Editoriaux - Histoire - Médias - Télévision - 13 avril 2019

Stéphane Bern et Lorànt Deutsch : la gaffe de France Télévisions

Les gardiens du temple républicain s’indignent de ce que le service audiovisuel public ait sollicité, pour parler de la Révolution française, deux animateurs médiatiques connus pour leurs sympathies royalistes.

Certains, se targuant de leur situation d’enseignants fonctionnaires, s’inquiètent de ce que les deux compères insistent trop lourdement sur les massacres de cette époque. Je les comprends tout à fait. Car ce n’est pas seulement le sang versé qui a servi à cimenter l’édification de notre régime, c’est plutôt un mélange de sang et de mensonge.

On serait tenté de relever au passage que « menteur » et « homicide » sont les deux caractéristiques que Jésus attribue à Satan (Jean 8), mais restons-en à la science historique.

Ceux qui s’alarment devraient, au contraire, se réjouir devant la perspective d’être libérés du grand mensonge.

Souvenons-nous, par exemple, de M. Mélenchon, avec toute sa fougue d’orateur, citant pompeusement à la tribune de l’Assemblée le prétendu « carnet intime » de Louis XVI, tout simplement parce qu’il ignore encore que ce « carnet » n’a jamais existé, que c’est une forgerie du régime.

Il est toujours souhaitable qu’en politique comme en d’autres matières, chacun se détermine librement, et pour ce faire, il convient que les opinions ne soient pas sournoisement orientées par la propagande subie dans les centres d’éducation nationale. Cela permettrait, par exemple, à beaucoup de gilets jaunes de cesser de brandir, comme signe d’émancipation, les symboles mêmes de ce qui les opprime.

À lire aussi

Anniversaire de la mort de Marie-Antoinette : que ferait la Justice aujourd’hui ?

Ce qu’enseigne le « procès » de Marie-Antoinette, c’est la vulnérabilité de nos institutio…