L’enterrement, dans la cathédrale d’Arras, du professeur de lettres Dominique Bernard était poignant. Le contraste entre la violence de l’assassinat et la dignité silencieuse de la cérémonie, saisissant. Dans un petit mot d’hommage, son épouse a évoqué d’une voix tremblante l’affection de cet homme « sensible et discret » pour sa famille : « Il aimait ses filles, il aimait sa mère, il aimait sa sœur, nous nous aimions. » Le terroriste islamiste, lui, rudoyait et frappait sa mère, méprisait et ignorait sa sœur, se battait « au sang » avec ses frères, encouragé par son père. Faut-il voir dans ces tragiques dissemblances une allégorie du choc des civilisations ? Chacun en décidera.

Le célébrant était Monseigneur Leborgne, évêque d’Arras, celui-là même qui, il y a tout juste un an, officiait pour les obsèques de Lola. Il y a tout juste un an aussi, en octobre 2022, sortait son livre Prière pour les temps présents dans lequel l'évêque défendait bec et ongle l’accueil inconditionnel des migrants. « Partager n’est pas perdre, c’est gagner ! », s'écriait Monseigneur Leborgne, enthousiaste, dans La Croix. Certains ont quand même tragiquement tout perdu. Du haut de l’ambon, pour la deuxième fois, il a été aux premières loges pour le constater.

Dans l’assistance, au premier rang, on notait la présence de deux invités de marque : Emmanuel et Brigitte Macron. Le costume sombre et la mine grave, comme il se doit. Personne n’a cru bon de relancer la misérable polémique autour de la participation du président de la République à l’office, preuve que LFI a perdu, ces derniers jours, un peu de sa morgue et de sa combativité. Autour du cercueil, de belles gerbes de fleurs ceintes du drapeau tricolore. La procédure est parfaitement huilée. Policiers, militaires, professeurs, collégiens… combien d’obsèques, depuis le début du quinquennat, le président de la République - ou son ministre de l’Intérieur - ont-ils ainsi « honorées de leur présence » ?

Il y a deux jours, Emmanuel Macron assenait aux Français depuis Tirana, en Albanie, que « jamais, dans un État de droit, il ne [serait] possible d’avoir un système où le risque terroriste est éradiqué totalement », appelant, de ce fait, de ses vœux « une société de vigilance ». Renversement adroit de la responsabilité dans une discrète passe à l’aile. Ce n’est plus le gouvernement qui doit assurer la sécurité, mais la société tout entière - et, donc, l’ensemble des Français - qui doit se prendre en main. Être vigilante.

En 1965, le général de Gaulle, dans une formule restée célèbre, avait expliqué rondement qu’on ne l’avait pas « appelé à la barre » pour « inaugurer les chrysanthèmes ». Les Français, de façon générale, attendent en effet du président de la République qu'il gère un gouvernement, pas une entreprise de pompes funèbres. Emmanuel Macron devrait s’en souvenir.

8216 vues

19 octobre 2023 à 20:45

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

92 commentaires

  1. Excellent texte , excellente conclusion ; Macron n ‘etant plus en mesure d ‘assurer la sécurité des Français , il faut donc le destituer , il ne sert à rien , sinon nous enfoncer encore plus dans l ‘ abîme ; le voir se pavaner aux enterrements en compagnie de sa garniture est plus qu ‘ indécent .

  2. Ce n’est pas monseigneur Leborgne qu’il aurait dû s’appeler mais plutôt monseigneur Laveugle.
    Quant à SAS Macron, la messe est dite, rien à en tirer, avec lui on est au moins sûr d’une chose c’est son absence de volonté à vouloir règler les problèmes, Il n’aime pas les Français, qu’il se rassure c’est réciproque !

