Les manifestations organisées un peu partout en France à l’occasion de la fête du 1er mai ont, une fois encore, généré de graves violences et de nombreuses destructions. Ainsi, selon le ministère de l’Intérieur, ce ne sont pas moins de 406 policiers et gendarmes qui ont été blessés sur l’ensemble du territoire national, dont 259 à Paris.

Fortes du soutien de quelques dirigeants politiques de l’ultra-gauche, et de monsieur Mélenchon en particulier, lequel n’hésite plus à appeler ouvertement à l’insurrection, quelques centaines de voyous prennent systématiquement notre démocratie en otage.

Les violences gravissimes qui sont exercées à l’encontre des policiers et des gendarmes, et qui mettent directement en danger la vie des autres manifestants, doivent, une bonne fois pour toutes, faire l’objet des sanctions les plus dures pour être enfin éradiquées.

Il apparaît comme une évidence, au fil du temps et des manifestations qui ne cessent de tomber dans un chaos systématique, que nos outils pour préserver l’ordre public ne sont plus adaptés.

Tout d’abord, le visionnage des images relayées par les médias révèle que nos policiers et nos gendarmes sont de plus en plus souvent sur la défensive et perdent ainsi l’initiative tactique sur le terrain. Sans doute faut-il s’interroger sur les méthodes utilisées par les responsables du maintien de l’ordre et sur la façon dont elles sont mises en œuvre lors des manifestations. En effet, face à eux, nous voyons des groupes et des individus organisés, déterminés et, de toute évidence, entraînés, ayant manifestement étudié les techniques des forces de l’ordre, se montrer offensifs et d’une rare agressivité. Cela abouti à une déstabilisation globale des services de sécurité mis en place et à la mise en danger directe de nos policiers et de nos gendarmes. Il est, semble-t-il, grand temps d’adapter la riposte policière à ce qui relève aujourd’hui de la guérilla urbaine.

Véritable et récurrent problème, se pose également la question des suites judiciaires. Au cours des manifestations du lundi 1er mai, seulement 180 interpellations ont été réalisées sur l’ensemble du territoire, et uniquement 53 à Paris. Ce manque flagrant d’efficacité est à la fois révélateur de l’inadaptation des techniques d’interpellation utilisées par les forces de l’ordre, mais également de la complexité de la procédure qui s’applique en de telles circonstances. Là encore, il est grand temps d’adapter notre droit à des événements au cours desquels les infractions les plus graves sont parfois perpétrées.

À cet égard, il est aujourd’hui évident que les entraves juridiques qui pénalisent les actions des forces de l’ordre ne sont plus supportables. Si le droit de manifester doit indubitablement être préservé et si les manifestants doivent être juridiquement protégés, la vie de nos forces de l’ordre n’en mérite pas moins d’attention et de protection.

Au cours de ces dernières années, un pas a été franchi dans la nature des violences subies par les policiers, les gendarmes et parfois même les sapeurs-pompiers, lors des manifestations. Des individus, communément désignés sous l’appellation « Black Blocs », et manipulés directement ou indirectement par des responsables politiques sans scrupules, tentent méticuleusement de déstabiliser nos institutions et notre démocratie. Sans une réaction ferme et rapide de la part de nos dirigeants, non seulement le pire adviendra avec la survenance redoutée de morts lors des manifestations, mais c’est le pays tout entier qui court le risque de sombrer dans le chaos.

4160 vues

02 mai 2023 à 14:00

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

40 commentaires

  1. cette violence fait partie des « outils » du pouvoir. Macron gouverne par le chaos.

  2. C’est quoi la légitime défense ? Autrefois, la police tirait dans le tas. Il y avait peut-être un peu d’abus. Mais maintenant, il risque d’y avoir mort de policier, la légitime défense est là. Le proverbe dit qu’il est préférable de faire le boucher plutôt que le veau. Tant pis s’il y a un mort du coté de ces manifestants violents qui cherchent à tuer du flic, ça les calmera.

  3. Est-il temps d’agir ? Mais non, voyons ! Tout va pour le mieux dans le royaume de France. La rue est tranquille. Nous pouvons sans crainte nous balader, prendre le métro en ville. De plus en plus, de jeunes commerçants avisés nous proposent de quoi nous requinquer à pas mal de coins de rue, dans les halls d’immeubles ou dans les parcs publics. De temps en temps, certes, ils se fritent un peu, histoire de se réchauffer lorsqu’il fait un peu frais. Mais tout cela est bon enfant. Ce n’est qu’un jeu innocent. Nos filles et nos femmes n’ont absolument rien à craindre pour leur vertu car en public elles ne rencontrent que respect et considération lors de leurs sorties. Bref, pourquoi prétendre encore qu’il est temps d’agir alors que nous vivons dans une société si harmonieusement évoluée. Quant aux manifestations, on prétend qu’elles tournent à la violence. Faux ! Ce n’est que la jeunesse qui exprime son enthousiasme et sa fureur de vivre.

