[STRICTEMENT PERSONNEL] « On est là… »

Dominique Jamet

Les paysans… mais qui parle encore de paysans ? Car tout se passe comme si ce beau mot, ce mot charnel, lourd de glèbe, de moissons et de morts, était devenu imprononçable, voire obscène, alors qu’il est seulement obsolète, tombé en désuétude comme l’espèce qu’il désignait est en voie d’extinction. On parle plutôt de cultivateurs, que l’on désigne couramment et qui se définissent eux-mêmes par leur spécialité : céréaliers, viticulteurs, éleveurs, maraîchers, apiculteurs, etc. Mais de paysans, plus question. À se demander parfois s’ils ont même existé. On pourrait en douter, nos enfants peut-être en douteront lorsque ce grand et vieux peuple des travailleurs de la terre, ces gens aux mains calleuses, à la peau tannée par le soleil et les vents, auront achevé de disparaître de la surface des sols épuisés par les engrais, remplacés par des robots semeurs et récolteurs, et que le bétail, s’il existe encore, sera logé et exploité, loin des prairies, dans des fermes-usines où des machines se chargeront, c’est selon, de le traire ou de le découper en rondelles.

Et pourtant, nous, nous les Français, sommes tous ou presque les fils, les descendants de ces laboureurs, de ces fermiers, de ces métayers, de ces journaliers qui, il y a trois siècles, autant dire avant-hier, constituaient 90 % de la population française, et encore près de la moitié au milieu du XXe siècle ! Ceux même dont les aïeux ont quitté les champs pour les villes et leur périphérie sont encore nombreux à conserver des liens familiaux, matériels ou affectifs avec les lieux de leurs origines.

Les « paysans », c'est 5 % de l’ensemble des actifs

Mais si le cœur de la France ancienne, celle des hameaux, des villages et des bourgs, bat encore, fût-ce de plus en plus faiblement, au rythme d’une vie plus proche des saisons et de la nature que celle des métropoles et de leurs métastases, la population proprement agricole ne représente plus qu’à peine 5 % de l’ensemble des actifs. Son poids, relatif et absolu, sa masse, son influence, son insertion dans la société n’ont cessé de décliner et la plupart de ceux qui la composent ont vu parallèlement baisser leur influence et leur niveau de vie. Confrontés à la double nécessité d’agrandir la surface de leurs exploitations et de les moderniser sans cesse pour simplement survivre, ils n’ont pas disposé des moyens nécessaires pour faire face à une situation nouvelle. Démographiquement, électoralement et donc politiquement marginalisés, ils ont eu le sentiment croissant d’être simultanément déclassés et ignorés, méprisés, voire abandonnés par une classe politique éloignée de leur réalité et familière, en fait de champs, des Champs-Élysées, en fait de prés, de Saint-Germain, en fait de jardins, de ceux du Luxembourg, plus que de la terre qui, elle, comme on sait, au rebours des gouvernants, ne ment pas.

On sait de reste qu’il existe d’importantes divergences de vues et de considérables différences de revenus entre « agriculteurs », que les problèmes et les revendications d’un gros céréalier de la Beauce, d’un vigneron des Corbières ou d’un arboriculteur du Lot-et-Garonne ne sont pas identiques et qu’il existe des différences sociales et politiques entre FNSEA, Coordination rurale et Confédération paysanne. Mais le point commun à toute la « paysannerie » française (osons encore cet anachronisme) est d’avoir été abandonnée à un fédéralisme sans frontières, un libéralisme sans limites et un capitalisme sans entrave, soumise aux ukases des centrales d’achat et au chantage des grandes entreprises de l’agro-alimentaire, exposée sans protection à la concurrence plus ou moins déloyale de certains pays de l’Union européenne (Espagne, Allemagne, Pologne, etc.) auxquels la conjoncture a ajouté celle de l’Ukraine et, par des traités négociés en catimini, celle du Brésil, de l’Argentine, du Pérou et de la Nouvelle-Zélande. À quoi est encore venue se superposer l’exaspération suscitée par la conjonction entre les innombrables règlements pondus et gérés par une bureaucratie intrusive et incompréhensive et les incessantes ingérences d’une écologie citadine et punitive.

Jacques Bonhomme pas mort ?

Comme lors des précédentes secousses sismiques enregistrées ces dernières années dans notre pays, le « pouvoir », qui semble décidément vivre et sévir dans quelque galaxie éloignée de la Terre et de ses réalités, n’a découvert qu’après coup l’ampleur de la colère et la force de l’union qui s’est faite entre toutes les branches professionnelles concernées et le soutien massif de l’opinion. Comme d’habitude, il est passé en quelques jours des fins de non-recevoir et des dérobades aux concessions puis, à la veille du Salon de l’agriculture, de l’arrogance à la capitulation. Ainsi vont les choses dans ce pays.

Baroud d’honneur ? Combat d’arrière-garde ? Ou nouvelle jacquerie venue du fond des âges et des profondeurs du pays, en dehors de toute arrière-pensée et de toute finalité politique ? Comme les « gilets jaunes » il y a six ans, sur leurs ronds-points, les avatars contemporains de Jacques Bonhomme et leurs tracteurs sont venus barrer les autoroutes sur l’air du « On est là ». Encore là ? Un peu là !

Dominique Jamet
Dominique Jamet
Journaliste et écrivain Président de l'UNC (Union nationale Citoyenne)

Vos commentaires

49 commentaires

  1. D’abord le nombre , toujours le nombre , les paysans ne représentent que 5% des actifs , électoralement sans intérêt .
    Alors que la population immigrée augmente joyeusement , par la natalité exubérante et arrive en masse tous les jours en franchissant allègrement nos ex-frontières ou les douaniers sont devenus des hôtesses d’accueil , et cette immigration amène avec elle un système politico-religieux millénaire totalitaire et conquérant .
    Ensuite cette petite population agraire indigène n’est pas économiquement homogène , la plus grande misère côtoie la plus grande richesse , propriétaires , locataires , héritiers , acheteurs à crédit , la terre est différente aussi par sa taille , sa situation , sa culture , vignes , prairies , céréales …
    Et enfin ou est le pouvoir politique protecteur , il n’est plus en France , mais dans le Moloch Europe , et les politiciens français ne sont plus que des ombres , et doivent faire semblant d’exister encore , tout en se prosternant à Bruxelles.
    En fait , immigration et agriculture montrent que le roi est nu , mais chez nous c’est un comédien d’expérience, un metteur en scène créatif, et un bavard impénitent , un grand communiquant comme on dit de nos jours .

  2. Pour l’heure, il semble que Jupiter soit enfermé à l’étage du Salon, « pour sa sécurité ».
    Ph. de Villiers l’a fort bien expliqué hier soir chez Eliott Deval : Macron est pieds et poings liés, ligoté par l’UE. Pour lui, il est bien plus simple de discuter avec Zelensky qu’avec ses compatriotes agriculteurs, puisque là, il agit avec l’accord complice d’Ursula, l’impératrice, comme la surnomme Ph. de V.

    • Macron n’est ni pieds et poings liés, ni ligoté. Il ignore totalement les problèmes de la France et des Français et il s’en fout complètement. Il l’a bien démontré à l’occasion de ce salon de l’agriculture, vitrine de notre monde agricole qu’il a sabordage allègrement .Il ne connaît rien ni à l’histoire de notre pays, ni à sa géographie d’ailleurs, ni à sa culture et il a montré à maintes reprises qu’il nous méprisait et rabaissait la France à moultes occasions Une seule chose l’intéresse LUi et sa carrière européenne ou plus.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois