Editoriaux - Santé - Société - 10 février 2019

Traverser la rue pour s’éloigner des “fous” ?

Dix morts et quatre-vingt-seize blessés à la suite de l’incendie criminel de la rue Erlanger.

La femme qui en a été l’auteur, Essia B., a été mise en examen dans la nuit du 8 au 9 février et incarcérée.

Auparavant, elle avait été placée en garde à vue puis conduite à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police.

Douze séjours dans des hôpitaux psychiatriques au cours des dix dernières années et une sortie, après le treizième, six jours avant les tragédies parce que son état semblait s’être normalisé.

Le secteur psychiatrique, on le sait, est en naufrage avec de moins en moins de médecins et de lits. De sorte que des personnes sont remises trop vite dans le circuit de la vie sociale et que, sans doute, d’autres y demeurent alors que leur place serait dans un établissement spécialisé.

Cependant, il ne faudrait pas induire avec précipitation, comme j’en ai été convaincu par des échanges amicaux avec un expert réputé, qu’Essia B. était forcément irresponsable lors des actes criminels qu’elle a commis, selon la pente médiatique dominante. Malgré son histoire et son passé – deux procédures classées sans suite au vu de son état mental -, il était en effet techniquement imprudent de conclure à une totale absence de discernement lors des faits. Cette concomitance étant à démontrer.

Aucune logique dans ce qu’elle raconte, paraît-il. Ou, derrière le désordre, sa logique à elle, absurde.

Au-delà de l’épouvantable bilan humain, cet incendie criminel a frappé les esprits et les sensibilités parce que, dans notre quotidienneté, dans les rues, dans les transports en commun, partout où nous sommes rassemblés et où nous côtoyons nos semblables, l’expérience nous met en relation avec des “fous”. Rares peut-être, mais incontestables. Certes, nous sommes incapables de les étiqueter. Dépressifs, bipolaires, schizophrènes, psychotiques, borderline ou, plus probablement, sujets à des troubles de la personnalité. Je laisse de côté l’univers pénitentiaire, où ces derniers ne manquent pas.

Dans notre existence sociale, à mille signes, des SDF parfois agressifs, des solitaires parlant très fort tout seuls, criant des propos incohérents pour nous, des gestuelles surprenantes, embarrassantes, des délires en liberté, des dangers possibles, une humanité qui relève de la nôtre mais qui inspire la curiosité, l’inquiétude ou, pire, l’angoisse parce que d’elle peut surgir à tout moment de l’imprévisible. L’alcoolique perturbé et perturbant n’est pas forcément Verlaine mais, qui sait, celui qui à la fois nous montre que d’autres que nous existent dans un envers quand nous sommes à l’endroit.

La tentation vient, face à ces anormalités, de les qualifier de folles. Pourtant, ne pourrait-on pas soutenir que le contraire de nos rationalités classiques, acceptables, de nos équilibres rassurants ne serait pas la folie mais une rationalité délirante, avec sa propre logique erratique.

Bien sûr, il suffit de traverser la rue pour s’éloigner un temps des “fous”. Mais après les avoir croisés, avec un mélange de feinte indifférence mais de vraie attention, je ne sais pas pourquoi nous éprouvons comme une vague morsure, un regret infime : nous les abandonnons alors qu’ils auraient besoin de nous.

Mais je ne suis ni un héros ni un saint. Je passe, c’est tout.

Extrait de : Justice au Singulier

À lire aussi

Ne pas aimer le foot féminin, est-ce choquant ?

On a vu apparaître comme des injonctions de s'intéresser au foot féminin, faute de quoi, o…