On l'a échappé belle. Sans la vigilance de l'Association des familles homoparentales (ADFH), c'était le drame. Je ne sais pas si vous mesurez bien à côté de quoi nous venons collectivement de passer : je vous invite, pour cela, à consulter le replay de BFM TV. On y apprend que Le Petit Robert en ligne proposait (on a peine à le croire) cette définition du mot « famille » : ensemble des personnes vivant sous le même toit, en particulier le père, la mère et les enfants.

Aïe aïe aïe... un papa et une maman... on commence comme ça et on termine par Hitler. C'est, en creux, ce qu'a suggéré l'ADFH, qui a envoyé le tweet suivant :


On note le clin d'œil, menace voilée et souriante de notre époque d'emojis à double sens. Manière d'établir une connivence mais aussi de signifier : « C'est peu rétrograde, si tu vois ce que je veux dire. Et tu sais ce qu'on leur fait, aux rétrogrades. » Message d'ailleurs reçu 5/5 par la directrice du dictionnaire, qui se répand en excuses : le dictionnaire papier est remis à jour régulièrement, on ne comprend pas, c'est le drame, vraiment désolé, croyez bien, sachez qu'à l'avenir, tout ce qui est en mon pouvoir, etc.

On ne va pas citer pour la millième fois Albert Camus sur le fait de mal nommer les choses. Laissons au camp d'en face les citations de terminale générale que les filles de ma génération écrivaient au Stabilo™ sur leurs cahiers de textes. Il y a une postmoderne de ce qu'on appelle les définitions circulaires. Je vous suggère, à ce propos l'excellent documentaire américain What is a woman?, qui s'intéresse au phénomène trans. Le réalisateur pose à des « transgenres », à des activistes et à des psy progressistes la question « Qu'est-ce qu'une femme ? » L'un.e d'entre elleux, pour parler leur langage, répond « C'est quelqu'un qui se définit comme une femme ». Il embraye : « OK, mais qu'est-ce qu'une femme, du coup ? » « Erreur 404 » en face de lui. Définition circulaire, c'est-à-dire absence de définition. Ainsi, dans le cas qui nous intéresse, de la famille.

Une famille, c'est quoi, alors ? Un agrégat de gens qui se définissent comme famille. Et puis voilà. Le Petit Robert peut dormir tranquille. Au passage, l'ADFH stigmatise les familles nombreuses en faisant allusion à « un père, une mère et cinq enfants ». Pourquoi cinq ? Parce que c'est beaucoup, je suppose, et que c'est donc rétrograde. Ceux-là, les papa-maman-beaucoup de gosses, on peut s'en moquer, c'est gratos et ce n'est pas pénalement répréhensible.

L'écrivain américain d'anticipation Ray Bradbury n'aurait pas pensé à ça : il n'y a plus besoin de brûler les dictionnaires, quand on s'arrange au préalable pour qu'ils ne définissent plus rien. La famille, on peut au moins se mettre d'accord là-dessus avec nos contradicteurs, est la cellule de base de la société. Mais qu'est-ce qu'une société, quand on n'y partage même plus le sens des mots et que toute communication y devient, de fait, impossible ?

8466 vues

27 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

24 commentaires

  1. A titre individuel: je suis « un enfant de la DASS » … A ma majorité, j’ai voulu savoir QUI étaient mes « vrais parents » alors que mes « parents » qui m’avaient élevé n’avaient pas le même nom … j’ai retrouvé ma vraie mère mais pas mon vrai père … C’est une « demande existentielle » qui est tout à fait normale …
    Que va être la réaction des enfants qui voudront connaître qui leur « père » qui leurs « mère » ? » heu tu as été conçue avec une pipette de don de sperme … » … « toi, c’est une femme qui était dans un « élevage de bébé GPA » … WAHOU …

  2. Mais l’on part de l’idée qu’un père peut être une femme et une mère un homme, où est le problème?
    On s’y père/paire (pardon) perd un peu.

  3. Dans le passé, les homosexuels étaient transparents. Ils adoptaient le comportement standard de tout bon français. Leur vie privée ne nous concernait pas. Mais tout a changé. Par l’intermédiaire du lobby LGBT, les homosexuels se déploient non pas discrètement mais avec provocations. Ils apparaissent dans tout ce qu’ils touchent, s’incrustent jusqu’à devenir des abcès dans certaines scènes des séries et films. Ils tombent dans les scénarios comme les cheveux sur la soupe. Bon, on pourrait l’admettre, ils ont besoin de reconnaissance, leurs facultés n’étant peut-être pas évidentes. Mais ils font déborder le vase. Prétendre s’introduire dans l’Education Nationale pour pervertir les esprits les plus fragiles, la petite enfance, nous porte à croire à leur profonde nuisance.

  4. Quand les mots perdent leur sens, tout suit derrière : les idées, les valeurs, la société, la vie même, tout devient dénué de sens. C’est un monde qui s’écroule, inexorablement, et nul ne sait ce qui viendra le remplacer…

  5. Toutes ces simagrées relèvent dun complexe maladif. Dans mon monde on appelle un chat un chat et sans discrimination aucune. Cela me rappelle la femme de ménage devenue technicienne de surface : son salaire a t’il été augmenté pour autant ? Son labeur s’est t’il allégé ? Non bien sûr

    1. Seulement les minorités revendiquatives. Le lobby LGBT commence à gaver de plus en plus d’homosexuels qui ne se reconnaissent pas dans ces délires agressifs et idiots, et qui n’aspirent qu’à vivre tranquillement sans que personne ne s’occupe de savoir ce qu’ils font avec ce qu’il y a dans leur slip…

  6. Quoiqu’ils disent et fassent il y aura toujours des familles homoparentales et des enfants …..
    Quelle bande de cinglés !!

