On peut vivement regretter que Sandrine Rousseau ait été battue à la « Primaire de l’écologie de 2021 ». Si elle avait été investie candidate en vue de l’élection présidentielle de 2022, elle nous aurait sans doute bien fait rire.

Ce dimanche 2 janvier, Sandrine Rousseau nous a offert quelques magnifiques perles lors d’un débat sur BFM TV face à Geoffroy Lejeune, directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles. Elle a commencé par mettre les pieds dans le plat en fustigeant les « groupes qui utilisent la violence qu’utilise » Eric Zemmour en évoquant les Zouaves qui avaient frappé des militants d’extrême gauche lors du meeting de Villepinte, le 5 décembre dernier. Mais la situation se complique pour elle, lorsque Geoffroy Lejeune évoque la condamnation par Eric Zemmour de ces violences. Elle peut encore s’en sortir avec une pirouette en rétorquant que le candidat ne faisait que se blanchir vis-à-vis de la Justice. Admettons.

Mais Sandrine Rousseau se trouve vraiment prise au piège lorsque Geoffroy Lejeune évoque la demande faite par Eric Zemmour dans ce même communiqué et adressée aux responsables politiques de gauche : le candidat leur demandait « s’ils étaient d’accord pour condamner la violence des antifas ».

Que peut répondre Sandrine Rousseau ?  « Les antifas n’ont jamais frappé personne », provoquant ainsi la surprise de son contradicteur, suivi d’un « Je condamne toute violence » asséné plusieurs fois et même assorti d’un « d’où qu’elle vienne ». Magnifique. Mais elle s’est tout de même abstenue de toute référence explicite à la violence de l’extrême gauche. Bien sûr, un simple « Je condamne la violence de l’extrême droite comme celle de l’extrême gauche » lui aurait écorché la langue...

Mais comme d’habitude avec les Verts nous ne sommes plus à une contradiction près. Sandrine Rousseau semble faire une distinction entre plusieurs formes de violence. Après avoir affirmé sa condamnation de toute violence, elle amorce un « Ceci dit, là je pense qu’il y a des viol... » avant de s’interrompre net. Qu’allait-elle donc dire ?

Et elle enchaîne avec un « Vous confondez les violences contre les biens et les violences contre les personnes ». On peut soupçonner qu’elle se soit apprêtée à dire que certaines violences étaient légitimes, ce qui aurait été pour le moins contradictoire au regard de ses déclarations précédentes, et qu’elle se soit rattrapée in extremis en évoquant un moindre mal concernant certaines violences. Au fond, les violences contre les biens, un moindre mal par rapport aux violences contre les personnes ?

Mais les antifas attaquent-ils seulement les biens ?

Lorsque le 18 mai 2016, les antifas attaquent une voiture de police en y mettant le feu des policiers sont grièvement blessés. Des blessures légères certes mais n’est-ce pas une violence contre les personnes ?

Lorsque, à l’occasion d’un déplacement d’Eric Zemmour à Marseille en décembre 2021, les antifas attaquent un restaurant, y occasionnant de magnifiques dégâts, l’équipe du candidat est contrainte de rester à l’intérieur pour éviter les projectiles. Là encore, pas de violence envers les personnes ?

Lorsque, toujours à Marseille, une cameraman de Livre Noir est agressée à coup de casque par un antifa tandis qu’un complice exigeait d’elle la suppression de ses images filmées c’est-à-dire de son travail, comment qualifier cela par d’autres termes que « violences contre une personne » ?

Mais bien sur Sandrine Rousseau condamne toute violence. Y compris celles-ci ? Nous l’espérons.

4109 vues

03 janvier 2022 à 22:00

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

25 commentaires

  1. Elle me fait peur, une autre planète ….comment ses parents ont ‘ils pu la faire ? les antifas, sont des fas ….je les trouve un peu gauches dans leur comportement ….

  2. Elle a vraiment un problème cette bonne-femme !
    Chers amis de Boulevard Voltaire, soyez gentils, laissez tomber !
    Tout comme Grims !

  3. Et dire qu’elle est adjointe d’une université de Lille. Je serai curieux de savoir ce qu’elle peut enseigner et inculquer aux étudiants. Elle doit faire partie de la même bande de ceux qui sont à Grenoble ou ailleurs. C’est plutôt elle que l’on devrait faire taire, tellement ses propos sont dénués de sens.

  4. D’un pdvue tout à fait personnel, j’estime qu’il n’est pas nécessaire de perdre du temps à « discuter » avec de telles personnes (dont l’avis est toujours ‘indiscutable’..)

    Bonne année à vous tous.

  5. Elle est vice-présidente de l’université de Lille chargée de la vie universitaire. je vous dit pas la manipulation intellectuelle sur ces cours aux étudiants .

Les commentaires sont fermés.