Jeudi dernier, des élèves de sciences humaines et sociales qui devaient passer un QCM à 20 heures sur le campus de Valrose (Alpes-Maritimes) ont vu leur épreuve reportée à 22 h 30 afin de respecter la rupture du jeûne du . Cela vous a-t-il choqué ?

Cela nous a évidemment surpris et choqués. Nous ne pouvons pas admettre ce type d’accommodement communautariste comme étant une norme.

Les niçois ont été également extrêmement surpris et c’est pour cela qu’ils nous ont alertés très vite pour que nous intervenions et posions la question à l’université : est-ce normal qu’un établissement d’enseignement public se soumette à des injonctions religieuses suite aux demandes pressantes de certains étudiants ?

Nous n’avons, malheureusement, toujours pas eu de réponse de la part de l’université sur ce point précis, pas plus que de la part du ministre Frédérique Vidal qui présidait, auparavant, l’établissement et qui pointait, il y a quelque temps, à juste titre les ravages de l’islamo-gauchisme dans l’enseignement supérieur.

 

Y a-t-il eu un précédent ou est-ce un phénomène nouveau ?

L’islamo-gauchisme à l’université n’est en rien une nouveauté et l’UNI le dénonce depuis de nombreuses années. Les exemples ne manquent pas : des étudiants ont refusé, en 2015 de rendre à Charlie Hebdo pour ce motif, des professeurs qui auraient tenu des propos « islamophobes » sont menacés de mort (Aix et Grenoble étant les derniers en date)…

Pire : des universités comme Nanterre ou Paris 13 organisent même des horaires réservés aux femmes dans les piscines ou encore des expositions islamiques ouvertement prosélytes.
Enfin, l’influence des Étudiants musulmans de France, alliés à l’, est grandissante dans certaines universités.

 

À quoi attribuez-vous cet accommodement de l’université ?

Il y a au moins deux raisons : d’abord la lâcheté face à un communautarisme agressif, mais aussi une certaine complaisance idéologique pour cet islamo-gauchisme.
Nombre de professeurs ou de présidents d’université craignent la polémique et les accusations d’, ce qui les incite à accepter ces accommodements avec nos lois et règlements, mais aussi nos valeurs françaises.
Par ailleurs, l’université est aujourd’hui gangrenée par les mouvances indigénistes et décolonialistes, qui imposent aux professeurs et aux étudiants une idéologie dans leurs travaux. La démarche scientifique est désormais biaisée et, je le rappelle, c’est exactement ce que disait le ministre Frédérique Vidal avant de se faire rappeler à l’ordre par le président de la République.
et son gouvernement ont donc choisi la soumission, et dans les facs, ce sont les étudiants qui en paient le prix.

Entretien réalisé par Marc Eynaud

17 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

5 1 vote
Votre avis ?
13 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Rémy Perrad, sur la polémique à Science Po Grenoble : « Les islamo-gauchistes appellent à la violence contre les professeurs qui ne pensent pas comme eux »

Les noms de deux enseignants ont été placardés sur les murs à l’entrée de Science Po Greno…