Le « problème » du secret de la confession réside en une banale question de règlement d’un conflit de lois françaises. Les unes organisant le secret pour beaucoup de professions ou d’activités. Les autres prescrivant la dénonciation de crimes ou de délits.

Il ne s’agit nullement d’un conflit entre une règle de l’Église et une loi de l’État, comme le suggèrent les déclarations probablement inappropriées sur la forme et sur le fond du président de la Conférence des évêques de France (secret de la confession « plus fort » que les lois de l’État).

La question qui se pose aux dirigeants de l’État, qui convoquent… en l’invitant (ou le contraire) le prélat maladroit, est en réalité de savoir s’il faut, pour l’avenir, supprimer la garantie du secret « professionnel » aux prêtres qui entendent les turpitudes de leurs ouailles au moment de la confession. Exactement comme les avocats qui, dans leur cabinet, peuvent recevoir certains aveux de leurs clients. Lesquels ont, ce faisant, les uns comme les autres, connaissance de faits qui peuvent tomber sous la loi pénale.

Dans le conflit entre la loi qui impose la dénonciation et la loi qui garantit le secret, quelle est celle des deux normes dont la mise en œuvre doit être paralysée ? C’est une question de choix. Si l’on tient au secret, c’est la loi sur la dénonciation qui ne s’appliquera pas. Si l’on tient à la dénonciation, c’est la loi sur le secret qui ne s’appliquera pas. Il n’y a alors, pour l’assurer, qu’à voter une loi qui imposera la dénonciation aux prêtres. Comme une loi imposa jadis la dénonciation aux fonctionnaires.

Le deuxième choix, si c’est celui-ci qui est fait par l’administration Macron, entraînera peut-être une conséquence a priori inattendue. Qui pourrait être… la suppression (de fait) de la confession en France. En effet, ne pas respecter le secret de la confession expose, selon le dogme de l’Église, le prêtre à l’excommunication. Le prêtre dénonciateur ne pourra plus confesser.
Par ailleurs, et… en même temps… s’il sait que ses confidences seront transmises à la ou à la Justice, le fidèle risque fort de renoncer à aller à confesse. Ainsi, les prêtres rescapés, n’ayant plus connaissance des infractions, n’auront donc plus rien à dénoncer.

Et le ministre des Cultes n’aura plus à faire de déclarations à la télévision.

9 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 2 votes
Votre avis ?
80 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires