Editoriaux - International - Livres - Politique - Sport - Table - 27 décembre 2017

“Trump n’a jamais dit qu’il installerait l’ambassade à Jérusalem-Est !”

Cliquez pour acheter

Gilles-William Goldnadel réagit à l’actualité chargée concernant Israël. Il dénonce l’idéologie anti-israélienne “qui pénètre jusque dans les livres pour enfant”. “J’ai peine à croire aux explications embarrassées de Youpi…” Il exprime sa déception sur l’attitude saoudienne de refuser des visas aux joueurs d’échecs israéliens. Enfin, il replace la décision du président Trump d’installer l’ambassade américaine à dans la lignée des décisions antérieures du Congrès américain et du président Obama.

L’actualité se focalise sur le sujet d’Israël. Tout d’abord, que pensez-vous de cette affaire du magazine pour enfants qui déclare qu’Israël n’est pas un vrai pays ?

Il arrive parfois que l’idéologie pénètre également les livres pour enfants. L’idéologie ne se partage pas, elle est véhiculée partout et pour tout le monde. J’ai peine à croire aux explications embarrassées de Youpi.
Il explique maintenant qu’ils ont voulu dire qu’il y a des États qui ne reconnaissent pas l’État d’Israël. Cela est une certitude, mais cela n’a strictement rien à voir avec le fait d’écrire dans un livre d’enfant qu’Israël ne serait pas un vrai pays.
Il croit devoir l’associer avec la Corée du Nord. Or la Corée du Nord, quel que soit le regard qu’on porte sur ce régime communiste dictatoriale, est un pays reconnu.
Par conséquent, je crains fort que l’auteur de cet article n’ait voulu mêler dans une même détestation le régime de la Corée du Nord, qui est un régime éminemment détestable, avec l’État d’Israël, qui fait malheureusement souvent l’objet de la détestation. J’observe d’ailleurs que c’est sans aucun état d’âme que Youpi a écrit cela.

Ensuite, Israël est contesté pas les Saoudiens dans le cadre du grand tournoi d’échecs international qui a lieu à Riyad. L’État d’Israël n’étant pas reconnu, les joueurs israéliens ont été refusés d’entrée sur le territoire saoudien faute de visa.

Je suis extrêmement étonné et assez déçu par cette nouvelle. J’étais dans la naïveté de penser qu’en raison de la nouvelle politique saoudienne, les choses ne se seraient pas passées ainsi. En effet, ils semblaient vouloir se trouver dans un wahhabisme moins fanatique, s’imposer dans le contexte géopolitique du combat contre la République islamique d’Iran et regarder Israël avec d’autres yeux. Je suis extrêmement étonné de cette décision administrative.
Les choses sont peut-être mal faites. Ce n’est peut-être pas le pouvoir qui a pris cette funeste décision, mais je vois ce que je vois.

Enfin, Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale de l’État israélien. Plusieurs pays ont déclaré vouloir transférer leur ambassade. Est-ce la suite logique des choses ?

Je ne pense pas qu’il y ait une kyrielle de pays qui suivent la décision américaine. La décision américaine a été jugée de manière complètement folle et mensongère. J’ai tenu ici ou là à dénoncer ce mensonge planétaire.
Le président Trump n’a jamais reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël, car il n’avait pas à le faire. Depuis 1995, le congrès des États-Unis l’avait fait, le président Obama l’a fait en 2008 et la Russie l’a fait en avril dernier.
Le président Trump s’est contenté de prendre la décision d’exécuter la loi américaine qui n’avait pas jusqu’à présent été suivie d’effets. Il a transporté le personnel diplomatique de Tel-Aviv jusqu’à Jérusalem. On est dans le délire et le mensonge.

Obama n’avait-il pas utilisé le futur et pris des distances vis-à-vis de ce sujet brûlant en disant que « Jérusalem sera la capitale d’Israël » ?

Je ne vous dis pas le contraire. Cependant, il ne pouvait pas dire le contraire puisque cela avait été voté pratiquement à l’unanimité par le Congrès américain en 1995.
En l’occurrence, le problème est de savoir si on parle ici de Jérusalem Ouest, ce qui ne pose de problème à personne, ou de Jérusalem Est, ce qui pose problème à beaucoup de monde.
Trump n’a jamais dit qu’il installerait l’ambassade à Jérusalem Est. C’est donc une tempête dans un bénitier.

À lire aussi

Me Goldnadel : « Benjamin Griveaux, une incroyable légèreté et une incommensurable bêtise, sans porter de jugement moral »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleMe Goldnadel, l’auteur de Névroses média…