Certes, le grand amour est loin d’être la norme, chez nos amis écologistes. Mais, à l’occasion de cette manifestation interdite et ayant malgré tout rassemblé de quatre à sept mille personnes à Sainte-Soline, dans les Deux-Sèvres, afin de protester contre le projet de création de seize super-bassines censées permettre aux paysans de stocker de l’eau pour l’été, nous sommes encore montés d’un cran dans le désamour.

Ainsi, au-delà des habituelles algarades de tribune et bisbilles de couloir, Yannick Jadot, vainqueur de la primaire d’EELV et candidat à la dernière élection présidentielle (4,63 %), n'a pas seulement été hué par ses camarades de parti : les deux flancs de sa voiture ont aussi été tagués de l’inscription « crevure », ce qui n’est pas exactement un mot doux.

Sandrine Rousseau, interrogée ce dimanche sur BFM TV, le dit tout net : « Je pense qu’il faut que entende que là, on a besoin d’aller et de retrouver une écologie de combat qui a été l’écologie pendant des années. […] Je pense qu’il paye la manière dont il présente l’écologie. Ça interroge des manifestants qui, eux, s’engagent pleinement dans ces luttes-là. » Il est un fait que des centaines de « manifestants » cagoulés se sont « pleinement engagés » contre les forces de l’ordre, blessant une soixantaine de gendarmes, contre seulement trente chez les militants écologistes.

Mais, dans son style inimitable, poursuit, estimant que ces derniers « défendent l’idée que nous ne pouvons plus continuer ce système libéral, capitaliste. On atteint les limites de la planète. C’est ça qu’ils disent et moi je dis qu’ils ont raison de le dire. Nous sommes à la limite de notre système. » Et quand les limites sont franchies, il n’y a plus de bornes et c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres, serions-nous tenté d’ajouter. D’ailleurs, poursuit-elle, il faut « entendre le message qu’il y a derrière. […] À force d’avoir des espèces d’indignations sur la méthode, on ne se pose pas la question du fond. » Voilà qui tombe sous le sens. Se montrer violent pour faire avancer la cause de la non-violence, c’est être non violent ; ce qui n’a rien à voir avec la violence. Ça coule de source.

La direction d’EELV raisonne pourtant un peu autrement, en assurant : « Le combat écologiste est non violent et rien ne saurait justifier des insultes et des dégradations. » Bref, le parti n’aurait aucunement vocation à sombrer dans la violence. Vous suivez ?

Même Aymeric Caron paraît avoir saisi l’impasse sémantique, lorsqu'il tweete : « Je suis opposé à la ligne de Jadot. Favorable à la désobéissance civile, je milite pour une écologie radicale. Pour autant, je ne comprends pas qu’une responsable politique puisse insinuer que des militants ont eu raison de s’en prendre à son véhicule. Ce n’est pas sérieux. »

Du coup, histoire d’en rajouter dans ce même sérieux, tweete en retour : « L’écologie est non violente. On peut être contesté pour des positions politiques mais pas insulté. n’avait pas à être insulté. »

Alors, pourquoi avoir auparavant prétendu le contraire ? Même le regretté José Bové n’y retrouverait pas ses biquettes.

En revanche, il est sûr que ce qui pourrait passer pour dingueries à répétition chez obéit, en fait, à une implacable logique. À chaque nouvelle provocation, elle pousse toujours un peu plus les curseurs vers la gauche, imposant ainsi ses propres thématiques dans le débat. Mais de là à l'emporter dans les urnes…

6435 vues

31 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

19 commentaires

  1. J’estime que l’ insignifiante dame rousseau fait l’objet de beaucoup trop d’articles de presse , elle m’agace à un point …

  2. L’irresponsabilité de ces pseudos écolos et surtout leur violence masque en fait un problème qui les dépasse mais qui mérite réflexion. En effet, l’agriculture a modifié considérablement son environnement pour pouvoir être rentable et les paysans sont asphyxiés par les crédits contractés pour s’équiper en machines de plus en plus grosses afin d’être efficients. C’est le serpent qui se mord la queue et les politiques sont les responsables de cette dérive suicidaire. Les haies ont été détruites pour gagner du temps, mais la faune a disparu (oiseaux, insectes dont abeilles); les fossés ont été comblés et lors de fortes pluies, la terre n’est plus retenue. Enfin, la terre n’a plus le temps de se reposer.

  3. Oh Les Verts, les élus ! ! ! Vous savez que l’on ouvre de partout des Centrales à charbons ? ! C’est peut être là qu’il faudrait manifester en priorité ? ! Ah c’est vrai c’est mieux que nos Centrales Nucléaires en place depuis plus de 50 ans, et sans cesse entretenues….Sauf depuis que vous avez aidés à faire élire Macron. Alors un peu de retenue svp, merci de faire profil bas….allez nager, allez prendre une douche froide, ça vous détendra. Revenez sur les Médias quand nous n’aurons plus le risque de manquer d’énergie, quand on la paiera moins chère. Quand vous serez des Ecolos pour la Grandeur de la France, et pas pour vous entretenir sur nos impôts

  4. Tout ça me ramène il y a longtemps, aux évènements de mai 68. Les mêmes acteurs défraîchis, les mêmes arguments illogiques et éculés. Un exemple : la jeune « militante » agressive qui apparemment a remplacé son cerveau absent par l’ânonnement de son catéchisme, auquel elle ne comprend manifestement rien. Tout ça sent bien le bon vieux trotskisme des familles, toujours coincé dans la surenchère. Bis repetita…

  5. Sandrine Rousseau et tous les « robespierristes verts » devraient se souvenir de la fin de Robespierre. La révolution dévore toujours ses enfants.

