Discours - Editoriaux - Politique - Religion - 4 octobre 2017

Zineb El Rhazoui avait pourtant bien commencé

Dimanche soir, invitée à s’exprimer sur les meurtres sanglants des deux jeunes étudiantes à la gare Saint-Charles de Marseille, sur BFM TV, Zineb El Rhazoui avait pourtant bien commencé.

La rescapée des attentats de Charlie Hebdo, auteur du livre Détruire le fascisme islamique, s’est indignée : “Quand les politiques vont-ils cesser d’être dans le déni, quand arrêteront-ils de faire l’amalgame entre le terrorisme et le chômage ou les problèmes sociaux au lieu de faire celui du terrorisme avec le fascisme islamique ?”

Elle a de l’énergie à revendre, cette Zineb El Rhazoui. Son expérience de la religion musulmane lui a façonné des convictions chevillées à l’âme. L’islam, religion de paix et d’amour ? « Même les musulmans n’en croient pas un mot ! Parce qu’au fond d’eux, ils savent qu’ils n’aiment pas Dieu mais qu’ils le craignent. La preuve, l’islam signifie soumission, qui s’est très largement faite par la terreur […]” C’est dit.

Elle enfonce le clou : “Il y a de tout, chez les terroristes confirmés ou en devenir, du musulman de souche, du converti, du riche, du pauvre, de l’Occidental et de l’Oriental, des gens qui ont fait des études, qui avaient un boulot, des gens en perdition, des pères de famille, des hommes, des femmes.”

Et de dénoncer l’idéologie islamiste : “Un vrai fascisme, affirme-t-elle avec force, avec son prêt-à-parler et son prêt-à-penser, son drapeau, son costume, son uniforme, sa promesse de terre promise (des vierges au paradis), la force spirituelle du chef et le fait de lui prêter une allégeance absolue.” Bref, un discours passionné dont on pourrait même imaginer qu’entre islam et islamisme, il n’y a pas de frontière. Propos qui ne déclenchent pour autant aucune foudre sur le plateau.

Tout de même, elle est bien courageuse, Zineb, d’appeler un chat un chat, surtout après la prestation de Dominique Rizet, décrétant, la bouche en cœur, que “bien entendu, crier Allahou Akbar ne fait pas de vous un terroriste” et “quand bien même, le terrorisme, c’est autre chose que répéter des paroles…” Sommes-nous sots, Zineb et nous, pour croire que “tous les terroristes sont des islamistes et non des déséquilibrés”…

Elle était très bien, la “rescapée” de Charlie Hebdo… jusqu’à la 26e minute. À partir de là, les démons de cette brave sont revenus au grand galop : entre l’extrême droite islamique et l’extrême droite traditionnelle, sachez-le, il n’y a quasiment aucune différence. Les caractéristiques de l’extrême droite tradi ? “Catholique, blanche, romaine” qui entend avoir “plus de droits que les autres”, donc en tout point conforme au fascisme islamiste. Et (première nouvelle) l’un et l’autre auraient même défilé ensemble au mariage pour tous !

Pourquoi, diantre, aussi mensonger rapprochement ? Peut-être bien parce que, sur BFM TV, après avoir dit la vérité sur l’islam, montrer quelque signe de politiquement correct ne peut pas faire de mal. Au contraire, surtout s’il s’agit, à mots couverts, de taper sur le FN…

Zineb, ce n’est pas Jeannette ! Quand la première, pour lutter contre ce fascisme islamiste, en est encore à proposer d’éduquer à l’égalité ou la déradicalisation, mais “vraiment”, la seconde, dans sa Lettre d’exil, émet un avis radical : “Il faut expulser l’islam de la cité.”

À lire aussi

Jean-Michel Aphatie traite Zemmour de « cochon de la pensée » !

Aphatie est fou de jalousie. …