  3. Le croquemort et sa croqueuse étaient donc là.

    Les mots énigmatiques de Monseigneur Le Borgne : « Partager n’est pas perdre, c’est gagner ! … le paradis des martyrs ? »

  4. « Ce n’est plus le gouvernement qui doit assurer la sécurité, mais la société tout entière – et, donc, l’ensemble des Français « .
    OK, mais alors que l’on puisse s’armer. Si le gouvernement n’est plus capable d’assurer la sécurité, il n’y a plus aucune raison de lui déléguer le monopole de la légitime violence!

    1. Absolument d´accord avec vous. Et donc je m´interroge sur les raisons qui ont motivé le fait que le gouvernement nous ait demandé de rendre les armes en notre possession il y a pas mal de temps déjà. Était-il prévu de nous livrer complètement désarmés aux djihadistes ?

  5. Dieu est grand…Il nous a créés et nous profitons tous les jours de ses bienfaits. Certains se servent de cette constatation pour mettre à mort les créatures que nous sommes, pour le simple fait de ce que nous sommes, différents des assassins dans leurs culture (elle semble sommaire…) et croyances. Il est dit par les tenants de la justice humaine que nous serions, tel l’agneau, sans défense face à cela : le pire est que ces juges sont ravis et qu’ils trouvent cela épatant !

  6. Que dire de plus? un peu de courage de la part de nos dirigeants, qu’ils nous disent clairement leur volonté de modifier notre État de droit et de dénoncer certains traités ou de ne pas les respecter in extenso. Ou alors qu’ils se taisent et laissent la volonté de notre peuple s’exprimer par référendum. Le vrai courage serait qu’ils agissent de leur propre initiative, s’ils le font l’immense majorité des français les suivront et les en remercieront.

    1. Quel optimisme ! Il apparaît plutôt que la seule manière de sauver notre pays serait de virer ces branquignols. Mais après six ans ( et plus… ) de laxisme populaire, il est difficile d’y croire encore…

  7. Le tort qu’ont eu nos dirigeants depuis plus de 50 ans, c’est d’avoir fait croire à ces Maghrébins qu’ils étaient Français. Alors que le Roi du Maroc nous avait affirmé que jamais il ne se sentiraient Français parce qu’ils étaient Musulmans. Nous nous sommes obstinés à vouloir prouver que nous avions raisons, nous en payons les conséquences. Qui plus est, notre patronat a profité de cette aubaine pour tirer les salaires vers le bas. Nous sommes allés jusqu’à avoir des officiers Marocains dans l’armée et me souviens du comportement d’un Lieutenant Marocains qui faisait la gueule quand nous embarquions les Chars du Régiment sur les plates formes pour aller en Egypte en 1956 pour le canal de Suez. Nous avons eu les mêmes retour en Afrique avec les opérations que nous avons menées depuis 2014. Cette situation a été construite par nos différents gouvernements depuis 70 ans. J’ai été témoin en 1939 en Tunisie de quelle manière nous avons recruté les Tirailleurs et Zouaves pour les enrôler dans les Forces Françaises libres. Ce n’était pas en notre avantage, croyez moi. J’arrête là. Alors!!!!!

  8. Si j’avais été la famille j’aurais refusé tout membre ou représentant du gouvernement et le président , évidemment !

      1. Sa femme répond à votre question quand elle dit qu’il n’aimait ni la foule, les honneurs, les hommages, devant le président de la République, les ministres, députés, préfet …

  9. « jamais, dans un État de droit, il ne [serait] possible d’avoir un système où le risque terroriste est éradiqué totalement ».
    La conclusion s’impose donc : il faut changer « l’état de droit », tout valant mieux que le risque terroriste permanant.
    Ce qui veut dire que plus nos dirigeants pensent que l’absence de solution qu’ils préconisent va venir à bout du problème, plus la seule solution qui va s’imposer d’elle même, sera la dictature.

    1. Nous ne sommes pas dans un état de droit mais dans un état des juges, et autres conseils constitutionnel ou d’état.
      ce sont eux qui nous gouvernent, avec l’aval bienheureux de ce système promu par l’europe.

