L’hiver est long, janvier n’en finit pas et les motifs de rigolade ne se bousculent guère. Et c’est là qu’intervient avec bonheur . Avant, les porte-parole étaient tristes comme des jours sans Hanouna à la télé. Écouter un porte-parole du gouvernement après le Conseil des ministres était aussi excitant que de lire la traduction du Journal officiel de la République française en moldave. Mais ça, c’était avant. Enfin Sibeth Ndiaye vint. De la couleur, du relief, de la vie, quoi !

De la vie et de l’interactif. En plus de son job de porteuse de parole gouvernementale, la secrétaire d’État se propose en effet d’en faire un peu plus et pour le même prix : les internautes vont désormais pouvoir lui poser leurs questions avant chaque Conseil des ministres. Comme elle ne pourra sans doute pas prendre tout le monde au standard, les questions seront tirées au sort. Très à la mode, le tirage au sort. On a vu ça avec la Convention citoyenne pour le climat. Finalement, se disent-ils, le sort n’est peut-être pas si coquin qu’on veut bien le dire et qu’il ne s’acharne pas autant qu’on le pense. Le tirage au sort se fera-t-il la veille après le journal télévisé, comme pour le Loto ? Jean-Pierre Foucault n’est pas près de prendre sa retraite. À moins que Sibeth ne s’y colle elle-même. Karine Ferri, pousse-toi de là, ma grande, que je m’y mette.

Donc, tirage au sort des questions. Le grand boulier de la République n’a pas fini de nous révéler ses sortilèges. Comment s’appelle cette belle et grande initiative qui, comme qui dirait, offre au citoyen lambda son strapontin dans la salle du Conseil des ministres ? #ASKPPG. Quésaco ? « ASK » : en français « demandez ». « PPG » : porte-parole du gouvernement, vous l’aviez compris. Là, pour le coup, on a la totale : une espèce de monstre né de l’accouplement du franglais et de cette manie des acronymes. « ASKPPG ». On aurait pu faire « PVQPPG » : « posez vos questions au porte-parole du gouvernement ». Ils y ont peut-être pensé, mais non, le K est plus chic et choc que le Q. Cela dit, on ne va pas y passer la journée.

Le ministre s’explique de cette initiative qui a le mérite de faire parler d’elle. « L’écoute et l’échange sont au cœur de mon action de porte-parole du gouvernement. Cela vaut aussi pour les réseaux sociaux. Je lance donc aujourd’hui un nouveau format : le #ASKPPG. » Lancer un « nouveau format » comme on lance un nouveau produit. La start up nation nous prépare une nouvelle ligne de fringues en prévision du printemps. C’est sympa.

En tout cas, la réplique des twittos ne s’est pas fait attendre. Des questions, des réactions, sur tout et sur rien. Ils ont visiblement bien compris l’esprit de cette initiative « ndiayesque ». « Il faut mettre le lait avant ou après les céréales ? » « Dites-moi ce dont vous avez besoin, je vous expliquerai comment vous en passer. » « Plutôt pain au chocolat ou chocolatine ? » « Macron est-il entré en contact avec les extra-terrestres ? » « Quel est le contenu de la valise RTL d’aujourd’hui ? Je suis sorti trop tard du boulot, j’ai pas pu écouter. » « Où est le coffre de Benalla ? » « Pourquoi les lapins en chocolat ont-ils le même goût que les poules en chocolat ? » « Le Conseil des ministres se tient en anglais ? » Et tout à l’avenant… On prend une dernière réaction au standard : « Le degré zéro de la politique. »

À lire aussi

Jean Castex : le péquenot de service, « ça plaît »

Tiens, les gars, remuez-vous un peu et trouvez-moi un Premier ministre qui fasse province …