La France insoumise dispose d'une arme de dissuasion massive : Mathilde Panot. Un regard qui menace à tout moment de fusiller son contradicteur, une sévérité qui en impose, la députée peut faire face aux pires assauts médiatiques générés par l'affaire Quatennens.

Sur LCI, le journaliste Adrien Gindre a été commis d'office pour interviewer la jeune femme. Au mépris de la posture menaçante de son invitée, l'homme va tenter les questions qui fâchent. En coulisses, les collaborateurs de la chaîne se signent. La cascade est à haut risque.

Le téméraire s'est fixé pour objectif d'aborder le statut d'Adrien Quatennens durant son retrait de la vie parlementaire. Timidement, un premier point délicat est soulevé : « Est-ce qu'il sera cet après-midi dans l'Hémicycle pour le débat sur l' ou l'assurance chômage ? » Quelle question ! Le conflit ukrainien n'est que bataille de polochons au regard des turpitudes conjugales de l'intéressé. « Non, il n'y sera pas », répond fermement Mathilde Panot.

Plutôt qu'enchaîner sur un sujet moins sensible, le journaliste ose un « Pourquoi ? » peu recommandé en pareille situation. L'explication de cette absence ne se fait point attendre : « Parce qu'il est en train de gérer le divorce et qu'il n'y sera pas. » Les téléspectateurs apprennent que tout député semble bénéficier d'un « congé divorce » qui le dispense d'officier au sein de l'Assemblée. /em>« Mais ça veut dire qu'il renonce à son indemnité de député le temps où il est absent ? » insiste l'intervieweur. Dans la régie de LCI, la tension est à son comble. L'envoyé spécial auprès de Mathilde Panot vient de poser la question irritante susceptible de déchaîner les foudres de l'enfer. Elle peut se lever, lui faire une scène, lui envoyer 50 SMS par jour, demander la garde des enfants...

Réussissant à surmonter son agacement, la députée insoumise évite l'obstacle de l'indemnité perçue à ne rien faire : « Il est en retrait le temps qu'il faudra. » Adrien Gindre insiste : « Et tout en percevant son indemnité de député ? » C'est en trop. Après être convenu difficilement qu'Adrien Quatennens allait être rémunéré durant un temps indéterminé afin de gérer ses affaires personnelles, Mathilde Panot règle le compte du journaliste : sa question était absurde. Il ne mesure pas la complexité humaine et administrative d'un divorce. Ah, c'est long ! Le juge, les avocats, la paperasse, les vicissitudes, les salles d'attente, les séances de psy... Est-ce qu'il se rend compte ? Hein ? Ben, non.

De retour dans sa rédaction, Adrien Gindre a sollicité un « congé Panot » pour se remettre de la mauvaise foi de son invitée. Sur recommandation du docteur Mélenchon, la demande peut passer.

7529 vues

4 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

20 commentaires

  1. Etre payé à ne rien faire , emploi fictif ? des fonctionnaires placés hors cadre sont ainsi payés à ne rien faire.
    Et puis un député cela ne démissionne jamais , et son parti et l’Assemblée Nationale ne le lui demandent pas.
    L’actualité de ces derniers mois nous a donné l’exemple d’un député , qui avait sauvagement agressé un de ses collègues dans la rue avec un casque , blessures graves , a échappé à la procédure de flagrant délit du commun des mortels , et continue son mandat . Dans le silence assourdissant des médias.

  2. Ce qui revient à dire qu’une aide soignante , une vendeuse en supermarché , une auxilliaire de puericulture ont plus d’importance dans la société qu’un député de la répubique ?? Parce qu’elles ne bénéficient pas de la même mansuétude de la part de leur hierarchie ! Et de plus, ne touchent pas les mêmes « indemnités » !

  3. J’adore vos analyses lucides, pertinentes et humoristiques, Monsieur Leroy. Quid du personnel soignant non vaccinés et mis en retrait d’office sans salaire. La jurisprudence Quatennens ne pourrait-elle pas jouer en leur faveur afin qu’il soit rémunéré ?

