Accueil Editoriaux Syrie : la propagande djihadiste bat son plein

Syrie : la propagande djihadiste bat son plein

Tout sauf Assad. Qu’Allah le bannisse ! Il assassine son peuple, celui qui est bloqué dans cette immense banlieue de la Ghouta-Est. Il le bombarde, le gaze, le carbonise. Bref, le tyran Assad, une fois de plus, est accusé du pire… Et les médias reprennent à l’envi les témoignages des habitants de ces quartiers populaires, se basant sur des vidéos postées depuis l’enfer.

Le Monde, par l’intermédiaire de son correspondant basé à Erbil, Allan Kaval, se fait un plaisir de rapporter les récits de ces habitants qui racontent leur calvaire sur les réseaux sociaux, et notamment le récit d’un ado de 15 ans, .

Présentant bien, ce jeune garçon aux yeux clairs et cheveux blonds bouclés n’a rien d’un terroriste ni même d’un bonimenteur, et pourtant, ses photos, ses vidéos, ses récits ne paraissent pas vraiment sortir de sa seule jeune tête. Nous avions vu ce phénomène à Alep, où la désinformation concernant les quartiers est n’a pu être vérifiée qu’une fois la paix revenue. Et là, rebelote pour la Ghouta orientale.

RT, la chaîne de télévision russe qui a des envoyés spéciaux en , accuse carrément certains internautes de détournement de photos. Tel cet Américain d’origine syrienne, Samir Sharbek, qui, sur son compte Twitter, n’a pas hésité à montrer deux photos dramatiques mais qui avaient été déjà diffusées depuis Mossoul et Gaza ! Poutine vient, d’ailleurs, de démontrer que les obus djihadistes n’ont pas cessé de tomber sur Damas en déclarant qu’il ne tolérerait plus très longtemps les obus djihadistes tombant sur son ambassade de Damas.

À cette propagande pro-rebelle, Alexandre del Valle répond que les véritables criminels sont les djihadistes. Car qui sont ces rebelles dont la presse nous rebattent les oreilles ? Comme l’a souligné également Régis Le Sommier, mercredi, au micro d’Éric Brunet sur RMC, ces rebelles ne sont autres que des gens venant de multiples groupes radicaux ; l’Armée syrienne libre, à l’origine de la guerre civile, ayant pratiquement disparu, aurait donc laissé la place aux pires ennemis de la démocratie.

Et ces dizaines de milliers d’habitant coincés dans les ruines de la Ghouta orientale ne sont rien d’autre que des otages servant de boucliers humains aux djihadistes de toutes tendances qui les empêchent de fuir vers la capitale. Ceux qui tentent cette fuite éperdue sont la cible des snipers. Mais cela, chut, personne n’osera le dire, et surtout pas l’OSDH, organisme officiel de la propagande pro-rebelle qui semble être la source principale d’information de nos confrères de la doxa. Rappelons-nous ces habitants libérés de l’emprise rebelle d’Alep qui ont dit leur soulagement de pouvoir enfin respirer. Il se passe exactement le même scénario, sous nos yeux, mais, hélas, pas sous les objectifs « objectifs » des caméras.

La trêve demandée par l’ONU ne semble pas très effective, même si la Russie a décrété qu’un couloir humanitaire était ouvert entre 9 et 14 heures afin de permettre l’évacuation des habitants. Mais que peut faire une telle décision face aux snipers ? Le petit Mohamed Najem saura-t-il profiter de cette trêve pour échapper aux bombardements ? Ou préférera-t-il continuer ses reportages destinés à émouvoir le monde entier sur la situation de ses frères en islam ? Certains internautes l’accusent d’être un acteur à la solde de ceux qui le conseillent. CNN, qui utilise ses vidéos, annonce, d’ailleurs avec précaution, que les informations diffusées par le jeune « reporter » sont invérifiables…

Avec la Ghouta orientale et Alep, nous voilà en tout cas dans une belle campagne d’intox. Une intox dont les deux camps sont devenus maîtres, avec un avantage certain, toutefois, pour le camp des « rebelles ».

À lire aussi

La psychose ambiante amène les Français à approuver l’action d’Édouard Philippe

Oui, chers compatriotes, vous allez pouvoir prendre des vacances cet été. Ah, Monsieur Phi…