  6. Ces jeunes excités me font penser à la chanson de Jacques Brel, « les bourgeois », qu’ils ne peuvent pas connaitre parce qu’ils n’étaient pas nés; mais nous les trouverons de l’autre côté dans 20 ans. Sauf pour quelques uns qui mettrons un peu plus longtemps ou qui en auront fait leur gagne-pain.

  7. Entre un Aymeric Caron, vague animateur télé très soucieux de sa jolie chevelure et de son apparence de dandy vegan et Sandrine Rousseau totalement à l’ouest qui a réclamé , à NOS frais, une protection policière, les écolos ne sont pas près de convaincre grd monde, à part qqs zozos bobos.

  8. Rousseau a été accusée d’insinuer que les militants ont eu raison de violenter la voiture de Jadot. Il me semble qu’elle est dans son bon droit de se défendre de cette accusation. Comprendre la violence ne signifie pas forcément l’ approuver il me semble en effet. Elle joue son rôle à la perfection et se place ainsi au centre des écologistes, c’est à dire entre Jadot et les écolo égarés dans la violence. Une position centrale qui lui permettra de rassembler ses divers moutons.

  9. Pourquoi avoir prétendu le contraire ? Une tentative de réponse, serait-elle atteinte du syndrome très en vogue actuellement du « en même temps »?…
    Mûre pour entrer en macronie ?

  10. On paye ici l’incompétence de nos services officiels. Il y a longtemps que l’agro ne forme plus que des commerciaux qui gagnent plus qu’ils ne le feraient comme ingénieurs. Que sont devenus les corps d’ingénieurs des Eaux et Forêts ? J’ai demandé, il y a bien longtemps, à mon beau-frère, ingénieur agronome, un avis autorisé sur les OGM. Il m’a répondu par un argument idéologique contre une firme Américaine. C’est la même chose sur le nucléaire et on voit bien où on en est. On n’est pas près de savoir faire un modèle réaliste de modélisation du fonctionnement des bassines, tenant compte de la porosité des sols, du climat et de l’évaporation. Ce modèle devient pourtant de plus en plus nécessaire et on ne peut même plus faire confiance aux scientifiques pour être sûrs que ce modèle soit honnête. Pensons à l’histoire de la couche d’Ozone et aux affirmations apocalyptiques du GIEC !

  11. C’est pas très gentil de s’en prendre à la voiture du père vert. Une pauvre voiture électrique sans doute. En revanche, concernant les inscriptions faites, tous les mots se terminant en « ure » conviennent à son propriétaire.

  12. Fort heureusement pour eux, ces écoterroristes ne sont pas israéliens. En France ils ont une chance de longue vie paisible. On est loin, très loin de raisonnements qui conduiraient à la création d’usines de traitement de l’eau de mer, à l’initiative d’un Etat comme d’habitude, observateur dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres.

  13. Depuis l’antiquité les peuples ont géré l’eau quant elle était trop abondante à tel point que pendant ces périodes elle faisait des ravages. On le vois en Asie par exemple pour la production de riz qui a grand besoin d’eau. A l’heure actuel certains pays font très attention à entretenir ces dispositions pour préservé cette eau recueilli. Nos écologistes encore une fois passent à côté de cette réalité, peut être comme je lis certains que c’est mal fait mais ne rien faire c’est peut être la pire manière de procéder.

  14. L’écologie gauchisante, comme les anciens communistes, imposent leurs fantasmes idéologiques. Ils vivent en « théorie » pays mythique où le miel coule à flot dans des maisons en pain d’épice. Ils sont les imbéciles utiles du capitalisme spéculatif et parasitaire. En détruisant le potentiel productif national, qu’il soit agricole, industriel ou énergétique ils laissent la place aux importations qui enrichissent les acteurs de la concurrence faussée par leurs soins. La construction de stockages d’eau, abondante l’hiver, pour protéger les ressources qui s’épuisent l’été est de bon sens. Mais le bon sens n’st pas l’apanage des idéologues.

  15. L’histoire des bassines est encore un exemple des décisions prises trop vites et sans concertation. L’eau en surface s’évapore et on va au devant d’une catastrophe pour les nappes phréatiques et ce afin de favoriser des cultures toxiques comme le maïs qui demande beaucoup d’eau. Mais le profit dirige tout.
    Les ecolos ont raison et tort de tout casser pour se faire entendre .

    1. Les bassines c’est pour le lobby agricole, s’approprier les nappes phréatiques au détriment des populations et des agriculteurs. Le maïs intensif n’a rien à faire dans certaines régions. Ça fait des années que les producteurs de maïs assechent les réserves d’eau et nos scientifiques de pointe invoquent la sécheresse due au réchauffement climatique.

    2. Allons bon voilà que le maïs est toxique maintenant. Je crois que la France est peuplée d’individus toxiques. Elle aurait besoin d’une cure de détox

  16. C’est assez drôle de voir ces écologistes marcher dans les champs. On voit qu’il n’ont pas l’habitude. Comme quoi, l’écologie et la connaissance de la terre leur est complètement étrangère. Je ne partage pas leurs opinions, mais il me semble qu’ils mettent en évidence un problème grave qu’ils ne comprennent pas. Les bassines sont un palliatif à la mauvaise gestion de l’eau et de la terre depuis 50 ans. Ces agriculteurs ont fait de la Vendée une Beauce bis. Ils ont remembré à outrance et supprimé les haies. Ils vont pomper dans la nappe phréatique l’eau qui leur manque car ils n’ont pas laissé la pluie pénétrer le sol. dans 15 ans ils auront asséché la nappe phréatique. Une fois de plus, des groupuscules incompétents font une gestion à court terme d’un bien commun.

  17. Grâce à Sandrine, Anne Hidalgo et les autres maires verts vont passer pour des gens sympas et intelligents.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter