Editoriaux - Education - 20 décembre 2018

Si les Français sont déficients, à qui la faute ?

Ainsi serions-nous inintelligents, dénués de subtilité et peu enclins à la réactivité intellectuelle pour comprendre, intégrer et accepter la “politique macronienne” ?
Diantre ! Ils nous en diraient tant !

Gilles Le Gendre, “caporal-chef” du bataillon de godillots de la majorité au palais Bourbon, aurait dû profiter du changement des moquettes du “Château” pour y dénicher, bien dissimulés dessous par les locataires successifs, des rapports soustraits aux regards profanes et oreilles chastes.

Que nous “apprendraient” ces documents, pourtant publics, que l’on ne saurait analyser au grand jour dignement, à défaut de les accepter avec humilité, afin d’en tirer les enseignements aussi inéluctables qu’impérieux : que notre société est déficiente en littératie et en numératie !

Notions ainsi définies par l’OCDE (Organisation de coordination et de développement économiques) :
– La littératie est « l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités ».
– La numératie correspond à “la capacité d’une personne de comprendre et d’utiliser des données mathématiques à l’école, au travail et dans la vie de tous les jours ; par exemple, pour utiliser de la monnaie et établir des budgets, pour utiliser des mesures en cuisine ou pour lire une carte”.

Qu’il s’agisse des différents rapports de l’OCDE, des résultats PISA (programme international pour le suivi des acquis des élèves) ou même des statistiques relevées par nos armées en partenariat avec les missions locales lors de la JDC (Journée défense et citoyenneté), tous ces documents aboutissent au même constat affligeant : nous avons, dans notre pays, une réelle déficience d’acquisition de compétences dès le plus jeune âge !

Alors, de deux choses l’une, soit :
– nos dirigeants politiques feignent de ne pas être conscients de cet état de fait et ce serait là la preuve de leur incurie ou, pire, de leur mépris à l’égard de la population de notre pays ;
– c’est à funeste dessein qu’ils laissent une telle situation se dégrader d’année en année, comme le montrent tous ces rapports, afin d’asseoir leur soif de domination et de contrôle d’une part toujours plus significative de la population.

Si Emmanuel Macron, Gilles Le Gendre et consorts peuvent consacrer dix petites minutes à relire la Déclaration universelle des droits de l’Homme édictée par l’Organisation des nations unies en 1948, et plus précisément son article 26 (“Toute personne a droit à l’éducation”), peut-être prendront-ils conscience d’un fait accablant : la France n’est plus la Terre universelle des droits de l’Homme !

C’est cela que la population de notre pays vient de clamer ces dernières semaines et toujours à l’heure où sont écrites ces lignes : que la France redevienne une nation qui protège et respecte sa population !

Notre jeunesse, si belle et si pétrie de potentialités, est en situation d’extrême danger !

Monsieur Le Gendre, cela est pourtant simple à comprendre, bon sang de bonsoir !

À lire aussi

Un p’tit jaune pour Manu !

Notre troquet ? Une âme, celle de notre village... …