Abbé Fabrice Loiseau : « Prière musulmane à Saint-Louis-des-Invalides : c’est une erreur théologique et diplomatique »

Le 22 mai dernier, l’appel à la prière des musulmans lancé dans la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides, lors d’un concert commémorant les vingt ans de la fin de la guerre du Kosovo, a suscité l’indignation.

Réaction de l’abbé Fabrice Loiseau, qui dénonce une « provocation » au micro de Boulevard Voltaire.

Une prière musulmane a été entonnée dans la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides en l’honneur du Kosovo. Comment avez-vous réagi lorsque vous avez appris cela ?

J’ai mal réagi. C’est une provocation. Cette manière de faire est théologiquement inconcevable. C’est aussi une provocation si on reprend le contexte de cette guerre où beaucoup de chrétiens ont été tués par des musulmans.
C’est une double erreur, théologique et diplomatique.
Théologique, parce que c’était l’appel à la prière. L’appel à la prière comprend la reconnaissance du dieu qui exclut le dieu trinitaire, l’incarnation et la rédemption et qui reconnaît Mohammed comme le seul prophète, avec tout ce que comporte la vie de Mohammed.

S’agit-il d’une profanation ?

Ce fut une erreur grave. On ne peut pas concevoir de syncrétisme dans une église. C’est un manque de respect pour les catholiques et les musulmans.
Comme Jean-Paul II l’indiquait, il ne faut pas de syncrétisme. Même s’il y avait eu des erreurs faites à Assise, cela avait été rappelé plusieurs fois dans ses commentaires. Dans un édifice catholique, on ne peut pas faire une prière liturgique qui nie la trinité d’une autre religion. C’est un non-sens pour un catholique.
Ensuite, c’est une erreur pour les musulmans. Les musulmans n’ont pas le droit de prier publiquement dans un lieu catholique.

Monseigneur de Romanet, l’évêque aux armées, a rappelé que la chapelle des Invalides ne lui appartenait pas et qu’il ne lui appartenait pas de s’opposer à ce genre de décision.

C’était très difficile pour l’évêque dans la mesure où il n’est pas l’affectataire. Les responsables sont ceux qui organisaient ce concert. La moindre des choses était de prévenir l’évêque. Je n’ai pas vu toutes les déclarations de Monseigneur de Romanet, mais il faut surtout se tourner vers les organisateurs de ce genre d’événements pour que cela ne se reproduise plus.

À lire aussi

“Une bénédiction catholique pour le terroriste de Liège converti à l’islam, c’est un scandale !”

C'est un manque de discernement de la part du prêtre et de l'évêque du lieu. On n'en reste…