Depuis plusieurs années, on voit circuler sur les réseaux des appels à « renouer avec l'Action directe » en s'en prenant à des infrastructures : pylônes, lignes électriques, antennes-relais, etc. Des appels entendus puisqu’en 2021, le ministère de l’Intérieur a recensé 174 équipements de télécommunication sabotés ou incendiés sur le territoire français.

Les fins limiers du ministère de l’Intérieur attribuent ces sabotages à l’ultra-gauche. Normal puisque, généralement, elle les revendique en laissant sa signature : le A dans un cercle.

Si tout le pays est touché, on constate que l’essentiel des attaques a lieu en milieu rural, notamment dans les départements de la Haute-Garonne, l'Isère, l'Ardèche, la Drôme et les Bouches-du-Rhône. Il y a rarement des caméras en plein champ, il est donc difficile d’identifier les saboteurs… Raison pour laquelle seules vingt-six personnes ont été interpellées en 2021. Des individus qui « semblent notamment motivés par la volonté de mettre à mal des équipements soupçonnés d'être un instrument de surveillance et d'asservissement des masses », disait France Bleu, voilà un an. Et d’expliciter : « Au-delà de ces convictions politiques, certains semblent avoir agi par peur de la collecte des données personnelles, par crainte des ondes, par refus de la pollution visuelle ou en raison de la perte de valeur de leur habitation se trouvant à proximité des infrastructures. »

Chez M. Darmanin, on relevait alors un ciblage resserré sur la fibre optique, « notamment en raison de la facilité à y accéder » en un temps où les Français, contraints au télétravail, « font un usage intensif d'Internet ».

Si le ton, jusqu’ici, était plutôt à la tolérance bon enfant, il semble qu’on soit passé, ce printemps, à la vitesse supérieure. Alors qu’on nous alerte sur la d’ due au conflit russo-ukrainien et qu’on nous demande d’enfiler des chaussettes avant de baisser le chauffage, c’est l’Isère qui s’embrase. Ciblée, la STMicroelectronics, basée à Crolles, que des tags accusent d’être « un trop important consommateur d’électricité ».

Un premier y a été allumé dans un transformateur, la nuit de dimanche à lundi. Les dégâts ayant été jugés sans doute insuffisants par les incendiaires, ce sont neuf lignes électriques, dont une à très haute tension (225.000 volts), qui ont été incendiées, la nuit suivante, au niveau du pont de Brignoud, dans le secteur de Villard-Bonnot. Au matin, 5.539 clients étaient privés d’électricité ainsi que de nombreuses entreprises, parmi lesquelles, bien sûr, STMicroelectronics. Le Dauphiné libéré rapportait que le site de Soitec Bernin était également privé d’électricité et la production à l’arrêt.

Pour les béotiens dans mon genre, STMicroelectronics est un « leader mondial sur le marché des composants microélectroniques qui développe, fabrique et commercialise des puces de haute technologie qui consomment peu d' et sont au cœur de l'électronique que chacun utilise au quotidien ». Quant à Soitec, c’est une entreprise industrielle française, celle-là, qui « conçoit et produit des matériaux semi-conducteurs. Ces matériaux sont utilisés pour la fabrication des puces qui équipent les smartphones, les tablettes, les ordinateurs, les serveurs informatiques ou les data centers. »

On a compris : est visé tout ce qui sous-tend l’économie numérique. Le Parisien rapporte, d’ailleurs, qu’« une vingtaine de sabotages d’antennes-relais et de destructions symboliques ont été recensés depuis le 1er avril », sabotages qui « portent la signature de la mouvance contestataire ». D’extrême gauche, précisons. Autrement dit, les amis des Poutou, Arthaud et autres Mélenchon qui voudraient voir la France encore plus bas qu’elle n’est…

6 avril 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 8 votes
Votre avis ?
20 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires