Télévision

Contre le CSA, Jean-Pierre Pernaut montre les dents

 

Jean-Pierre Pernaut, le défenseur de la France rurale, derrière son aimable sourire, sait montrer les dents quand on l’attaque abusivement.

Rappelez-vous, il reçut déjà un rappel à l’ordre du CSA quand, au journal de TF1 du 10 novembre 2016, il osa cette transition sacrilège entre deux reportages sur les sans-logis et les migrants : « Plus de place pour les sans-abri, mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir. » On se demandait s’il n’allait pas être renvoyé. Il a tenu tête, ajoutant ce commentaire, lors d’une émission de Thierry Ardisson : « J’ai mis les deux informations côte à côte. Conclusion, on m’a accusé de les avoir mises en opposition. Non, j’ai fait mon métier de journaliste. »

Rebelote avec le baromètre annuel du CSA ! Cette étude souligne que la télévision, en 2017, représente un peu mieux la France dans sa diversité. On y apprend, par exemple, que la représentation des personnes perçues comme « non blanches » est en hausse par rapport aux années précédentes, mais que les catégories socio-professionnelles dites « CSP+ » continuent d’être surreprésentées. La responsable du groupe de travail Cohésion sociale estime que « grâce à notre action, les chaînes comprennent que face à la multitude de l’offre et des écrans, elles ne peuvent plus exclure une partie de la population ». Qu’on se le dise !

Dans Ouest-France du 4 janvier, elle souligne de nouveau ces progrès. Mais, à propos du 13 heures de TF1, elle tient un propos pour le moins ambigu : « On critique beaucoup le journal de Pernaut. Bien sûr, c’est un peu la France des sabots et des forgerons, mais il faut aussi qu’elle soit vue. » Un mélange de mépris et de condescendance. L’intéressé n’a pas laissé passer ce qu’il considère comme une insulte pour son journal et pour les téléspectateurs qui le regardent.
Il a poussé un coup de gueule dans deux tweets percutants. « Concernant le JT de 13 h, qui peut dire ou écrire des conneries pareilles ? » écrit-il dans le premier. Puis, dans le second : « Il faut qu’elle soit vue !!!! Quel mépris ! Honteux et lamentable si ça vient vraiment du #csa… » Sans commentaire. Pour cette responsable du CSA, la France rurale, les villages, les artisans, c’est le vieux monde, en voie de disparition. Place aux statistiques sur la représentation de la diversité !

Jean-Pierre Pernaut peut se permettre de dire ce qu’il pense car son audience sur TF1 est solide et fait pâlir la concurrence. Il n’empêche que ces attaques à répétition du CSA semblent témoigner d’une conception étrange du pluralisme de l’information. Que des journalistes énoncent à l’envi les mêmes lieux communs ne le gêne en rien, s’ils entrent dans la mouvance de la bien-pensance. Mais gare à ceux qui s’en détournent !

Quant à la représentation de la diversité à la télévision, elle serait sujette à caution si elle faisait passer la couleur de la peau ou l’origine sociale avant le talent, qui devrait être le seul critère de choix. La discrimination dite positive, qui donne bonne conscience, n’est qu’une forme de discrimination qui dispense de chercher à donner à tous les mêmes chances en fonction de leurs compétences et de leur mérite.

Olivier Schrameck, ce haut fonctionnaire, deux fois directeur de cabinet de Lionel Jospin, nommé président du CSA en 2013, bien que sa nomination fût controversée, déclare que « les progrès toujours difficiles de la diversité à l’écran demeurent un impératif pour la cohésion sociale ». On souhaiterait qu’il tînt le même propos sur l’Assemblée nationale, qui est loin de représenter équitablement toutes les forces politiques du pays.

POUR ALLER PLUS LOIN