    1. Excellent texte. Cela fait du bien de le prendre ainsi, il vaut mieux en rire car bientôt on va beaucoup pleurer.

  4. Depuis Sarkozy, et maintenant le socialo-macronisme, les pseudo-gouvernants affichent la même compromission de la politique politicienne avec les destructeurs de tous ordres, tant économiques que sociétaux, concernant la sécurité, la Justice et la souveraineté de la République et de la Nation. Il faut que la France responsable s’organise de toute urgence pour les faire démissionner : la seule solution est le Rassemblement des Français de Droite : Rassemblement National, Reconquête, D.L.F., et les quelques ex-LR sérieux. Pour enfin prendre les décisions qui s’imposent pour défendre efficacement la France et les Français dans la rue et dans les Tribunaux contre la barbarie. Ce que les gouvernants actuels sont incapables d’assumer, en tant qu’affiliés aux théories mondialistes et immigrationnistes qui ne font la fortune que des USA et de la Chine.

  5. Que l’on arrête de dire qu’il est impossible de mettre tous ces truands hors d’état de nuire ! Il me semble que la notion de « flagrant délit » existe bien dans notre droit Français. Il ne me parait pas bien compliqué d’équiper les forces de l’ordre de caméras ; dès qu’ils voient un type complètement masqué balancer des projectiles sur des collègues, ou des magasins, ils le maitrisent (ça, normalement, ils savent techniquement le faire), et la caméra filme. Aussitôt, tout en continuant à filmer, ils retirent la cagoule/le masque, et ils sont donc le visage du coupable. Flagrant délit et identité filmés, il est donc ensuite impossible au juge de dire que « rien ne prouve que cette personne est coupable puisqu’elle était masquée ». Il faut ensuite établir une peine automatique et incompressible de 3 ans de prison pour ce genre de méfait ; ça va les calmer, croyez moi !

  6. Ne serait-ce pas une légitime défense proportionnée que de tirer à balles réelles sur un individu qui vous lance un cocktail molotov?

  7. Je voudrais être petite souris dans le bureau de recrutement des gendarmes et policiers.

  8. Je répète ce que j’ai écrit sous un autre article :
    « et les violences policières sur des femmes âgées, des mères de famille, des manifestants pacifiques, vous en faites quoi? »
    Qu’on sanctionne les violents, OK, mais il semblerait que c’est plus facile de faire tomber des femmes, des personnes âgées et de leur cogner dessus, que de s’occuper des black blocs (à croire que ces derniers sont des collègues déguisés!)

  9. Comment peut-on encore imaginer que nos forces de l’ordre doivent se laisser faire par ces criminels enragés, encouragés par l’ex-élu mélancon ? On croit rêver lorsque l’on voit les représentant de l’Etat (quel état ?) e laisser agresser sans réagir ? Ils devraient avoir le droit de se défendre, pas de tuer mais pourquoi pas de tirer dans les jambes de leurs agresseurs ?
    J’aimerais qu’on nous informe du nombre de criminels en puissance auront été jugés après ce 1er mai et quelle peines auront été prononcées !
    J’aimerais aussi qu’on nous informe du montant des dégâts occasionnés par ces hordes de sauvages barbares et, surtout, qui paiera au bout du compte ?

  10. C’est le genre d’article que je lis depuis des années et à chaque manifestation transformée en razzia sauvage. Et alors ? RIEN.

  11. Et Mr MELENCHON peut continuer à tenir des propos qui enverraient un « petit Français  » moyen en prison ,mais voila il fait partie de la Caste !!

  12. Je ne comprends pas pourquoi des moyens plus efficaces comme le taser ne sont pas utilisés pour neutraliser ces dangereux individus. Les gaz lacrymogènes ne gènent plus personne à part les pauvres riverains qui subissent ces manifestations à répétition.

  13. Pour apprendre les techniques de guérilla urbaine , pourquoi ne pas envoyer nos gendarmes faire des stages au service de guérilla urbaine des forces spéciales à Pau, où s’entrainent les hommes du 1RPIMA, croyez moi, eux savent faire. Et surtout donner les moyens règlementaires aux forces de police, on a trop l’impression que les BlacBlocks sont protégés par l’état.

Les commentaires sont fermés.