      1. Ce sont eux, en apparence, mais en fait ils obéissent aveuglément à leurs véritables dirigeants, discrets et planqués à l’étranger.

    2. J’approuve 100% mais les juges ne sont jamais responsables, ils sont intouchables, et les lois ! il FAUT les changer d’urgence et les adapter à cette situation dramatique. QUI aura le courage ?

  10. L’action ? mais le gouvernement est paralysé .
    Paralysé par l’enchevêtrement des normes , traités européens , lois nationales , qu’il n’a pas le courage de modifier .
    Paralysé par les juges , nationaux et européens , qui font la loi .
    Paralysé par l’importance de la communauté musulmane en France , qui impose peu à peu sa loi , et contrarier cette communauté c’est le risque d’attentats islamistes , osons de dire qu’il s’agit d’une troupe d’occupation.

  11. Si « ce n’est plus le gouvernement qui doit assurer la sécurité, mais la société tout entière, et donc l’ensemble des Français », alors la conclusion s’impose : il faut libérer la détention et le port d’arme d’une bonne partie des Français, sélectionnés (et formés) après avis des mairies, des préfectures, de la DGSI, etc.

    1. Je pense que les gaulois n’attendront pas que soient autorisés la détention et le port d’armes pour se défendre eux-mêmes, il est grand temps qu’ils fassent le boulot eux-mêmes puisque notre service d’ordre est camisolé par les consignes débiles de notre chef d’Etat.

  12. Culpabiliser les français , voilà sa marque de fabrique ….lui il ne peut nous protéger , c’est donc aux français d’êtres vigilants ..et bientôt nous entendrons que si un tel ou une telle a été massacré c’est qu’il ou elle n’était pas vigilant , presque de sa faute en somme . Sa marque infâme de fabrique comme celle qui c9nsiste à accuser les français qui ne règlent pas leur thermostat à 19 au lieu de 20 degrés , sont ces maux français qui mettent le pays en panne d’électricité et certainement pas ceux , ces infâmes politicards, qui ont saboté le parc de centrales nucléaires françaises ….quand le cynisme le dispute a l’infâme , vous obtenez le macronisme

  13. Macron nous l’a dit : une vie sans attentat ce n’est pas possible! mais « à qui la faute » comme dit dans la chanson ?
    Ce ne sont que des paroles de lâche.

    1. Alors selon ses paroles, lui aussi est prêt à accepter le risque d’un attentat. Bel exemple de courage.

  14. Penser que Macron ait pour la France l’amour viscéral qu’avait De Gaulle, le résultat parle de lui-même. Et même au-delà, Macron est un anti France , pro européen et mondialiste. Quand il utilise parcimonieusement le mot France, le mauvais comédien continue sa logorrhée répétée à l’envie et augmente mon mépris. Mais une majorité de français l’ont choisi, donc l’approuvent. CQFD.

    1. Une majorité de français qui sont allé voter et qui n’ont pas mis un bulletin blanc ou nul, nuance. Ça ne fait plus grand monde à l’arrivée.

      1. Et comme j’essaye d’expliquer à de braves français abstentionnistes autour de moi , que pratiquer l’abstention c’ est comme si ils mettaient un bulletin pour macron ….certains n’arrivent toujours pas à comprendre

      2. Les bulletins nuls ou blancs ne servent à rien pour s’opposer, pourquoi croyez vous qu’ils ne les comptabilisent pas dans les résultats finaux ? , si on veut vraiment s’opposer, il faut voter pour l’autre même si cela vous est dur

    2. macron est pour le moment avec ce qui semble fonctionner la mondialisation. Seul sa personne l’intéresse et ce que peut lui rapporter de finance et de notoriété la situation actuelle. Demain il sera l’un des fondateurs de l’installation de la charia en France, il changera sans complexe d’âne pour arriver à garder finance et notoriété. Le bonhomme est ainsi fait, moi d’abord.

Les commentaires sont fermés.