Décidément, Olivier Véran vit un moment de gloire, ces dernières semaines. Volte-face, machine arrière, empathie en carton, morgue parisienne et colères incontrôlées : cet homme nerveux et pénible, excessif et malfaisant, aux nerfs fragiles et aux costumes trop petits, incarne son époque jusqu’à la nausée.
À preuve, cette bien jolie déclaration de notre sémillant ministre, déclaration reprise par CNews, le 1er novembre, et qui est malheureusement passée inaperçue : « Les fêtes de en famille dépendront du comportement des Français. »
Une telle candeur dans l’ordre du mépris laisse pantois. Alors, comme ça, si les Français sont de gentils garçons-et-filles, s’ils éternuent dans leur coude et respectent les gestes barrières, on leur laissera peut-être la possibilité, à tous ces ploucs, de glisser une orange dans les sabots de leurs enfants.
En revanche, si, dans les prochaines semaines, leur masque ne recouvre pas strictement le nez et la bouche, ou si l’on constate, çà et là, un manque d’enthousiasme du peuple dans l’application des mesures que le gouvernement promulgue pour son bien… couic ! Terminé, les cadeaux ! Pas de fêtes de fin d’année (FFA), ou alors sous la forme d’un « Noël de combat » (dont les modalités pratiques sont encore à définir).
Que dire?
Bien sûr, pour les petites personnes comme M. Véran et ses amis, la fête des cadeaux n’est que le prélude à la fête des chocolats, que d’aucuns appellent Pâques. On peut l’autoriser ou l’interdire. Raison pour laquelle on peut aussi, au mépris de toutes les lois nationales et internationales, interdire la messe dans la France de 2020. Il y a le « Jour du Seigneur » à la télé. Bon. Est-ce qu’on a interdit la télé ? Non. Eh bah, alors..
Les ministres de la Macronie auront peut-être, pour Noël, la peau des grandes surfaces. Des centres commerciaux. Des magasins JouéClub. Mais ils n’interdiront ni les bougies ni les crèches dans l’espace privé, ni les sourires d’enfants, ni surtout la naissance du Christ, qui se fiche bien, à mon humble avis, de l’autorisation de Macron pour faire de cette nuit de Noël un moment particulier.
Interdire Jésus ! Ces gens sont impayables ! Interdire « les fêtes de Noël » en famille ! Il va en falloir, des kapos à matraque et des enquêtrices de la DDASS à moustache !
Vous n’aurez pas la peau de Noël, bande de cons !

7 novembre 2020

À lire aussi

Bacri est mort : « Fait chier ! »

Je n'aurais pas été l'ami de Jean-Pierre Bacri à la sortie de l'isoloir, mais c'était un g…