  4. donc, quatennens va toucher une rémunération pour un emploi fictif ( inexistant!) mais là, cet enrichissement sans cause ne choque pas l’extrême gauche…. il n’y a que dans le cas Fillon ( et uniquement pour dégager la route à macron!) que ça posait problème…. ça n’était pourtant pas illégal mais c’était amoral hululait la gôche. Et là, ça l’est moral?

  5. Quand on pense que ces gens ont été élus « démocratiquement », il faut s’interroger sur la santé mentale de leurs électeurs et de la cohérence des autres.

  6. Qu’un journaliste macro macronien règle ses comptes avec LFI ne m’intéresse vraiment pas ! C’est l’hôpital (« Renaissance ») qui se fout de la Charité (« LFI » – qui serait surpris d’être comparé à la Charité !) …

  7. Bravo pour cet article enfin un journaliste qui a de l’humour! Ou était le bon temps de ma jeunesse ou les chansonniers tourner en dérision les hommes politiques qui eux même avaient de l’humour. certaines femmes politique ont un manque d’humour en plus de leur mauvaise foi. Moralité elles sont plus à plaindre qu’a blâmer

  8. C’est à ma connaissance, la première grève pour divorce ou une préfiguration d’un « droit de retrait » d’un nouveau genre qui devrait donner lieu à une proposition de loi à faire porter par la France Insoumise !

  9. Permettez-moi de ne pas m’apitoyer sur le triste sort de Mme Obono qui va perdre environ 1500 euros ce mois-ci et d’envier le statut de Mr Quatennens qui peut « se mettre en retrait » tout en touchant son indemnité…
    Orthophoniste salariée suspendue, je ne touche plus un euro depuis plus d’un an dans l’indifférence générale, n’ayant pourtant commis aucun délit. Pendant ce temps-là, mes collègues triplement vaccinés attrapent le Covid les uns après les autres, mes petits patients handicapés sont privés de soins, puisque je ne suis pas remplacée, et leurs familles sont désemparées. Il serait peut-être temps de mettre fin à cette situation ubuesque.

  10. A la question d’un journaliste : » est ce un emploi fictif »? Réponse : » il perçoit une indemnité, pas un salaire »! Comprenne qui pourra !

  11. J’ignorais que l’Hémicycle était le lieu idoine pour régler ses difficultés de ménage . Je suppose qu’on y trouve une nursery pour assurer la garde d’éventuels rejetons durant que se règlent les pugilats judiciaires.

  12. Tous ces gens-là, LFI, Nupes, PS, LREM-Renaissance passent leur temps à donner des leçons à la France entière, tout en se gardant bien de se les appliquer à eux-mêmes.
    C’est typiquement gauchiste : « Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais ! »
    Obono la première, c’est même une spécialiste du : « je réponds complètement à côté de ta question, avec grande envolées verbales (où serait-ce verbiage), et si t’es pas content, je m’en moque (pour rester poli). »

  13. Les députés ont des droits, des acquis auxquels les citoyens lambda ne peuvent prétendre, forcément ceux sont qui légifèrent les lois, donc, on n’est jamais si bien servi que par soi-même.

  14. Au delà de la « paye » reçue par quatennens alors qu’il est « en retrait » de son poste, cela pose la question de ce que doit « toucher » quelqu’un qui ne travaille plus pour ce qu’il est prévu ! de tous bords, ils ne sont là que pour la gamelle et elle est « bonne » vu ce qu’ils sont capables de dire ou de faire pour garder leur place.
    Une de ses copines a pris « un rappel à la loi » qui ressemble plus à du théatre qu’autre chose ET « en même temps » tous ces politicards sont en train de taper sur les chômeurs tout en obligeant qu’il faudra « travailler plus longtemps » … La France est vraiment mal barrée dans tous les sens du terme !
    La « reprise des travaux parlementaires » ce 04 octobre 20022 augure d’une déliquescence accélérée du contexte social de la France … C e ne sera pas avec ces politicards ( blablateurs et ceux du gouverne-et-ment ) que la France sera de nouveau « souveraine » !

    1. Vous ne vous attendiez quand même pas à ce que la Borne punisse une Députée de Gauche ! Cohésion féministe

  15. Une telle insolence de la part d’un journaliste devrait être sévèrement réprimée : tiens l’interview de sandrine rousseau en guise de pénitence :) !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter