Robert Badinter vient de s'éteindre dans sa 96e année. L'avocat qui avait assisté à plusieurs exécutions capitales, devenu garde des Sceaux de François Mitterrand, présenta en 1981, devant l'Assemblée nationale, le projet de loi portant abolition de la peine de mort. Près de quarante ans après cette abolition, en 2020, un sondage Ipsos-Le Monde révélait que 55 % des Français étaient toujours favorables au retour de la peine de mort et, en avril 2023, 86 % des lecteurs de BV, interrogés sur cette question, répondaient par l'affirmative. Pour Jean-Louis Harouel, agrégé des facultés de droit, professeur émérite à l’université Paris II, interviewé par BV à la même époque, « la peine de mort a été enlevée à la souveraineté des citoyens ». Le rétablissement de la peine capitale semble en effet difficilement envisageable aujourd'hui en France (ratification du protocole n° 6 à la CEDH sur l’abolition en temps de paix en 1986, inscription dans la Constitution en 2007, ratification des protocoles de New York et de Vilnius en 2007). Cependant...

Ce sondage a été clôturé. Voici les résultats.

3621 lecteurs ont répondu au sondage.

3319   91 %   OUI

  244     7 %    NON

    58     2 %    Ne se prononce pas

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 17/02/2024 à 14:40.

19263 vues

10 février 2024 à 16:45

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

127 commentaires

  1. En premier lieu, je voudrais rappeler que la peine de mort n’a pas été abolie par Badinter, mais par le Parlement. Badinter, qui préférait les coupables aux innocents, n’a été que le promoteur de cet abandon, puis d’une justice favorable aux coupables.
    En second lieu, comme le rappelait avant moi Renny Jacqquemart, l’interdiction de la peine de mort est inscrite depuis 2007 dans la Constitution, de façon à être en conformité avec les principes de l’UE et du protocole n°13 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, ratifiée en 2002 par la France. On peut donc se faire plaisir en disant qu’il faut rétablir la peine de mort (j’y suis personnellement favorable), mais cela induit une déconciation des traités et une sortie de l’UE, ou une réforme de ses principes (ce à quoi je suis également favorable).

  2. L’abolition de la peine de mort a eu, aussi, comme  » leit motiv  » l’erreur judiciaire….et ses simulacres de procès….
    Au vu de l’état de la justice aujourd’hui en France, de ses graves défaillances, errements idéologiques et le  » deux poids deux mesures  » systématiquement appliqué, cette abolition est plutôt « rassurante »….

  3. Pour une perpétuité incompressible de 50 ans cumulable avec d’autres peines prononcées par ailleurs comme aux USA. LA loi Badinter est injuste parce qu’elle ne contrebalance pas le crime qu’elle est censé sanctionné.Autrement dit la justice n’étant pas rendue de façon équitable elle est injuste pour les victimes et leurs proches. Donc il y a un sentiment de double victimisation .

    1. Rétablir la peine de mort , c’est faire rendre aux assassins ce qu’ils ont pris à leur victime .
      C’est leur éviter cette détention inhumaine à vie qui fait d’ eux de véritables bêtes vivantes .

  4. Cette question est totalement liée à celle-ci : faut-il rester dans l’ Europe ?
    En effet, la Constitution Européenne induit l’abolition de la peine de mort pour chaque état qui compose cette alliance.
    Ceci posé, quand on voit tout ce qu’a décidé la Hongrie sans que cela ne lui pose de problème, on se dit que tenter un coup de force, pourquoi pas ?
    S’agissant du caractère dissuasif de ladite peine, l’expérience a démontré qu’il est faible, voire nul.
    En revanche dans nos contrées où les erreurs judiciaires sont rares, éliminer quelqu’un quand il ne peut subsister aucun doute sur sa culpabilité me paraît compréhensible.

    1. Si elle n’a pas de caractère dissuassif, elle a au moins la vertu d’être « éliminatrice » et d’éviter la récidive

  5. La République , bonne fille a supprimé la peine de mort , mais depuis elle a été rétablie sur notre territoire par les musulmans , Charlie Hebdo , Nice , Toulouse , Paris … Lorsque les musulmans s’établissent sur un territoire, il devient terre d’islam, et la loi suprême la charia s’applique , on nie avec application cette réalité.

  6. Contrairement à ce que beaucoup croient, la peine de mort n’est PAS dissuasive et n’a jamais empêché le crime… En outre, l’appliquer sur des tueurs en série comme Fourniret ou Lelandais serait contre productif pour la justice. Raison pour laquelle je suis contre. En revanche, je suis POUR la perpétuité RÉELLE et sans appel.

  7. Catholique je pourrai dire que Badinter a bien fait ,en revanche c’est plus que regrettable , en fait il a en bon gaucho socialo fait disparaître une peine dissuasive , Un peu comme si Madagascar ne votait pas pour la castration chirurgicale ou chimique des violeurs ( et quel que soit l’âge de victimes ) . En France , à part les automobilistes vaches à lait , les peines dissuasives n’existent plus ,alors les auteurs d’attentats et autres criminels ne risquent absolument rien , pas comme le malheureux automobiliste qui aura osé rouler à 92 ou 132 , bref , >2 poids 2 mesures , selon…

  8. Dans le cas de flagrant délit de meurtre, il n’y a pas d’ambiguïté la peine de mort devrait pouvoir être envisagée…

  9. Monsieur Badinter, vous n’avez rien compris.
    Quand a commencé cette dérive de la criminalité en France? Quand les belles âmes de gauche ont oublié la sage maxime de Léonard de Vinci: » Qui ne punit pas le mal commande qu’on le fasse » . Et Monsieur Badinter est arrivé. La peine de mort a été abolie, les prisons sont devenus des annexes du club méditerranée, la punition est devenue une sinécure ( Logé , bien nourri, soigné, drogue à discrétion, télévision et films pornos pour ne pas s’ennuyer ) les juges se soucient plus des états d’âme des criminels que des victimes. Le monde à l’envers! Bravo Monsieur Badinter. Grace à vous un terroriste , tueur en série nous coute 500 000 € par an! Avez vous fait le bon choix? Vous étiez un homme de convictions, mais vos convictions étaient fondées sur une méconnaissance totale de la nature humaine . Une société qui ne punit pas le mal se condamne à disparaitre.Le christ disait: « rendez à César ce qui est à César ». César a le devoir de protéger son peuple contre les malfaisants. Quand au jugement final, il appartient au Christ qui jugera les vivants et les morts. Monsieur Badinter, vous nous avez conduit vers le chaos que nous vivons chaque jour. Qui va oser le dire quand vous nous quittez en nous laissant un pays en pleine déconfiture? L’histoire va t’elle enfin comprendre votre responsabilité? A.Lerte

    1. Effectivement , entre lui ,son copains François ,et tous les sans coui courage la déconfiture a fleurie et depuis on est quasiment au fond du trou ,on touche les parois avec la tête avant l’éclatement dans quelques mètres

  10. La peine de mort existe toujours en France,230 000 avortements en 2023,et bientôt l’euthanasie pour les ma

  11. Pourquoi pas lui substituer la mort civile : le condamné disparaîtrait à tout jamais de la société, y compris de sa famille.

Les commentaires sont fermés.