Université : 58 % des Français hostiles à l’utilisation de l’écriture inclusive

Rendu public ce mercredi 14 juin, un sondage CSA pour CNews rapporte que 6 Français sur 10 soutiennent l'interdiction de l'écriture inclusive à l'université.

Apparue récemment dans certains examens, l'écriture inclusive suscite la polémique. Les chiffres obtenus par le sondage CSA sont clairs : une majorité des Français reste encore hostile à l'utilisation de cette écriture (58 %), quand 41 % des Français se disent en faveur de cette pratique. Sur la totalité des sondés, seulement 1 % ne se prononce pas.

L'écriture inclusive, définie comme un « ensemble d’attentions graphiques et syntaxiques » visant à « assurer une égalité des représentations entre les hommes et les femmes », pose donc un problème pour de nombreux Français, avec une différence de jugement assez marquée entre les hommes et les femmes. Les premiers se prononcent en effet à 69 % contre son utilisation, les secondes se prononcent en revanche à 51 % en sa faveur. Le jugement diffère également en fonction de l'âge des sondés : ainsi, 65 % des moins de 35 ans soutiennent l'écriture inclusive, 68 % chez les moins de 24 ans. En revanche, les 35-49 ans se prononcent pour son interdiction à 59 %. Les 50 ans et plus s'y opposent également, à 70 %. Le chiffre grimpe même à 74 % chez les 65 ans et plus. Si l'on regarde la sensibilité des sondés, les personnes proches de la droite et du centre se prononcent, sans surprise, davantage en faveur de l'interdiction de l'écriture inclusive à l'université. On trouve l'opposition la plus forte chez Reconquête, avec 94 % des personnes hostiles à son utilisation.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois