Le ministère de la espagnol a mis en place un système par lequel les régions, une fois la campagne de vaccination lancée, devront lui rendre compte quotidiennement de l’administration du médicament. Plus précisément, il collectera le nombre de personnes vaccinées chaque jour ainsi que leurs données personnelles. En parallèle, ceux qui refusent de se faire vacciner devront préciser les raisons : si cela est dû à un avis médical ou bien à des raisons personnelles exceptionnelles et à d’autres cas de force majeure. Dans le document, qui a été adressé au Conseil interterritorial de la Santé (qui regroupe les représentants sanitaires des régions), la Direction générale de la Santé publique du ministère indique que, dans un scénario de « disponibilité précoce et progressive » des , il sera nécessaire de prioriser les groupes de population.

En ce qui concerne l’enregistrement, il aura lieu le premier jour ouvrable immédiatement après la vaccination, avant 15 heures. Les ministères régionaux de la Santé et les centres de vaccination sanitaire seront chargés de rassembler les données et de les envoyer au ministère de la Santé via la plate-forme informatique prévue à cet effet. L’annexe à la résolution gouvernementale précise les informations à compléter sur les personnes vaccinées telles que les données personnelles, la marque du médicament à gérer ainsi que le lot. Voilà pour les faits.

Les conséquence n’augurent rien de bon. Sous couvert d’« intérêt général », le gouvernement de Pedro Sánchez s’engage subtilement sur une voie liberticide : pas de sanction directe, pas d’amende en principe, mais une inscription sur un registre officiel. Et comme la mémoire de Big Brother est longue, il ne faut pas faire un gros effort d’imagination pour faire comprendre aux récalcitrants que leur refus d’aujourd’hui pourrait se retourner contre eux demain sous forme, par exemple, de petite vengeance culpabilisatrice. Ce gouvernement, si empressé pour étendre des « droits » (à forte teneur idéologique) qui n’en sont pas – l’avortement -, d’en créer d’autres – le projet de loi sur l’ vient tout juste d’être adopté -, ne se montre pas aussi sourcilleux dès lors qu’il s’agit de préserver des libertés individuelles essentielles. Leur liste commence à être longue, comme cela est démontré depuis le début de la pandémie du Covid-19.

Une bonne nouvelle, toutefois : l’instauration de ce registre de vaccination est la dernière décision prise par Salvador Illa en tant que ministre de la Santé. En effet, M. Sánchez l’a choisi pour être le candidat socialiste aux régionales catalanes prévues, en principe, pour le 14 février. Il n’est pas sûr que les électeurs lui fassent une déclaration d’amour : pendant des mois, entre mensonges, demi-aveux et quelques vérités parsemées au compte-gouttes, il a exaspéré l’opinion publique à un niveau rarement atteint depuis le retour de la en 1977. Il faudrait remonter au naufrage du pétrolier Prestige, en 2002, et à la gestion catastrophique de la situation qui en découla par le gouvernement de José María Aznar pour retrouver une impopularité aussi consolidée chez un ministre. D’ailleurs, son bilan Covid est clair : 82.000 morts (selon le très incisif média en ligne Ok Diario) et le taux de mortalité le plus élevé d’.

2 janvier 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

José Maria Ballester : « Il y a une énorme pression de la gauche communiste pour un changement de régime en Espagne : c’est inadmissible ! »

Réaction de José Maria Ballester à l’annonce de « l’exil » du roi Juan Carlos.…