    1. bah il y aura surtout, quoiqu’ils fassent et disent, des Familles papa/maman/ enfants … c’est ainsi depuis que le monde est monde ! Ensuite qu’il y ait des celules familiales diverses et variées ( monoparentale – recomposé – etc…. ) pas de problème, çà a toujours existé – Les deux dernières guerres ont laissé des tas d’enfants orphelin de père, parfois aussi de mère voir des deux, mais le constat est que tous font référence à la FAMILLE s’agissant de leur parents survivants ou de leur famille au sens large ( oncle tante grand parents etc… ) les LGBT font se qu’ils veulent de leur vie, mais à un moment il va falloir arrêter d’em…. tout le monde !

  7. Il est quand même effarant que ces problèmes ne concernent qu’une infime minorité de la population, et qu’on laisse cette infime part nous dicter notre conduite. Je ne les empêche pas d’être ce qu’ils veulent être, c’est leur problème. Mais qu’il ne viennent pas m’imposer leurs codes car là, ce sont eux qui me rendraient « phobe » à force de me casser les pieds. Mon père restera mon père, ma mère, ma maman, et il sont et resteront famille. Je ne vais pas, pour satisfaire les lubies de ces groupuscule me mettre à les appeler : parent 1, parent 2 et mes frères et sœur collatéral 1, 2 ou 3… Ne sachant plus s’ils sont homme ou femme, peut être devrait on les appeler « machin » ?

  8. Poutine a raison ! L’Occident est vraiment décadente ! Tolérant au début, on finit par devenir enragé de voir l’immense débilité de ces gens-là ! Désolée LBGT++ , ne leur en déplaise , je suis française, fière de l’être ! hétérosexuelle, catholique pratiquante, mère de famille et bientôt grand-mère, de droite conservatrice, et pour bouter les clandestins hors de France !

    1. bah il y aura surtout, quoiqu’ils fassent et disent, des Familles papa/maman/ enfants … c’est ainsi depuis que le monde est monde ! Ensuite qu’il y ait des celules familiales diverses et variées ( monoparentale – recomposé – etc…. ) pas de problème, çà a toujours existé – Les deux dernières guerres ont laissé des tas d’enfants orphelin de père, parfois aussi de mère voir des deux, mais le constat est que tous font référence à la FAMILLE s’agissant de leur parents survivants ou de leur famille au sens large ( oncle tante grand parents etc… ) les LGBT font se qu’ils veulent de leur vie, mais à un moment il va falloir arrêter d’em…. tout le monde !

  9. Le plus grave pour le vieux bougre traditionnel que je suis, c’est que des institutions se plient aux lubies d’une minorité marginale, car si je sais encore compter, la France compte nettement plus d’hétéros que d’homo, or les lois doivent être faite pour la majorité.

  10. Une vraie famille c’est une mère, un père et des enfants. L’ADFH ne représente que des associations de type divers entre adultes consentants qui vivent leur sexualité différemment mais veulent imposer leur mode de vie. Ras le bol de ces personnes qui bêlent pour rien et pestent pour un oui ou un non.

  11. Ces gens là me fatiguent – s’ils pouvaient vivre leur vie telle qu’ils l’entendent et foutre la paix au reste du monde, il ne s’en porterait que mieux. La discrimination est souvent générée par ceux qui veulent à tout prix se démarquer, surtout quand ça n’est pas nécessaire !

    1. Vous n’en connaissez pas ! ils sont d’une prétention et d’une agressivité sans limites

  12. Et cette merveilleuse association propose quoi comme définition ? C’est bien joli de s’indigner, de tout interdire tout le temps et partout, mais il y a un moment où il faut proposer. Pour eux la famille c’est parent 1&2 et des mineurs?

  13. Le Robert en ligne ! Parlons-en ! Allez à fasciste. Et vous lirez :
    1/Partisan du fascisme italien et, par extension, d’un régime, d’un parti analogue.
    adjectif Régime fasciste.
    2/Partisan d’un régime autoritaire ; personne conservatrice et réactionnaire. ➙ familier facho.
    adjectif Un comportement fasciste. Idées fascistes.
    Autant dire que sur le 1/ il enfonce une porte ouverte et sur le 2/ IL (comme la plupart des journalistes) ignore TOUT du fascisme : un régime DICTATORIAL et TOTALITAIRE (c’est assez différent de l’autoritarisme) instauré par la VIOLENCE fonctionnant par la VIOLENCE.
    Reconnaissons qu’il est mieux inspiré avec la Famille. Quoiqu’en dise les LGBT le « spécialement » de la définition au sens restreint de mot montre quand même qu’il n’était pas complètement fermé à un certain « progressisme » que notre brave association des familles homoparentales (ADFH) doit encore juger très insuffisante. Un peu de patience ça viendra !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter