut pas garder un tel niveau d’incompétence à un des ministères les plus importants de l’État.

À lire aussi

Alexandre Langlois : « La police n’est pas en mesure de gérer convenablement le couvre-feu… Au final, on fera les gardes-chiourme et les percepteurs des impôts »

Alexandre Langlois réagit à l’annonce du couvre-feu qui a été décrété par Emmanuel M…