Sondage : Emmanuel Macron et son monde battent un nouveau record d’impopularité

L’incendie de Notre-Dame aurait pu être une « divine surprise » pour la popularité en berne du président de la République. Et le vrai-faux (ou faux-vrai) sourire échangé avec son Premier ministre le soir du drame, qui fait couper les cheveux en quatre à tous les décodeurs de la Macronie, pouvait laisser croire aux plus malintentionnés qu’en haut lieu, on trouvait à l’événement quelque motif de satisfaction. Un sondage BVA, paru vendredi, enregistrait déjà un bond de trois points.

Mais très vite, comme souvent avec Emmanuel Macron, l’excès le trahissait. À la réaction unanimement saluée du lundi soir succéda le discours justement critiqué du mardi. Et puis les questions s’accumulent sur les responsabilités, les cagnottes et les projets de reconstruction. Et enfin la crise des gilets jaunes n’a pas disparu dans les fumées de Notre-Dame qui ont simplement éclipsé les réponses du Président, déjà connues, et sans effet.

Un sondage OpinionWay, réalisé les 17 et 18 avril, soit après le drame de Notre-Dame, et publié samedi, vient doucher les espoirs, parfois ouvertement exprimés, des membres de la majorité. Emmanuel Macron ne recueille plus que 27 % d’opinions favorables, en baisse de 5 points par rapport au mois de mars. Le score le plus bas depuis son entrée à l’Élysée, il y a deux ans.

Mais la chute frappe tout son gouvernement : Édouard Philippe bat, lui aussi, son record, à 29 % (-2) ; Christophe Castaner – est-ce étonnant ? – chute de 5 points… Même le ministre des Armées, Florence Parly, perd 6 points.

Ce même sondage indique aussi un soutien stable des Français aux gilets jaunes, à 48 %. Décidément, pas de répit ni de résurrection pour la Macronie en ce dimanche de Pâques. Et il faudra que Christophe Castaner trouve autre chose que son invention des « ultra-jaunes » pour venir à bout de cette révolte. Ou peut-être qu’en haut lieu, on songe à changer M. Castaner ?

Ces chiffres confirment les tendances lourdes d’une impopularité qui s’installe et se diffuse dans tout le gouvernement : Macron entraîne tout son monde avec lui.

La question que beaucoup de Français se posent, aujourd’hui, avec cet acte XXIII qui a donné lieu aux mêmes scènes de violence à Paris, c’est qu’il ne faudrait pas que ce Président entraîne aussi le pays dans sa chute, par son incompréhension et l’inadaptation de ses réponses tant politiques qu’économiques et sécuritaires, dans une crise encore plus grave. Le Monde rapportait ce propos d’un gilet jaune modéré, pompier de son état, recueilli à Paris samedi : « Ça va mal tourner… » C’est aussi ce que pressentent les Français, sondage après sondage.

À lire aussi

Femmes voilées en sortie scolaire : Blanquer se couche, Schiappa se prosterne

L'École que nous prépare M. Blanquer et sa philosophie molle à l'égard de l'islam ne sont …