L’enquête internationale TIMSS 2019, qui teste les mathématiques tous les quatre ans chez les élèves de l’OCDE (organisme qui regroupe les pays les plus avancés économiquement), est catastrophique et inquiétante pour la France.

En CM1, les petits Français affichent les plus mauvais résultats des 27 pays de l’Union, avec un score de 485 points, alors que la moyenne européenne est à 527. Nous comptons bien plus d’élèves en difficulté qu’ailleurs, et seulement 3 % des CM1 sont performants, contre 9 % en moyenne en Europe. La honte totale ! Nous payons la qui consiste à toujours retarder d’un niveau l’apprentissage des opérations, l’addition passant en CE1, la division en CM2 quand elle n’est tout simplement pas éludée et renvoyée au collège. En outre, les professeurs des écoles sont souvent des littéraires, les mathématiques constituant la portion congrue de leur formation alors qu’elle devrait avoir une place essentielle avec l’orthographe, la grammaire et la conjugaison. Il est temps d’arrêter les âneries pédagogiques et de baser les concours de recrutement uniquement sur ces matières. Un instituteur qui maîtrise le calcul mental est bien plus utile que celui qui sait disserter pendant des heures sur les thèses de Philippe Bourdieu.

La situation est encore pire au collège ! Le niveau moyen des collégiens de 4e a baissé, entre 1995 et 2019, de 47 points. C’était celui des 5e d’il y a 24 ans. Nos collégiens ont perdu un an de mathématiques en deux décennies, mais cela est une conséquence du recul du primaire qui renvoie beaucoup trop de choses au niveau supérieur, et de l’indiscipline des « apprenants ». Les cours sont hachés par les cris, les rappels à l’ordre, les bons élèves sont hués, parfois aucun enseignement n’est dispensé. Nos collégiens obtiennent un score inférieur à celui de l’ et celui des pays de l’OCDE. Nous sommes désormais un pays du tiers-monde pour l’éducation. 2 % de nos collégiens obtiennent un niveau avancé en maths et 17 % d’entre eux un très bon niveau. Sur tous les collégiens testés dans le monde, 11 % ont obtenu un niveau avancé et 34 % un très bon niveau. À Singapour, à Taïwan ou en Corée du Sud, ils sont 50 % à atteindre un niveau avancé. Faute d’avoir suffisamment d’étudiants correctement formés, notre pays va s’enfoncer dans la nuit économique et sera à la remorque de l’Asie.

a lancé toute une série d’actions pour remédier à cet état de fait : essayer de mieux former les enseignants, leur faire toucher du doigt leurs points faibles (calcul mental, résolution de problèmes), mais difficile de dire si cela sera efficace. Au collège, la principale mesure serait, en fait, le rétablissement de l’ordre à tout prix, par tous les moyens possibles.

En sciences, notre score est de 486 points ; nous dépassons le Chili et la Roumanie, mais nous sommes doublés par toutes les autres nations. 3 % de nos élèves sont, dans cette matière, au niveau avancé, contre 48 %, à Singapour, pour un horaire équivalent, ce qui prouve notre totale incurie.

Heureusement, le niveau de mathématique vient d’être rehaussé en première et en terminale, tandis que grâce à nos universités et à nos écoles normales supérieures, la filière mathématique française d’élite reste la deuxième derrière les États-Unis.

2600 vues

9 décembre 2020

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.