Economie - Editoriaux - 8 décembre 2018

Le Système ne veut pas voir les signes annonciateurs du krach

Jacques de Larosière, ancien directeur du FMI à Washington, est aujourd’hui l’exception qui confirme la règle, un homme hors Système qui parle vrai en matière économique. Le titre de son dernier ouvrage est tout un symbole : Les 10 préjugés qui nous mènent au désastre économique et financier. Il commence son ouvrage en citant la reine d’Angleterre qui, en 2008, face à la crise et au krach, devant un parterre d’économistes prestigieux de la London School of Economics, s’était exclamée : “Comment a-t-on pu laisser faire cela ? Comment se fait-il que personne n’ait rien vu ?”

Jacques de Larosière dénonce la financiarisation extrême de l’économie mondiale actuelle et cite John Maynard Keynes : “Lorsque l’organisation des marchés financiers se développe, l’activité de spéculer l’emporte sur l’activité d’entreprendre.” Il est convaincu que la politique monétaire très laxiste menée par le président de la Fed, Alan Greenspan, de 1987 à 2006, a conduit à une surabondance de crédits et à la crise des « subprimes » de 2007-2008.

De même, il s’élève contre l’hyper-endettement des gouvernements, des entreprises et des particuliers et la folie de la politique d’assouplissement quantitatif des banques centrales créant des liquidités monétaires pour mettre fin au krach de 2008. Il estime, également, que la politique des taux d’intérêt nuls ou négatifs est de la folie pure et simple qui a déréglé le système alors que, par exemple, rien n’a été fait, en France, “pour allonger impérativement l’âge de départ en retraite”.

Il est impératif de remonter les taux d’intérêt, suite à l’inflation qui, selon Stephen Roach, économiste et ancien dirigeant de Morgan Stanley, atteindra 3,5 % aux États-Unis, mais Jay Powell, le président de la Fed, commence à fléchir, à douter quant au nombre de hausses de taux d’intérêt en 2019, qui pourraient être ramenées à deux au lieu de quatre. Seule est confirmée, suite aux pressions de Trump et de Wall Street, la majoration de 0,25 % pour le 19 décembre prochain, qui portera la fourchette des taux d’intérêt de la Fed entre 2,25 et 2,50 %.

Cela aura pour effet de prolonger la vie des « entreprises-zombies ». Ces entreprises qui ne créent pas de revenus et vivent à crédit représentent 6 % des entreprises, selon l’OCDE. General Electric, par exemple, est présentement fragilisée par la hausse des taux d’intérêt. Ses ratios financiers se sont détériorés et sa capitalisation boursière est descendue en dessous de sa dette de 110 milliards de dollars. La Bank of America Merrill Lynch a déjà averti officiellement que la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis pourrait déclencher une nouvelle crise.

Les banques maquillent leurs ratios financiers pour rassurer la galerie et mentent sur la réalité de leurs capitaux propres, ce qui permet aux médias d’affirmer qu’elles sont plus solides, en passant également sous silence le problème de l’hyper-endettement qui mènera à l’explosion. Certains traders londoniens estiment que le système est redevenu très fragile. Ils datent le prochain krach à mars ou avril 2019 (Brexit et élections européennes).

Personne ne veut voir que l’indice du Dow Jones rapporté au prix de l’once d’or tourne, aujourd’hui, autour de 20, ce qui est phénoménal et dépasse le niveau de 2008. L’indice Wilshire 5.000, qui compare la valeur boursière des actions américaines au PIB américain, est à 1,4, soit au même niveau très élevé qu’en 2000, et supérieur, même, à 2007. Greenspan parlait, de son côté, d’« exubérance irrationnelle » en 1997 et la bulle Internet a éclaté en 2000.

Un krach, c’est comme la mort ou une bombe à retardement. L’événement est certain, mais personne ne connaît l’heure fatidique. Dans l’attente, le Système et les médias passent leur temps à mentir et à rassurer, ce que l’on n’a pas osé donner comme réponse en novembre 2008 à la question de la reine d’Angleterre Élisabeth II à la London School of Economics. C’est l’un des paradoxes les plus étranges de notre temps : “Abondance de savoir et pauvreté du savoir, on ne veut pas tirer les bonnes leçons”, s’étonne aussi malicieusement Jacques de Larosière dans son dernier ouvrage.

À lire aussi

L’or et les Bourses montent car la crise monétaire a déjà commencé

Les actions et les obligations s’effondreront un jour ou l’autre, tandis que l’or, lui, au…