Aux États-Unis, la partie n’est pas terminée. Certains pays, comme la Chine ou le Mexique, n’ont pas encore acté l’élection de Joe Biden et des recomptages de voix sont autorisés dans certains États. Pourtant, des personnalités politiques comme Ségolène Royal souhaitent que le vote par correspondance s’instaure en France. Un système qui n’existe plus depuis 1975.

Réaction de Stéphane Ravier, qui revient des États-Unis, où il a assisté à la fin de campagne de Donald Trump.

 

Vous revenez des États-Unis et vous avez assisté à la fin de la campagne de Donald Trump.
Pourquoi avoir fait ce trajet ?

J’ai fait ce trajet parce qu’on m’a invité à le faire. Un député des Républicains m’a invité comme il a invité Jérôme Rivière et Catherine Griset, deux députés du Rassemblement national au parlement européen. Nous avons donc fait le voyage. J’ai pu observer l’ambiance à Washington à la fois au cœur de la ville et au cœur d’une des équipes de Donald Trump menée par un certain Steeve Bannon.

Ce matin, Ségolène Royal ainsi que de nombreuses personnalités politiques, notamment Gérard Larcher, se sont déclarées favorables à la réinstauration du vote par correspondance. Ces mêmes votes par correspondance font l’objet d’une énorme polémique aux États-Unis et pourraient décider ou non de l’élection ou non de Joe Biden ou Donald Trump. Quel est votre point de vue ?

On se souvient ou non qu’en 1975, le vote par correspondance avait été supprimé en France justement parce qu’il était sujet à controverse. Ce système permettait toutes les fraudes et cela se vérifie aujourd’hui de l’autre côté de l’Atlantique. Les plaintes sont déposées par des équipes de Donald Trump puisque le système existe toujours là-bas. Des dizaines de milliers de voix sont contestées. Ceux qui font la promotion en France de ce système devraient se souvenir de ce qu’il s’est passé en France il y a quelques années et de ce qui se passe actuellement aux États-Unis. On s’achemine, et c’est ce que je souhaite, vers un rebondissement dans le cadre de ces élections présidentielles américaines, en raison de ce système électoral ubuesque.

Emmanuel Macron ainsi que de nombreux responsables politiques ont présenté leurs félicitations à Joe Biden pour son « élection ». Toutefois, de nombreux États, et pas des moindres, comme la Chine, le Mexique, la Russie restent pour l’instant muets et attendent la fin des élections. Nous n’avons pas non plus entendu Marine Le Pen féliciter Joe Biden. Selon vous, cette élection peut-elle encore changer, a contrario de ce que pense la majorité des responsables politiques occidentaux ?

Elle n’est absolument pas jouée. Joe Biden est élu par le système américain de Twitter à CNN en passant par Facebook. C’est le candidat du système. Par conséquent, le système l’a proclamé vainqueur de façon bien prématurée puisqu’il y a des recours sérieux, des recomptages sont effectués et ils donnent des résultats positifs en faveur de Donald Trump. La Cour suprême a autorisé le recomptage sur plusieurs États. La partie n’est absolument pas terminée. Il faut donc s’inspirer des réactions des présidents chinois, russe et autres pour que la démocratie soit réellement respectée. Ce n’est évidemment pas le cas en France, puisque nous avons un mini Biden qui s’appelle Emmanuel Macron.

10 novembre 2020

À lire aussi

Stéphane Ravier : « Les Marseillais n’ont pas voté pour élire Benoît Payan à la tête de la ville, c’est une atteinte de plus à la démocratie ! »

Nouvelle crise à Marseille où, à peine quelques mois après son élection, le maire, Michèle…