Ils sont en guerre. Le combat des instances médiatiques contre Éric Zemmour fait rage. Sur le front, France Télévisions, samedi soir, les généraux Salamé et Ruquier tentaient d’ensevelir l’adversaire sous un déluge de questions auxquelles il ne devait pas avoir le temps de répondre. Un seul objectif : lui faire avouer qu’il était candidat. La chose étant entendue, l’homme serait livré ligoté, ficelé au CSA. Prêt à être évincé de CNews sans l’ombre d’un scrupule. L’émission « On est en direct » intervenait ainsi en tant que préparateur culinaire de gibier avant cuisson. Les fines herbes, les gousses d’ail et la preuve absolue qu’il méritait le châtiment suprême : le livre La France n’a pas dit son dernier mot avec sa couverture obscène teintée de bleu blanc rouge. N’était-ce pas une affiche électorale ? Oui, ce l’était. « N’est-ce pas, Léa ? » « Mais oui, Laurent. »

Au grand dam de ses inquisiteurs, l’homme résiste. S’il décide d’être candidat, il le dira. Pour l’instant, il ne l’est pas. Les gousses d’ail peinent à rentrer dans le gigot. Face aux dénégations du prévenu, le tandem opte pour une autre tactique : lui poser des questions comme s’il était prétendant à la fonction suprême. Son programme, ses mesures, ses premières décisions, une fois installé à l’Élysée… Léa Salamé hésite à lui demander s’il reprendra Brigitte Macron.

Entre deux interruptions, l’inculpé tente d’exposer sa pensée. Explications vaines très vite contrées par des sentences définitives : « Vous avez une image fausse sur tout » ou encore « Vous écrivez n’importe quoi. » Ah, il est joli, le futur candidat !

Le sujet étant coriace sur la question électorale, passe à la séquence règlement de comptes personnel. Dans son ouvrage, l’auteur ose constater son succès fulgurant sur . Une audience multipliée par dix ! Pour l’animateur en perte de vitesse, l’affront est insoutenable. Ce chroniqueur mal embouché qu’il a viré d’« On n’est pas couché » vient le ridiculiser avec des interventions encore plus malpolies et génératrice d’une audience ahurissante. Une parfaite illustration de la réplique d’Éric Zemmour : « 70 % des Français pensent comme moi. C’est pas moi qui suis marginalisé, c’est vous. »

Les deux picadors amènent ensuite leur invité au centre de l’arène pour tenter l’estocade finale : lui faire donner un avant-goût de son programme sur la question de l’islam. Sans esquiver la manœuvre, Éric Zemmour énonce les mesures qui lui paraissent nécessaires au bon traitement du thème évoqué. sursaute sur son siège. « Et voilà ! C’est bien qu’est-ce qu’on avait dit depuis le début de l’émission. » Et de conclure l’interview triomphant : « Tout ça nous confirme bien que vous êtes candidat à la présidence de la République. Merci, Éric Zemmour. » Merci aux cuisiniers, merci à Top Chef pour les conseils, merci à tous. Ici France 2, à vous le CSA. Le bonhomme est prêt à cuire.

 

13 septembre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 15 votes
Votre avis ?
89 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires