[SATIRE A VUE] Le maire de Marseille, Benoît Payan, comme chez lui à Alger !

Capture d'écran
Capture d'écran

En voyage officiel en Algérie, Benoît Payan vit des instants merveilleux. « C'est beau comme là-bas, dis donc. » Là-bas, c'est Marseille, la ville dont il est le maire. Même soleil, même population.. Au matin du premier jour, l'homme pense qu'il a été le jouet d'une machination. « Mais où suis-je ? Je n'ai pas bougé de ma ville ! » Des complotistes l'ont ramené dans la nuit à son point de départ. Sans doute l'extrême droite ! « Quand je me suis réveillé lundi matin, j’ai cru que j’étais chez moi, à Marseille. » L'élu ne soupçonnait pas une telle ressemblance. Ses efforts ont payé. Ici, là bas, c'est presque pareil. Il ne reste plus à Marseille qu'à atteindre ce niveau de vie à nul autre pareil, cette débauche de richesses, et les deux villes seront parfaitement identiques.

Que d'eau, que d'eau !

Un bémol vient, toutefois, troubler sa félicité. Les deux pays sont séparés par ce qu'il nomme « une masse liquide ». De l'eau ou une quelconque mixture bleutée. En attendant des travaux d'assèchement, Benoît Payan s'en va visiter le wali d'Alger pour lui toucher deux mots de ce handicap qui empêche une arrivée de migrants à flots continus. Il faut à tout prix renforcer les liaisons maritimes entre Marseille et son clone. Faire en sorte que la fusion soit totale. 64 liaisons par jour ne suffisent pas à satisfaire le besoin de personnel dans les quartiers nord. Un arriéré de règlements de comptes menace le développement des commerçants les plus dynamiques.

Au hasard de ses pérégrinations, le ravi des Bouches-du-Rhône se laisse aller à quelque image poétique : « Notre-Dame d’Afrique et la basilique Notre-Dame de la Garde ont été construites pour se regarder. » Pour preuve de son admiration pour ce paradis terrestre, l'édile rappelle qu'il a débaptisé une école. De Général-Bugeaud, elle est devenue école Ahmed-Lithim, un combattant qui contribua à la libération de la cité phocéenne. Eh oui. Et si on ne le retient pas, Marseille s'appellera « Seillemar », en hommage à l'élite qui propulse régulièrement la ville sous les projecteurs des médias. Et puis, si la conjoncture l'exige, il ne repartira pas. Il deviendra wali à la place du wali.

Reçu par Abdelmadjid Tebboune !

Plus rien ne peut arrêter l'enthousiasme de Benoît Payan. Du bureau du président de la République algérienne, il ressort débordant d'humilité. « Il faut savoir mesurer un honneur qu'il faut comprendre. » Il a trouvé Abdelmadjid Tebboune « fier », pétri de « bienveillance » et nanti d'une « vision d'avenir »... Un grand de ce monde, un immense. Un entretien de trois heures ? Non. « 2 heures et 55 minutes », précise le notable qui reçut la flamme olympique. Un bon chrono, par ces temps de repentance. Hélas, il faut déjà quitter ce havre de sérénité, non sans avoir dénoncé le courant d'extrême droite qui menace la France. Si elle constate un Grand Remplacement, que lui restera-t-il à démontrer ?

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

33 commentaires

  1. Décidément les socialistes sont incorrigibles pour ne pas aimer le peuple de FDS,ils préférent toujours les autres surtout musulmans algériens.

  2. Ah! Si Moïse était là! D’un coup de baguette magique il séparerait les eaux et l’on n’aurait plus besoin de canots pour gagner la « terre promise »…

  3. Ces abrutis d’extrêêême-drouate ont du mal à comprendre que si notre pays avait doublé sa population en un demi-siècle, comme l’a fait la dynamique et glorieuse Algérie, nous n’aurions pas besoin d’appeler à l’aide nos si serviables ex compatriotes ! Certes, il en arrive un peu plus que nécessaire, mais foin de mesquinerie, c’est beau, c’est grand, c’est généreux, comme le disait le Général…dans d’autres circonstances il est vrai.

  4. Il a peur pour sa peau et il veut continuer à manger a la gamelle.En somme une nullité macroniste.

  5. Rien d’étonnant.N’a t-on pas vu,il y a quelques années,Darmanin,alors en déplacement officiel à Ager,déposer une gerbe au pied du monument érigé en mémoire des combattants du FLN ? Festoyer avec les ennemis d’hier,c’est une habitude chez nos élites.Ainsi ,le calamiteux Chirac avait de son temps envoyé le Charles de Gaulle,festoyer avec les anglais à l’anniversaire de Trafalgar.

  6. Ce n’est pas nouveau. Il y a 40ans, Coluche disait déjà que Marseille était la « première ville africaine traversée par le Paris-Dakar ».

  7. Pourquoi ce maire ne va t’il pas se présenter en Algérie ? Il me semble que c’est bien la télévision algérienne qu’on montrait Marseille comme la première ville algérienne de France ? Et certains débiles inconscients, irresponsables, nient encore le grand remplacement ? Il est urgent d’imposer une expertise psychiatrique à tous nos élus et décideurs. Si nos élus ne le proposent pas, peut-être est ce parce qu’ils craignent de devoir ouvrir des centaines de milliers de lits en psychiatrie ?

  8. D’ici peu de temps les musulmans et algériens en particulier, car ils sont les plus nombreux , feront élire qui ils veulent ; ils suivront les recommandations en ce sens des dirigeants algériens ! Ne vous étonnez pas de l’attitude de ce maire qui comme Mélanchon va pécher des voix . Les Marseillais ont ce qu’ils méritent en allant pas voter et ils le regretteront un jour….Le grand remplacement est déjà bien présent dans leur ville .

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois