Marion Maréchal offre une alternative éducative à la dictature de la pensée unique

Marion Maréchal a inauguré, le vendredi 22 juin, l’ISSEP (Institut de sciences économiques et sociales, économiques et politiques), situé à Lyon, dans le nouveau quartier de la Confluence : un nom qui sied bien à une école qui a pour objectif de rompre avec la pensée unique et d’apprendre à penser librement. Bien sûr, la plupart des médias soulignent que les enseignants ont des profils conservateurs : comme si l’objectivité était l’apanage de la gauche bien-pensante !

L’ISSEP souhaite former « une nouvelle élite économique et politique au service de la cité », c’est-à-dire des cadres pour le privé comme pour le public. On reconnaît, parmi les conseillers ou enseignants, des noms comme Patrick Louis, professeur à Lyon 3, ancien député européen et membre du Mouvement pour la France, Guillaume Drago, professeur de droit public à Assas, Thibaud Collin, agrégé de philosophie, professeur en classes préparatoires au collège Stanislas, ou Yves-Marie Adeline, docteur en sciences de l’art et fondateur de l’Alliance royale.

Plutôt à droite, certes. Non pas la droite politicarde tentée par le macronisme, mais la droite qui réfléchit et n’hésite pas à mettre en cause les tabous de la bien-pensance. Figurez-vous que la plupart ont pris position contre le mariage pour tous ! Scandaleux, n’est-ce pas ? Les médias l’ont rappelé, sans doute dans l’intention de les discréditer. Ils sont bien placés pour jouer les directeurs de conscience, ces journalistes qui, en 2013, ne cachaient pas leur sympathie pour Christiane Taubira, la plus sectaire des gardes des Sceaux, et la clique des mouvements LGBT ! Sur des sujets de société – et l’on sait quelle importance ils ont pour Marion Maréchal –, la parole rationnelle d’intellectuels vient opportunément contrebalancer la pensée uniforme.

Marion Maréchal s’interdit « de [se] servir de cette école pour faire de la politique politicienne ». Son ambition est plus grande : former des élites qui ne soient pas moulées dans le prêt-à-penser, qui sachent se poser des questions, qui ne puisent pas, dans leur sac à réponses, des positions toutes faites sur les problèmes politiques, économiques et sociaux, qui aient une vision nouvelle des relations humaines au sein de l’entreprise ou de l’État. On comprend que la bien-pensance, corsetée dans ses préjugés, s’inquiète de se voir contester son emprise sur les esprits.

« L’objectif n’est pas politique mais d’offrir une alternative éducative dans un monde du supérieur sclérosé », a déclaré la toute jeune directrice de l’ISSEP. Des journalistes ont noté qu’elle a refusé d’accréditer deux journalistes, dont celui de Libération, qui, avec son humour à sens unique, avait titré « Maréchal, la revoilà ». « Cet antifascisme de bac à sable, ça me fatigue », a-t-elle expliqué en marge de sa conférence de presse. Il est vrai que, pour un événement privé, on n’est pas obligé d’inviter des journalistes qui prennent plaisir à vous insulter. Laurent Joffrin a beau s’étouffer d’indignation, il passera difficilement pour un parangon de tolérance et d’impartialité.

Marion Maréchal a précisé qu’une soixantaine de préinscriptions ont déjà été enregistrées. Les candidats, de niveau bac+3, sont issus des filières « droit, économie-gestion, géopolitique, hypokhâgne/khâgne, sciences politiques ». Ils ont « tous le souhait d’un engagement politique futur ». C’est sans doute la meilleure façon de renouveler la politique que de former des jeunes qui ne soient pas intellectuellement lobotomisés. Rien n’aiguise mieux l’intelligence qu’un peu de poil à gratter dans le conformisme ambiant.

Commentaires fermés sur Marion Maréchal offre une alternative éducative à la dictature de la pensée unique

À lire aussi

Honorer les harkis, c’est bien, mais il faut rétablir toute la vérité sur la fin de l’Algérie française

Il ne s'agit pas de cultiver la nostalgie, ni d'exiger une revanche mémorielle ou d'impose…