Economie - Editoriaux - Livres - 8 décembre 2018

Livre : Pouvoir d’achat, le grand mensonge, de Philippe Herlin

Cliquez pour acheter

En ces jours de mobilisation des gilets jaunes, un ouvrage paru en septembre 2018 donne un éclairage intéressant sur ce mouvement populaire. Le livre de Philippe Herlin, Pouvoir d’achat le grand mensonge, dévoile une vérité cachée. L’indice des prix à la consommation calculé tous les ans par l’Institut national des statistiques et des études économiques est minoré. Cet indice est basé sur des produits dont la liste est secrète ; officiellement pour empêcher d’éventuelles manipulations des résultats par les pouvoirs publics. Ceux-ci pourraient bloquer les prix des produits faisant partie du calcul de l’indice.

Toutefois, l’INSEE a décidé d’appliquer des règles arbitraires pour le calcul de l’indice des prix à la consommation :

– Les impôts directs, les cotisations sociales et les intérêts des crédits ne sont pas des achats de consommation et ils ne sont donc pas pris en compte ;

– Les achats de biens immobiliers (investissements) et les travaux d’entretien des propriétaires ne sont pas non plus pris en compte ;

– L’INSEE intègre un « effet qualité » : il s’agit de prendre en compte l’amélioration des produits induit par le progrès. Ainsi, les biens qui intègrent des améliorations (ordinateurs, smartphones, autos, vêtements, produits alimentaires, etc.) font l’objet d’une minoration des prix affichés à la vente.

Ces règles conduisent à des aberrations dans le calcul de l’indice des prix à la consommation, selon Philippe Herlin. Ainsi, les charges locatives pèsent pour 6 % dans l’indice des prix à la consommation alors que le poids réel est proche de 30 % pour les ménages. L’application de l’effet qualité aux ordinateurs pendant des années génère un prix actuel de cinquante euros pour les ordinateurs les moins chers proposés à la vente. Ces règles ont surtout pour conséquence de minorer le taux d’inflation. Elles permettent de masquer une éventuelle perte de pouvoir d’achat : celui-ci se calculant par la différence entre les variations de revenus et le taux d’inflation. Les revenus sont bien connus par les services de Bercy mais l’indice des prix à la consommation est un indicateur évaluant le panier moyen des Français.

Philippe Herlin a évalué les variations du pouvoir d’achat sur cinquante ans. Il compare les prix par rapport au salaire d’un smicard. Par exemple, le réfrigérateur le moins cher représentait 1,7 SMIC en 1965 et 0,38 SMIC en 2015. La voiture bas de gamme représentait plus de 12 SMIC en 1965 et 10,6 SMIC en 2015. Sur le long terme, ce sont les gains de productivité qui permettent la baisse des prix. D’après les calculs de Philippe Herlin, le pouvoir d’achat s’accroît fortement entre 1965 et 1975, puis il stagne entre 1975 et 1990 (chocs pétroliers) ; il s’accroît modérément entre 1990 et 2000 (effet mondialisation) et il décroît entre 2000 et 2015 (hausse des prix du logement et des matières premières). Sur la même période, le pouvoir d’achat s’accroît tous les ans, selon l’INSEE, sauf en 1984, 2012 et 2013. On comprend mieux pourquoi de nombreux Français ont l’impression de perdre du pouvoir d’achat !

Cher lecteur,
Cet article vous a intéressé ?
Aidez Boulevard Voltaire, par un don, à vous fournir chaque jour de l’information de qualité,  non filtrée au politiquement correct, et à diffuser massivement cette contre-information au plus grand nombre de Français pour restaurer le vrai débat d’idées qui manque tant dans notre pays.

D'avance, merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Grand débat national : de la censure à la démocrature

Cette posture liberticide est intolérable dans un pays qui se veut un modèle de démocratie…