Entretien

Philippe Milliau : « TV Libertés connaît un succès croissant chaque année, notamment chez les jeunes ! »

Philippe Milliau revient sur la fondation de TV Libertés et livre des statistiques précises sur le succès croissant du canal Youtube qui monte : nombres de vues, âge médian des téléspectateurs. Il aborde aussi les questions de l’information dissidente, de la concurrence avec RT et des projets de mise au pas de la presse alternative par le pouvoir : « C’est un leurre, cela ne fera qu’accroître le marché ! Et c’est à nous de nous y adapter. »

TV Libertés fête ses quatre ans d’existence. Que retenez-vous de ces premières années ?

Je retiens d’abord les deux ans de préparation avant le lancement du projet.
Ensuite, après quatre ans, nous avons, il me semble, une satisfaction partagée avec nos téléspectateurs.
Chaque année, nous avons fait un peu mieux ou nettement mieux que l’année précédente. C’est vrai en nombre de vues, en nombre d’émissions comme en temps de production. J’insiste enfin sur ce qui pourrait paraître un détail, mais qui au fond est absolument central. C’est vrai aussi en taux d’écoute au sens du temps de cerveau disponible.
En effet, lorsque les internautes vont sur un site, ils y passent en moyenne, selon les statistiques, de une à cinq minutes. Chez nous, c’est plutôt de l’ordre de 15 à 18 minutes. Le temps de cerveau disponible pour TV Libertés est plus important que dans d’autres cadres. C’est un hommage qui nous est rendu. Cela s’explique peut-être parce qu’on intéresse quelque peu.

Au début , c’était les Manifs pour Tous et l’opposition à la gauche…
Etes-vous parvenu à garder vos téléspectateurs historiques ?

Notre audience est en nette croissance. Pour donner quelques chiffres, nous avons dépassé l’an passé une moyenne de 2 millions de vues mensuelle sur internet, mais nous avons également atteint sur la dernière portion de l’année plus de 5 à 7 millions de microvidéos vues sur les réseaux sociaux.
On peut noter également l’âge. Je ne donnerai aucun contre-exemple parce que je ne veux ennuyer personne ni dans la presse écrite ni dans les radios. Mais les chiffres montrent que l’âge médian de nos auditeurs est de l’ordre de 40 ans. Nous sommes donc à cet égard très représentatifs de la population française. Sur les réseaux sociaux, l’âge médian est inférieur à 40 ans. Nous sommes plus regardés par des jeunes ou assez jeunes que par des personnes d’âge plus mûr.

L’émergence d’autres médias sur votre créneau est une bonne chose pour TVL ?
On pense notamment au lancement du JT des Russes de RT…

J’ai eu un long débat à ce sujet avec Emmanuelle Ménard, grande députée d’aujourd’hui et ancienne grande fondatrice et animatrice de Boulevard Voltaire. Je ne considère pas que la concurrence soit directe entre nous et je ne considère pas non plus qu’elle soit nuisible en soi.
Je vais vous expliquer pourquoi je pense cela.
Ce que vous avez appelé  »réinformation », on peut aussi l’appeler  »autre information » ou  »information dissidente ». Il s’agit en fait de l’information qui ne passe pas par les fourches caudines du politiquement correct obligatoire, de la pensée unique et de la vulgate des temps modernes de cette alliance libertaire-libérale qui est censée gouverner pour toujours tous les peuples du monde. Et bien cette autre information, cette autre vision du monde représente aujourd’hui, selon les sujets et ses coups de projecteurs, entre 35 et 70 % d’adhésion.
Quand vous présentez moins de 1 % tout confondu de part de marché alors que le marché moyen est de 45 à 55 %, parler de concurrence est absurde.

Les récentes déclarations d’Emmanuel Macron sur les  »fake news » risqueraient-elles à terme de vous mettre en danger ?

Dans la course éternelle du gendarme et du voleur, personne ne gagne jamais. Les instances gouvernementales, mondiales et en particulier les inféodés au système anglo-saxon dominant se disent :  »nous avons eu un petit pépin avec Trump dont l’élection n’était pas prévue parce que, par derrière, des choses nous ont échappé, alors maintenant nous allons tenter de les contrôler ».
Je le comprends très bien. Ils ne vont évidemment pas y arriver. Plus ils le font, plus le taux de reproches qui leur est adressé monte. Alors, plus le marché s’ouvre, plus le désir croît et plus les jeunes se disent que tout cela ressort d’une sorte de complot.
On parle beaucoup de complotisme, on peut en penser ce qu’on en veut. Mais ce qui est important, c’est ce que les gens ressentent. Et ils ressentent qu’on les bluffe, qu’on les trompe, qu’on les abuse, qu’on les emmène sur de fausses voies. Alors ils vont chercher quelques lumières à différents endroits et ils les trouvent et continueront à les trouver. C’est donc à nous à avoir l’intelligence de nous y adapter.

Cet article a été lu 3982 fois
Cette statistique n'est pas mise à jour en temps réel