Editoriaux - Société - 6 janvier 2020

Victime d’un phénomène de curiosité en Croatie, la youtubeuse invoque le racisme

C’est une bien terrible mésaventure qui est arrivée à la youtubeuse Lawson Penola. Un de ces drames de vacances qui vous marquent pour le restant de vos jours et même au-delà dans l’au-delà. Oh la la.

Voici les faits, tels que relatés par la victime. De manière tout à fait innocente, Lawson choisit d’aller passer quelques jours de vacances en Croatie. Son compagnon la suit dans cette aventure périlleuse. Hélas, un premier drame survient dès l’aéroport. La jeune conseillère beauté s’aperçoit qu’elle a « oublié sa trousse de make-up ». Qui a visité la Croatie sans trousse de make-up connaît la difficulté de l’entreprise.

Renonçant à se faire rapatrier par hélicoptère, Lawson décide courageusement de poursuivre son voyage qui l’a déjà menée du métro République au village typique de Roissy. Qu’à cela ne tienne, elle se maquillera avec quelques poudres locales. Du plâtre, de l’enduit, de la crème pâtissière… À la guerre comme à la guerre.

Malgré cet énorme contretemps, le couple descend confiant de l’avion qui vient d’atterrir en pays croate. Dans l’aéroport, une stupeur mêlée d’effroi saisit la voyageuse. Il n’y a que des Blancs ! Partout ! En haut, en bas, sur les côtés, dans les couloirs, tapis dans l’ombre… Des Blancs par centaines. Et rien d’autre. Est-ce un complot, une caméra cachée ? Malgré un accueil chaleureux à l’hôtel, le cauchemar se poursuit les jours suivants. Dans les rues, au centre commercial, au magasin de bricolage qui vend du make-up en sacs de 50 kg, à la plage… Des Blancs et encore des Blancs. Pour cette jeune Française habituée au métissage intensif, le dépaysement est violent. Trop violent. Aucun caisson de décompression n’a été mis en place pour les personnes de couleur provenant de France. La touriste est livrée à elle-même face à ces gens qui la regardent, la dévisagent, se retournent sur son passage, font des réflexions… La pression est intense.

De toute évidence, la youtubeuse ne sait pas, ou feint de ne pas savoir, que les Blancs sont livrés à ce même phénomène de curiosité lors de déplacements en certaines contrées africaines ou asiatiques reculées. Mais poursuivons cette narration pleine de rebondissements.

Dans une boutique en rupture de stock de make-up, des enfants attirent l’attention de leurs parents sur la présence de Noirs. S’ensuit un délire paranoïaque indescriptible. Miss Penola voit de la haine dans des regards étonnés, redoute que des caissières fassent exprès de laisser les antivols ; en un mot, les vacances tournent à la série de science-fiction. Des gens la prennent en photo ! (Nombre d’Européens en pays lointain ont connu ce genre d’anecdote.) « On nous photographie comme si on était des singes ! On se moque de nous », affirme la jeune femme qui s’enlise dans un racisme imaginaire garanti avec plein de morceaux de victimes dedans. Mais contre vents et marées, et en dépit de l’hostilité ambiante, l’héroïne poursuit sa recherche éperdue de make-up. Elle l’aura, fût-ce au prix d’une lutte sans merci avec une meute d’esclavagistes assoiffés de sang. Peine perdue. Les teintes ne correspondent pas à la couleur de peau. Plus de 99 % de Blancs dans le pays et pas un seul fond de teint adapté aux personnes de couleur. La haine est palpable.

Pire encore : curieux de goûter la gastronomie locale et soucieux d’affirmer leur ouverture à la différence, les tourtereaux se rendent dans un Burger King. Mais voilà que le dépaysement est gâché par un groupe d’ados qui souhaite, une fois de plus, les prendre en photo. C’en est trop ! « Je n’arrivais plus à me retenir. J’étais à ça de péter un câble, de me lever, de lui balancer des choses… » Le gars a vite rangé son smartphone devant « le regard de sorcière » (sic) de l’outragée.

Après quelques jours de cet enfer, Lawson Penola, au bout du rouleau, écourte son séjour. La Croatie risque à tout moment d’instaurer une ségrégation raciale impitoyable, il est temps de partir. Retour vers le make-up oublié, les fast-foods où les Blancs font désordre et reprise de la dénonciation du racisme français. Pour ses prochaines vacances, la youtubeuse serait à la recherche d’un hôtel-club sympa dans le 93. Formule en pension complète avec make-up à volonté.

À lire aussi

Ambiance de plomb dans les couloirs de la Macronie

Thermostat de la pièce sur moins douze. Le macronisme entre dans son ère glaciaire. …